•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meta promet de l’efficacité en 2023, après une baisse de revenus historique

Les logos de Meta et Facebook

Les logos de Meta et Facebook

Photo : Dado Ruvic/Reuters

Agence France-Presse

Meta (Facebook, Instagram, WhatsApp) séduit à nouveau les utilisateurs et les investisseurs, mais sort affaibli de 2022, la première année où ses recettes publicitaires ont décliné depuis que le géant des réseaux sociaux est entré en bourse en 2012.

Son chiffre d'affaires annuel a baissé de 1 % à 116,61 milliards de dollars, d'après son communiqué de résultats.

Son titre bondissait quand même de 19 % lors des échanges électroniques après la clôture de la bourse mercredi, car le marché s'attendait à une chute plus brutale pour le groupe californien qui navigue à vue depuis un an, entre contraintes macro-économiques et compétition féroce pour l'attention des consommateurs.

Autre signe positif, le nombre de personnes qui utilisent quotidiennement Facebook a franchi le cap des 2 milliards, contre 1,98 milliard fin septembre. En tout, quelque 3,74 milliards de personnes utilisent au moins un des services de l'entreprise (réseaux sociaux et messageries) tous les mois.

Ces bonnes surprises ne masquent pas la réalité d'une entreprise qui a connu des jours meilleurs.

Au quatrième trimestre de 2022, Meta a vu son bénéfice net être divisé par deux à 4,65 milliards.

Ses revenus et profits ont pâti de la diminution des budgets des annonceurs à cause de la crise économique, de la concurrence de TikTok et des changements réglementaires d'Apple, qui brident les capacités des réseaux sociaux à récolter les données des utilisateurs pour vendre des publicités très ciblées.

Plan social

Comme de nombreuses grandes entreprises, et tous ses grands voisins de la Silicon Valley sauf Apple, Meta a mis en place un plan social massif à l'automne.

Le groupe a supprimé 11 000 postes, soit environ 13 % de ses effectifs, et gelé les embauches jusqu'à fin mars 2023. Et ce n'est peut-être pas fini.

Nous cherchons à [...] retirer certains échelons, certains postes intermédiaires de management pour accélérer les prises de décisions, a déclaré mercredi Mark Zuckerberg, le patron du groupe, lors de la conférence téléphonique avec les analystes.

Il veut que 2023 soit l'année de l'efficacité après 18 ans de croissance rapide et pense qu'il sera ainsi plus agréable pour les employés de travailler, car ils pourront accomplir plus de choses.

Sa société inquiète les marchés depuis un an, quand elle avait pour la première fois perdu des utilisateurs sur Facebook.

C'était peu après son changement de nom et l'annonce de son pivot vers le métavers, cet univers parallèle présenté comme l'avenir d'Internet, accessible notamment via les réalités augmentée et virtuelle.

Reality Labs, la branche chargée de développer le métavers, a creusé ses pertes à 4,3 milliards de dollars pendant le trimestre écoulé, après avoir déjà perdu 3,7 milliards au troisième trimestre, et 2,6 milliards au deuxième.

Le métavers reste une priorité

Mark Zuckerberg va devoir accepter la triste réalité : les entreprises et les consommateurs n'ont pas d'appétit pour les mondes virtuels en ce moment, a dit Debra Aho Williamson d'Insider Intelligence.

Le milliardaire a indiqué mercredi que le métavers reste une priorité, mais moins urgente que l'IA.

L'IA fait depuis cet automne un retour avec force comme vedette des nouvelles technologies, grâce au logiciel d'IA générative ChatGPT, qui déchaîne les passions. Mis en ligne par l'entreprise émergente californienne OPenAI en novembre, il est capable de rédiger toutes sortes de textes et de lignes de codes informatiques.

Comme Google, Meta travaillait déjà sur l'IA générative. Mark Zuckerberg espère notamment qu'elle va permettre de créer facilement des vidéos, des avatars et des images 3D pour diverses plateformes.

TikTok, un concurrent de taille

L'IA est aussi au cœur des efforts du numéro deux mondial de la publicité pour inciter ses utilisateurs à passer du temps sur ses applications et pour en tirer plus de revenus.

L'entreprise a copié les vidéos courtes et captivantes de TikTok avec ses reels et se concentre à présent sur les algorithmes de recommandation personnalisée, qui ont largement contribué au succès de son populaire concurrent.

Elle doit aussi trouver le moyen de mieux les monétiser, puisqu'à ce stade, l'intérêt pour les reels se traduit en pertes de revenus, a admis le dirigeant, les utilisateurs passant moins de temps sur les pages centrales de Facebook ou d'Instagram, plus lucratives.

Les algorithmes doivent aussi aider Meta à contourner le problème posé depuis un an par la politique d'Apple sur la protection de la vie privée. L'IA permet en effet d'améliorer le ciblage et les mesures d'efficacité, sans récolter plus de données.

Insider Intelligence prédit que les parts de marché mondiales de Meta vont diminuer à moins de 20 % cette année, après avoir atteint 22 % en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...