•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Résistance au projet de loi de Québec pour mettre fin au recours aux agences privées

Christian Dubé s'adresse aux journalistes.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a exhorté les syndicats du secteur de la santé à se présenter aux forums mis sur pied par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, en vue des négociations collectives qui s'amorcent. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

La volonté de Québec d'abolir le recours aux agences de placement de personnel continue de susciter de nombreuses réactions et se heurte à de la résistance dans le réseau de la santé.

Cela fait maintenant un an qu'Enya Jaime pratique le métier d'infirmière clinicienne. Après un très bref passage – trois mois à peine – dans le réseau public de la santé, elle a fait le grand saut dans une agence de placement de personnel.

J'ai beaucoup plus de liberté pour concilier le travail et ma vie privée et j'ai surtout un salaire qui est considérablement plus élevé que ce que j'avais au public, surtout pour une nouvelle infirmière, affirme Mme Jaime, qui préférerait déménager ou changer de métier plutôt que de retourner dans le secteur public compte tenu des conditions de travail actuelles.

Québec veut arrêter de faire appel aux agences privées et a incarné sa volonté dans le projet de loi 10, présenté mercredi, qui en prévoit l'interdiction, sauf dans les cas prévus par un règlement du gouvernement.

J'ai l'impression que c'est abolir sans trouver de solution et sans améliorer les conditions de travail [dans le secteur] public, ajoute Enya Jaime.

Les infirmières en agence, c'est comme le bouc émissaire. Mais selon moi, on est là pour combler les trous que le public n'est pas capable de combler par lui-même.

Une citation de Enya Jaime, infirmière clinicienne d'agence

Résistance dans le réseau

Pour le président de l'Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec, Patrice Lapointe, le projet de loi 10 pourrait alimenter le chaos dans le milieu de la santé.

Pour nous, le projet de loi 10, c'est 1900 infirmières de moins dans le réseau, plusieurs milliers d'employés de moins en provenance des agences et une saignée sans précédent.

Une citation de Patrice Lapointe, président de l'Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec
Patrice Lapointe interviewé.

Patrice Lapointe, président de l'Association des entreprises privées de personnel soignant du Québec (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Nos employés sont extrêmement clairs, indique Patrice Lapointe en précisant que 80 % de ses membres ne souhaiteraient pas réintégrer le réseau même si les agences n'étaient plus présentes et que 70 % d'entre elles ne seraient plus dans le réseau sans les agences.

Il estime que Québec rate sa cible et que ce n'est pas la bonne approche pour retenir le personnel dans le réseau de la santé.

La proposition du ministre Dubé n'a pas non plus convaincu la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). Sa présidente, Julie Bouchard, déplore la dégradation des conditions de travail et le rythme lent des négociations.

Elles ont quitté le réseau parce que les conditions de travail étaient exécrables.

Une citation de Julie Bouchard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

Le ministre Christian Dubé admet qu'un changement de culture est nécessaire et promet qu'il a déjà été entamé avec son Plan Santé. Pour y arriver, le ministre de la Santé invite une fois de plus tous les acteurs du réseau de la santé à participer à ses forums de discussion.

D'après le reportage de Kim Vermette

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.