•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sans-abri à Brandon luttent pour leur survie par des températures glaciales

Marcia Chaske, à gauche, et Bell Jannette à droite dans un local du refuge à Brandon, en février 2023.

Marcia Chaske, à gauche, et Bell Jannette utiliseront des bâches, des couvertures et d'autres articles pour créer un abri à l'extérieur lorsqu'elles n'ont pas de place dans un refuge pour passer la nuit à Brandon.

Photo : Radio-Canada / Chelsea Kemp

Radio-Canada

Le seul refuge de Brandon pour passer la nuit étant complet, les personnes en situation d'itinérance luttent pour leur survie alors que de grands froids frappent la région.

Elles s'approvisionnent en bâches, tentes et couvertures ou cherchent désespérément un canapé pour passer la nuit au chaud.

Bell Jennette et Marcia Chaske étaient prêtes à affronter la vague de froid à Brandon, car elles n'avaient pas le choix , disent-elles.

Vous devez faire ce que vous avez à faire pour rester au chaud, souligne Mme Chaske.

Tout le monde a besoin d'aide. On a tous besoin d'un endroit sûr, renchérit Mme Jennette.

Les deux femmes restent au refuge Safe and Warm géré par l'organisme Samaritan House Ministries et prévoient un plan au cas où les lits ne seraient pas disponibles.

Elles sont prêtes à fabriquer leur propre abri en utilisant des bâches, des couvertures, et du carton, notamment.

Généralement je me promène pour me réchauffer. C'est le bout de mes doigts et de mes orteils qui gèle, souligne Marcia Chaske.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, 1220 visiteurs différents ont fait appel aux services du refuge de Safe and Warm, dans une ville de 51 000 habitants.

En date du 10 novembre 2022, le refuge avait reçu 444 visiteurs uniques cette année.

Safe and Warm a une capacité maximale de 41 lits.

Le refuge Safe and Warm Shelter du Samaritan House Ministries à Brandon  photographié en février 2022.

Le refuge Safe and Warm Shelter du Samaritan House Ministries à Brandon a une capacité d'accueil de 41 lits Un refuge temporaire a été créé, The Q, en cas de débordement.

Photo : Radio-Canada / Chelsea Kemp

Le refuge de nuit, The Q, a été ajouté en décembre pour répondre à l'afflux de personnes si les lits deviennent complets au refuge Safe and Warm.

La température à Brandon a chuté à -31 °C dans la nuit de jeudi à vendredi, alors que le sud du Manitoba faisait face à des avertissements de froid extrême.

Mme Jennette s'inquiète surtout pour les jeunes et les personnes âgées lorsque la température baisse, car ils ne savent pas toujours comment rester au chaud ou quelles sont les ressources disponibles.

Pendant la journée, les gens peuvent se rendre au Blue Door Project, au Centre d'amitié de Brandon et au Seventh Street Health Access Centre pour rester au chaud.

La nuit, certains se réfugient dans l'entrée intérieure d'une banque du centre-ville. Une quinzaine de personnes peuvent se serrer les unes contre les autres dans ce petit espace.

Il y a d'autres choses auxquelles il faut penser quand on vit dans la rue, dit Mme Jennette, et survivre ne devient que plus difficile en hiver.

Elle pense toujours à trouver et à conserver de l'eau et de la nourriture pour ne pas être affamée.

Elle apprécie le Blue Door Project, un refuge de jour, parce qu'elle peut échapper aux températures glaciales tout en obtenant de l'eau et des collations.

Selon Cheryl Longclaws, une employée de Blue Door Project, l'organisme a connu la semaine dernière quelques-unes de ses journées les plus occupées de l'hiver.

Nous avons beaucoup de personnes qui viennent pour rester au chaud. Nous pouvons avoir entre 40 et 80 personnes, explique Mme Longclaws. Les gens arrivent ici et ont très froid

À son pic, le Blue Door Project peut recevoir près de 100 personnes en quête de chaleur, de nourriture et de socialisation.

L'organisme distribue des gants, des couvertures, des chauffe-mains, des boissons chaudes pour aider les gens à se réchauffer.

Mme Longclaw souligne que c'est un défi de répondre aux besoins, alors que le financement de l'organisme dépend des dons du public.

Avec des informations de Chelsea Kemp

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...