•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réservations non honorées ont des répercussions pour les restaurateurs

Des clients devant leur assiette dans un restaurant

Des clients attablés dans un restaurant (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Le restaurant Le Baumier de l’Hôtel du Jardin à Saint-Félicien a dû composer avec 37 clients qui n’ont pas honoré leurs réservations samedi, ce qui représente le quart des 140 places de l'établissement.

De plus, ces clients n'avaient pas annulé auparavant.

Ce phénomène de la clientèle défaillante, communément appelé « no show », est en augmentation, selon le chef cuisinier de ce restaurant, Sébastien Simard. Ainsi, celui-ci doit repenser l’organisation de son travail afin d’éviter les pertes.

Samedi, il y a 22 personnes qui ne se sont pas présentées en plus d’un groupe de 15 qui ne s'est pas présenté et qui n’a pas annulé. On a essayé de les rappeler et on n’a eu aucune réponse.

Une citation de Sébastien Simard, chef au restaurant Le Baumier

Les motoneigistes présents en grand nombre dans la région et la clientèle de l’hôtel ont toutefois pu combler les places vacantes, pour cette fin de semaine de la Saint-Valentin.

C’est quand même beaucoup de travail. On se donne corps et âme pour servir nos clients puis des fois, ils ne se présentent pas. Alors ce qu’on fait, c’est de tout remettre sous vide pour ne pas perdre la nourriture et il faut préparer de nouveau la nourriture restante. C’est beaucoup de travail, affirme M. Simard.

L’Association restauration Québec (ARQ) a récemment interpellé le gouvernement du Québec afin d’autoriser les restaurateurs à imposer des frais en cas de non-présentation à une réservation.

La professeure en marketing de l'UQAC, Myriam Ertz, posée dehors dans un quartier résidentiel.

La professeure en marketing de l'UQAC, Myriam Ertz.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Brisson

D’un côté, il faut sensibiliser les consommateurs aux répercussions qu'ont les réservations qui ne sont pas honorées. De l’autre côté, il y a un moyen pour les restaurateurs de se protéger davantage avec des applications comme Libro qui permettent de faire des réservations et qui permettent au restaurateur de voir si un client a fait plus d’une réservation à différents endroits, explique la professeure de marketing à l’UQAC, Myriam Ertz.

La Loi sur la protection du consommateur stipule que la voie à emprunter pour les restauratrices et les restaurateurs lésés n’est pas de prélever un montant sur une carte de crédit, mais plutôt d’utiliser les tribunaux. (Nouvelle fenêtre)

D’après un reportage d’Annie-Claude Brisson

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saguenay-Lac-Saint-Jean.