•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants en tourisme de Granby en soutien aux tortues marines de la Martinique

Une tortue marine qui nage.

Les touristes nécessitent encore de l'éducation sur la manière d'approcher ces reptiles marins, soutiennent les deux étudiants.

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Lyonnais

Des étudiants en tourisme du Cégep de Granby ont vécu une expérience bien particulière en Martinique en janvier dernier : ils se sont rendus sur cette île française pour y étudier le potentiel écotouristique de l'observation des tortues marines.

La tortue verte, la tortue imbriquée et la tortue luth nagent près des côtes martiniquaises et attirent bon nombre de visiteurs fascinés par ces reptiles marins. Or, les trois espèces sont menacées et l'action humaine nuit à leur survie.

On est allés se renseigner auprès des gens, des touristes là-bas, des locaux, pour savoir ce qu'ils connaissent de la protection de la tortue marine, explique l'étudiante Laurie Lafrance. S'ils connaissent les bonnes pratiques pour observer les tortues, quelles sont leurs connaissances face à l'écotourisme et aux aspects qui l'entourent.

Des petites Martiniquaises observent le kiosque monté par le Réseau tortues marines Martinique, un organisme qui travaille avec le Zoo de Granby.

Des petites Martiniquaises observent le kiosque monté par le Réseau tortues marines Martinique, un organisme qui travaille avec le Zoo de Granby.

Photo : Avec la permission du Zoo de Granby

Le Zoo de Granby travaille depuis des années sur des projets de conservation de la tortue marine en Martinique en collaboration avec deux organismes locaux et l'Université de Sherbrooke. Cette fois-ci, il a voulu intégrer des étudiants de la technique en tourisme du Cégep de Granby parce qu'on se dirige de plus en plus vers le tourisme durable, vers l'écotourisme. C'est un volet qui nous intéressait beaucoup, explique le directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby, Patrick Paré. Beaucoup de gens se rendent en Martinique pour voir les tortues, nager avec les tortues et il y a un grand potentiel de dérangement.

La grande menace pour la tortue est l'être humain. Donc, le volet tourisme du Cégep de Granby nous aide particulièrement parce qu'il a une expertise dans le domaine. Ils sont capables de sonder les différentes clientèles, d'approcher les [voyagistes].

Une citation de Patrick Paré, biologiste et directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby

Laurie Lafrance et son collègue Félix Lavoie ont ainsi passé 10 jours en Martinique dans le cadre de leur cours Projet d’intégration international. Plongées, observations, sondages, toutes les informations glanées leur permettront de transmettre des recommandations pour améliorer les pratiques et favoriser un tourisme durable autour des tortues marines.

Laurie Lafrance et son collègue Félix Lavoie, devant une tente pour faire de l'éducation.

Laurie Lafrance et son collègue Félix Lavoie, lors de leur stage en Martinique.

Photo : Avec l'autorisation du Zoo de Granby

Encore du travail à faire

Patrick Paré affirme que le projet a été accueilli avec une grande ouverture. Ils ont rencontré beaucoup de gens responsables à de hauts paliers au niveau gouvernemental et aussi au niveau touristique. Il y avait un bel accueil de la part des gens pour le projet.

Les étudiants ont toutefois réalisé qu'il y avait encore de la sensibilisation à faire.

Les gens nous disaient qu'ils étaient éduqués, mais on observait le contraire. On mentionnait les règles d'observer les tortues, de s'éloigner le plus possible, de ne pas les déranger. Mais ce qu'on observait quand on était assis sur la plage, qu'on ne posait pas de questions, qu'on était un peu incognito, les gens s'approchaient des tortues, les touchaient, les dérangeaient, affirme Laurie Lafrance.

Avec les [voyagistes] il faut les encadrer, leur montrer les bonnes mesures et les bonnes choses à dire à leur clientèle, renchérit Félix Lavoie. Il y a une sensibilisation à faire de ce côté-là.

Une tortue marine s'alimente.

Il y a encore de l'éducation à faire pour protéger les tortues, notamment en lien avec les lieux où elles se nourrissent.

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Lyonnais

Déjà, les étudiants ont relevé certaines pistes de solution pour améliorer la situation et Patrick Paré affirme que les organismes locaux étaient emballés par les idées apportées par le Cégep, comme un meilleur affichage sur les plages, une diminution du bruit et de la lumière au moment de la ponte ou encore de l'éducation sur les lieux où les tortues se nourrissent.

De quelle façon parler aux touristes? De quelle façon parler aux locaux? Parce que les locaux sont extrêmement importants, ils vivent là, ils vont sur les plages. C'est important qu'ils protègent leur propre nature, leurs propres espèces emblématiques menacées.

Une citation de Patrick Paré, biologiste et directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby
Des touristes sur une plage.

De nombreux touristes se rendent sur les plages pour observer les tortues.

Photo : Avec la permission du Zoo de Granby

C'est une première mission par les jeunes du Cégep, on est au début du projet, ajoute Patrick Paré. Nous, le Zoo, on se rend là au mois de mai pour également passer 12 semaines, voir le début du projet qui sera réalisé par un étudiant à la maîtrise de l'Université de Sherbrooke, qui lui va demeurer 6 mois là-bas.

Félix Lavoie estime que leurs observations permettront de soutenir également la recherche sur place. Il espère que leurs recommandations seront bien reçues par l'industrie. Ils nous écoutaient, ils étaient contents d'avoir un point de vue extérieur, explique-t-il, ils étaient quand même très ouverts et à l'écoute de nos idées.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Estrie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Estrie.