•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après les séismes, un groupe espère réunir un jeune réfugié syrien avec sa famille

Adnan Kharsa, en avril 2022.

Le réfugié syrien Adnan Kharsa, âgé de 10 ans, attend de pouvoir revoir ses parents depuis plus de 5 ans. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Bonnie Allen

Radio-Canada

Un groupe qui vient en aide aux réfugiés à Saskatoon espère qu'Ottawa accélèrera les demandes d’immigration de victimes des séismes. Moms for Refugees veut réunir le réfugié syrien Adnan Kharsa, âgé de 10 ans, avec sa famille, qu'il attend de revoir depuis plus de 5 ans.

Mercredi, le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada, Sean Fraser, a déclaré que les demandes d'entrée au pays de victimes des récents tremblements de terre dévastateurs en Turquie et en Syrie pourraient être accélérées.

Une perspective encourageante pour la bénévole en chef du groupe Moms For Refugees, Kyla Avis. C'est triste qu'un événement aussi tragique nous donne aussi de l'espoir, reconnaît-elle.

La bénévole espère que la famille d'Adnan Kharsa pourra venir plus rapidement au Canada après les séismes qui ont fait des dizaines de milliers de morts en Syrie et en Turquie, selon les derniers bilans.

Selon l'oncle du jeune réfugié, Wafeek Kharsa, ses parents et sa sœur ont réussi à trouver refuge à Mersin, en Turquie, tout près de la zone touchée par la catastrophe naturelle. Ils vivent dans la crainte des répliques du séisme et ne peuvent travailler, selon lui.

Ils n'ont pas de courant, ils sont dans la rue

Une citation de Wafeek Kharsa, oncle d'Adnan Kharsa

Il croit toutefois qu'Adnan Kharsa pourra revoir sa famille bientôt. Nous lui disons qu'ils vont bien, qu'ils viendront le rejoindre.

Séparés depuis plus de 5 ans

Adnan Kharsa habite avec sa grand-mère et son oncle à Saskatoon depuis plus d'un an. Il a été séparé de ses parents par le conflit en Syrie, en 2017.

Depuis, Mohammed Kharsa et Yasmine Sheikho sont retenus en Turquie avec sa sœur de trois ans, Sham, et ils se voient uniquement par visioconférence.

Leurs demandes d'immigration au Canada ont été acceptées en juillet 2022 et approuvées en octobre 2022. Par contre, à l'époque, la famille a été avertie que les dernières étapes du processus pourraient s'étaler sur 2 ans, selon Kyla Avis.

Mohammed Kharsa et Yasmine Sheikho avec leur fille, Sham.

Les parents d'Adnan Kharsa, Mohammed Kharsa et Yasmine Sheikho, avec sa petite sœur, Sham, qu'il n'a jamais rencontrée autrement qu'en visioconférence. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Bonnie Allen

Après les séismes, la bénévole en cheffe de Moms for Refugees a envoyé un courriel au bureau du ministre Fraser, pressant le ministère d'accélérer la demande d'immigration de la famille d'Adnan Kharsa.

Deux jours plus tard, j'ai reçu une réponse mentionnant qu'ils envisageaient la possibilité d'accélérer les demandes et que je pouvais remplir un formulaire pour expliquer la situation dans laquelle se trouvent les parents d'Adnan.

Le sous-sol de Kyla Avis est plein de meubles destinés à la famille. Avec l'aide d'autres bénévoles, elle organise les derniers détails de leur arrivée, comme leur trouver un logement et leur fournir des cartes d'assurance-maladie.

Nous gardons espoir qu'ils pourraient arriver au Canada dans les prochaines semaines.

Avec les informations de Bonnie Allen

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Saskatchewan

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Saskatchewan.