•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes inquiets du nombre élevé de sans-abri à Saskatoon

Des pompiers qui aident une personne.

Des pompiers tentent de venir en aide aux personnes vulnérables dans les rues de Saskatoon, surtout quand il fait froid.

Photo : CBC/Don Somers

Radio-Canada

Plusieurs organismes à Saskatoon tirent la sonnette d’alarme devant la hausse de l’itinérance dans la ville, alors que les personnes vulnérables s’enfoncent davantage dans la pauvreté à cause de l’inflation et du coût de la vie.

La cheffe adjointe du Service d’incendie de Saskatoon, Yvonne Raymer, et ses collègues ont adopté une approche proactive afin de venir en aide aux personnes vulnérables à l’itinérance dans la Ville des Ponts.

Elle affirme qu’en décembre son personnel a eu 600 interactions avec des personnes qui se trouvent dans ces situations vulnérables.

Nous avons parlé à des personnes sans logement dans 56 de nos 66 quartiers. Ce problème est répandu à travers la ville.

Une citation de Yvonne Raymer, cheffe adjointe du service d’incendie de Saskatoon

Yvonne Rayme affirme que certaines personnes refusent d’aller dans des centres de refuge pour plusieurs raisons, comme les problèmes de dépendance ou la perte de leur carte d’identité.

Elle ajoute que le fait que les services gouvernementaux se trouvent majoritairement au centre-ville constitue une autre barrière.

Elles disent qu’elles ne veulent pas aller au centre-ville, de peur de se retrouver entourées de personnes en uniforme, affirme Yvonne Rayme. Elles ne veulent pas se sentir jugées ou embarrassées.

L’insuffisance de l’aide sociale pointée du doigt

Le directeur de la société Quint Development Corporation, Len Usiskin, est d’avis que le manque d’investissement dans les logements abordables et la structure du Programme saskatchewanais de soutien du revenu (SIS) sont les raisons principales de la hausse de l’itinérance et des expulsions dans la Ville des Ponts.

Il ajoute que, depuis l’introduction du SIS, plus de personnes se retrouvent endettées et doivent délaisser leurs logements, car la province n’effectue plus de paiements directs des loyers aux propriétaires.

Len Usiskin souligne aussi le fait que l'assistance sociale offerte par la province n’a pas connu d’augmentation proportionnelle depuis la hausse de l’inflation.

Tout ceci contribue à créer une tempête autour de l’itinérance dans notre ville, c’est tragique.

Une citation de Len Usiskin, directeur de la société Quint Development Corporation

Le Bureau de la location des locaux d'habitation (ORT) de la Saskatchewan a émis 1960 brefs de mise en possession aux propriétaires qui cherchaient à expulser des locataires entre le 1er avril 2022 et le 27 janvier 2023.

La professeure agrégée à l'École de droit de l’Université de la Saskatchewan Sarah Buhler affirme que, dans la plupart des cas, ce sont les propriétaires qui remportent les causes dans les cas d’expulsion.

Les causes les plus courantes pour les expulsions en Saskatchewan sont le non-paiement de la location ou les arrérages de location.

Sarah Buhler ajoute qu’en Saskatchewan les femmes sont plus susceptibles de subir des expulsions que les hommes.

Cela va à l’encontre des droits internationaux d’expulser une personne jusqu’à l’itinérance. Je pense que cela devrait être ajouté aux lois locales, conclut-elle.

Avec les informations de Pratyush Dayal

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Saskatchewan

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saskatchewan.