•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La campagne électorale aux Îles est bel et bien amorcée

L'hôtel de ville des Îles-de-la-Madeleine en hiver.

Quatre candidats briguent le siège de maire des Îles-de-la-Madeleine. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Parmi les quatre candidats qui se feront la lutte au cours des prochaines semaines aux Îles-de-la-Madeleine, deux d’entre eux, Antonin Valiquette et Nicolas Arseneau, ont profité de la troisième journée de campagne pour annoncer leurs intentions et projets pour la communauté.

C’est sur le thème de la continuité que le candidat et ancien conseiller municipal Nicolas Arseneau a lancé, lundi, sa campagne électorale.

Pour lui, la Municipalité est une structure solide et son plan stratégique établit bien les priorités à venir au cours des prochaines années.

Celui qui a été conseiller municipal pendant près de 20 ans parle d’ailleurs de sa campagne en utilisant la formule Changement de capitaine, mais pas de bateau. Le rôle du nouveau maire sera, dit-il, de revoir certains de ces enjeux, comme le manque de logements, afin d’amener de nouvelles initiatives, de nouvelles façons de voir la problématique.

La plupart des enjeux, érosion, occupation du territoire, sont connus des Madelinots, fait-il valoir. Je veux bien qu'on parle de l'érosion, tout ça, mais à un moment donné, il faut revenir avec le rôle d'une municipalité à la base ».

Nicolas Arseneau.

Nicolas Arseneau souhaite être le candidat de la continuité, mais entend par contre revoir le rôle des élus et de la Municipalité dans certains dossiers. (Photo d'archives)

Photo : Gracieuseté : Nicolas Arseneau - CFÎM

Il considère que le rôle de la Municipalité quant aux services de base offerts aux citoyens devrait d’ailleurs être revu. Ce sont des services comme le traitement des eaux usées, la gestion des matières résiduelles et tout. Je pense que la Municipalité en prend beaucoup, commente M. Arseneau. Il croit que des dossiers pourraient être délégués en s'assurant qu'il y a des résultats.

Ses priorités sont d’assurer la sécurité de la population et la meilleure qualité de vie possible aux citoyens et citoyennes.

La situation actuelle aux Îles-de-la-Madeleine lui apparaît par ailleurs très acceptable sous plusieurs aspects, que ce soit économique, touristique, social. Ça va, dit-il, quand même relativement bien. C'est de voir jusqu'où ce qu'on peut aller dans le développement sans trop nuire si on veut à la quiétude des citoyens. Il faut réaliser aussi qu’en étant sur une île ce n'est pas illimité.

Je pense qu'on peut en même temps développer puis assurer quand même que ça se fasse, mais pas trop de façon anarchique.

Un des mots clés du candidat est équilibre, et ce, dans plusieurs dossiers, que ce soit pour le développement ou l’occupation du territoire.

S’il est élu maire, Nicolas Arseneau souhaiterait aller à la rencontre des citoyens. C'est plus la façon dont on consulte la population, les citoyens. Je pense qu’il y a eu comme un laisser-aller à ce niveau-là, observe le candidat.

Celui-ci a déjà planifié une douzaine de rencontres avec des organisations locales qui contribuent au développement communautaire, économique et social et qui représentent la population dans différents domaines.

Les préoccupations vertes d'Antonin Valiquette

L’ancien journaliste et actuel directeur de la Chambre de commerce et candidat à la mairie des Îles-de-la-Madeleine, Antonin Valiquette, mise sur la représentation pour mener à bien ses priorités.

Il explique qu’il entend entamer véritablement sa campagne sur le terrain la semaine prochaine puisqu’il est toujours en poste à la Chambre de commerce.

L'aspirant maire a tout de même fait connaître en début de semaine ses dossiers phares en matière d'environnement et de changements climatiques.

S’il est élu, M. Valiquette ira cogner à la porte de Québec afin de défendre les besoins des Madelinots, notamment en ce qui a trait à la gestion des matières résiduelles, à la transition énergétique de l'archipel et à l'érosion côtière.

Antonin Valiquette est à l'extérieur, devant des roulottes.

Antonin Valiquette a lancé lundi ses premières propositions comme candidat à la mairie. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Antonin Valiquette appuie entièrement les recommandations de la communauté maritime sur le plan de transformation de la centrale thermique de Cap-aux-Meules. Il faut, dit-il, s'assurer que le projet respecte les critères déjà établis, comme ceux de la fiabilité de la technologie choisie, de la fiabilité de l'approvisionnement en électricité, donc de la réduction des gaz à effet de serre et, bien sûr, il faut que le projet passe le test de l’acceptabilité sociale.

Il rappelle que la Municipalité des Îles s’est dotée d’une stratégie énergétique en 2017. Cette stratégie est là pour rester, je veux non seulement la maintenir, mais également la bonifier dans le futur.

Le candidat veut aussi s'assurer que l'aide annuelle d'un million versée aux Îles-de-la-Madeleine, offerte pour deux ans par Québec pour la gestion des matières résiduelles, devienne récurrente.

Il s’engage à poursuivre le travail de protection des berges contre l'érosion sur les sites qui ont été désignés prioritaires. On va faire l'évaluation au fil du temps de l'impact de ces travaux et continuer avec cette expertise qu'on développe dans le milieu à mieux protéger de façon à être de plus en plus efficace tout en respectant la capacité de payer des citoyens, explique Antonin Valiquette.

Le candidat ajoute que même si la Municipalité ne paie que 20 % de la facture, l’ampleur des travaux s’avère de plus en plus lourde pour les contribuables.

Antonin Valiquette mise beaucoup sur la création d’un bureau coordonnateur pour les recherches sur l’érosion côtière. Le candidat croit que ce bureau devrait s’ouvrir aux Îles et profiter de l’expertise des Madelinots.

Le candidat croit que pour occuper le siège de maire, la polyvalence est de mise. Il y a un côté gestionnaire, un côté administrateur, il y a un côté mobilisateur, il y a un côté coordonnateur. Il y a un côté communicateur. C'est un travail extrêmement exigeant, mais qui est extrêmement important pour préserver la qualité de vie de l'ensemble des Madelinots.

Kaven Langford en entrevue à Bon pied, bonne heure

Le pêcheur Kaven Langford avait déjà tenté d’être élu conseiller à Havre-aux-Maisons en 2017. Il estime avoir toujours été intéressé par l’économie et la politique.

Kaven Langford.

Le candidat à l'élection municipale partielle à la mairie des Îles-de-la-Madeleine Kaven Langford.

Photo : Kaven Langford

C’est la situation économique des Îles qui l’a amené à poser sa candidature. L’inflation, le vieillissement de la population et l’abordabilité des logements le préoccupent. Il croit que les Madelinots auraient besoin de grands investisseurs comme le fonds de solidarité de la FTQ pour mener à bien leurs projets.

Pour attirer de nouveaux travailleurs dans l’archipel, il prône l’ouverture d’une saison de pêche au homard à l’automne pour assurer une plus longue saison pour la capture et la transformation. Il croit aussi que les établissements de formation des Îles devraient pouvoir offrir des résidences et attirer des étudiants de l’extérieur.

Le candidat à la mairie des Îles-de-la-Madeleine, Kaven Langford

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Bon pied, bonne heure!

Bon pied bonne heure ICI Première.

Un autre candidat, Steve Chevarie, un résident de Fatima, s’est ajouté à la dernière minute, vendredi, lors de la fermeture des mises en candidature.

Le vote par anticipation aura lieu le 26 février et le scrutin, le 5 mars.

Avec la collaboration de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...