•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autobus du Mouvement Desjardins est boudé en Haute-Côte-Nord

Deux enseignes montrant le logo de Desjardins sur la façade d'un édifice.

À l'automne dernier, la mairesse des Bergeronnes, Nathalie Ross, avait demandé à plusieurs citoyens de formuler une plainte auprès de Desjardins pour garder ouvert le centre de services de la municipalité. L’appel pour effectuer des démarches citoyennes a été entendu de plusieurs. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le service de navette de la Caisse Desjardins, qui relie Les Bergeronnes et le siège social régional de la Caisse aux Escoumins, n’a attiré aucun utilisateur jusqu’à présent. C'est ce que confirme la Caisse populaire Desjardins du Saguenay–Saint-Laurent (CPDSSL).

En raison de la fermeture du centre de services Desjardins des Bergeronnes au début de l’année, ce transport est l’une des solutions de rechange de la coopérative pour desservir ses quelque 500 membres de la municipalité.

Un autobus à proximité d'une église durant l'hiver.

Desjardins offre ce transport à partie de l'OMH des Bergeronnes ou à partir de l'église de la communauté.

Photo : Gracieuseté de Maëlys Glon

Cette navette est disponible depuis le 12 janvier. Mais plusieurs citoyens boudent le service. Ils dénoncent notamment qu’il soit offert seulement les jeudis chaque semaine.

La mairesse des Bergeronnes, Nathalie Ross, considère que le service de navette n’est pas adapté aux besoins de la communauté.

On ne va pas prendre l’autobus, qui va nous prendre au minimum une heure de notre temps [pour faire l’aller-retour]. Avant, ça nous prenait 15 minutes et on le faisait sur les heures de travail. Il y a une différence dans la qualité de vie, lance-t-elle.

« Quand l’on n'est pas d’accord avec la fermeture, on ne prend pas la petite solution de rechange [de prendre l’autobus]. »

— Une citation de  Nathalie Ross, mairesse des Bergeronnes
Nathalie Ross sourit à la caméra à son bureau de mairesse.

Nathalie Ross est la mairesse des Bergeronnes. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Nathalie Ross réclame le retour du centre de services Desjardins dans la région.

Une résidente des Bergeronnes, Maëlys Glon, a également dénoncé cette situation sur les réseaux sociaux. Sa capsule vidéo a connu un franc succès.

Cette vidéo n’était pas du tout préparée. Un matin vers 9 h ou 9 h 30, j'ai vu l’autobus jaune. Il était garé à notre église. J'ai trouvé ça tellement absurde que j'ai senti le besoin de faire cette vidéo, raconte-t-elle.

Une pétition avec 637 signatures

À l'automne dernier, la mairesse des Bergeronnes avait demandé à plusieurs citoyens de formuler une plainte auprès de Desjardins pour garder ouvert le centre de services. L’appel pour effectuer des démarches citoyennes a été entendu de plusieurs.

Une pétition pour réclamer le maintien de Desjardins dans la Municipalité a d'ailleurs été déposée à la fin du mois de décembre auprès de la coopérative.

Le document aurait reçu 637 signatures en l’espace de 10 jours, selon Nathalie Ross.

La Caisse populaire Desjardins du Saguenay–Saint-Laurent, comptait, à la fin de 2021, 6837 membres.

Les Bergeronnes en été avec l'église qui trône au milieu de la municipalité.

Selon les données du dernier recensement de Statistique Canada, la population des Bergeronnes était de 619 personnes en 2021. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

L’un des instigateurs de la pétition, Jacques Gagné, considérait que cette démarche aurait pu peser dans la balance décisionnelle de Desjardins.

Ce document ne peut toutefois pas obliger légalement la coopérative à revenir sur sa décision de fermer le centre de services.

Cette décision appartient aux membres du conseil d’administration de la Caisse populaire Desjardins du Saguenay–Saint-Laurent.

Chaque caisse est autonome. C'est le conseil d’administration qui a le pouvoir. Si l'on veut faire un changement, il faut rentrer au conseil d'administration. Il faut rentrer des gens au conseil d'administration pour faire en sorte de conserver nos points de service à travers la région et partout ailleurs au Québec, explique Jacques Gagné.

Jacques Gagné porte des lunettes.

Jacques Gagné, qui est un résident des Bergeronnes, est l’un des instigateurs de la pétition.

Photo : Gracieuseté de Jacques Gagné

Jacques Gagné espère que des membres de la Caisse Desjardins qui résident aux Bergeronnes vont tenter de se joindre au conseil d’administration dès que possible.

Le directeur général de la CPDSSL, David Harrisson, indique que la navette est maintenue pour l’instant, mais qu’une analyse de son utilisation sera réalisée à moyen terme.

Cette fermeture aux Bergeronnes n’est pas un phénomène nouveau.

Selon des chiffres de la Caisse Desjardins, en 2019, la coopérative comptait 887 centres de services à travers le Canada. En 2021, il y en avait 790.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...