•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise à Maisonneuve-Rosemont : l’embauche avant la « gestion locale des horaires »

La médiatrice nommée par Québec propose notamment la relance d’un projet pilote afin d’embaucher des dizaines d’infirmières et la nomination d’un consultant externe pour améliorer le climat de travail.

L'édifice de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Selon nos informations, Québec se serait engagé à poursuivre le détournement d’ambulances de Maisonneuve-Rosemont vers d’autres hôpitaux pour une période d’un mois.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Tout au long de la crise qui a failli mener à la fermeture de l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont au mois de janvier, le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’est interrogé à quelques reprises sur le mode de gestion de l’un des plus importants services d'urgence du Québec.

Pourquoi il y a une trentaine d’hôpitaux qui ont réussi à implanter la gestion locale des horaires, alors que le recours aux heures supplémentaires obligatoires demeure élevé à l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont?, demandait-il.

Or, selon le rapport consulté par Radio-Canada, la médiatrice nommée par le gouvernement du Québec préconise comme solutions la réduction de l’achalandage et l’augmentation du nombre d’infirmières.

Il faut en premier lieu que le ministère de la Santé poursuive ses actions pour soutenir Maisonneuve-Rosemont, écrit-elle, en se consacrant à diminuer la pression clinique, augmenter le nombre d'infirmières disponibles dans le service des urgences et d'hospitalisation [...] et poursuivre les discussions sur le projet pilote visant à favoriser l’attraction, la rétention et la disponibilité des professionnels en soins dans les urgences du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Sans ces actions, les autres pistes de solution ne permettront pas d'éviter d'autres crises, puisque la demande en soins et en services est nettement supérieure à la capacité des infirmières travaillant actuellement dans les urgences de l'est de l'île.

Une citation de Lise Lavallée, médiatrice

Mme Lavallée rappelle qu’avec 27 % de la population de Montréal à servir et 16 % des lits d’hospitalisation, l’Est-de-l'Île-de-Montréal navigue dans un contexte difficile.

Le défi est de taille, puisqu’il s’agit de trouver comment servir la population desservie par le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal tout en tenant compte de la santé et sécurité du personnel infirmier à l’urgence, et de leurs besoins de conciliation vie personnelle et travail, précise la médiatrice.

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, Denis Cloutier, y voit un pas dans la bonne direction.

J'essaie de rester positif! On a eu ces dernières semaines quelques infirmières d’agences, un peu d’infirmières d’autres installations, c’est très apprécié, dit-il.

Le TSO [temps supplémentaire obligatoire] a diminué, mais il y a une urgence, selon moi, d’aller chercher une vingtaine d'infirmières de soir et une vingtaine de nuit, affirme le président du syndicat.

Denis Cloutier en entrevue à l'extérieur.

Denis Cloutier, président du Syndicat des professionnelles en soins de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada dévoilait récemment que l'Est-de-l'Île-de-Montréal cherchait à recruter 565 infirmières à l’international.

Au cabinet du ministre de la Santé, on se dit satisfait de constater qu’il y a une prise de conscience importante de la situation à HMR et que tout le monde souhaite travailler ensemble pour régler le problème de fond.

De notre côté, nous allons nous assurer, avec le ministère, de poursuivre tous les efforts pour enlever de la pression sur l’urgence de HMR, notamment en détournant des ambulances.

Une citation de Le cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé

Selon nos informations, Québec se serait engagé à poursuivre le détournement d’ambulances vers d’autres hôpitaux pour une période d’un mois.

Il faut dire que le taux d’occupation des civières à l’urgence de l’hôpital a repris un peu de souffle ces dernières semaines.

Nous allons aussi poursuivre le travail sur le problème de fond pour moderniser HMR et offrir plus de services autour, notamment avec un mini-hôpital, ajoute-t-on au cabinet.

Christian Dubé en mêlée de presse devant l'hôpital.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s'est rendu à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont durant la crise.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

L'Hôpital Maisonneuve-Rosemont est l’un des plus vétustes du Québec. Des travaux de plusieurs milliards de dollars pourraient s’étendre sur une période de 11 à 13 ans, soit au-delà de 2033.

Au CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, on prend acte pour l’instant du dépôt du rapport de la médiatrice.

Nous désirons souligner que différentes mesures cliniques et de conciliation proposées dans le rapport sont déjà en cours d'application dans notre établissement, écrit l’adjoint au président-directeur général du CIUSSS, Christian Merciari.

Le syndicat et la direction ont convenu de confier un mandat à un tiers neutre et impartial pour réaliser un diagnostic sur le climat de travail à l’urgence.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.