•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De nouvelles mesures pour les stationnements entrent en vigueur à Calgary

Des voitures stationnées à Calgary en janvier 2023.

Un permis Market pour le centre-ville coûte 150 $ par mois, ailleurs dans la ville 100 $ par mois et dans les banlieues 75 $ par mois.

Photo : Radio-Canada / Mark Matulis

De nouvelles mesures pour les stationnements résidentiels entrent en vigueur à Calgary. De nombreux résidents du centre-ville devront payer jusqu’à 150 $ par mois afin de pouvoir se stationner dans la rue devant chez eux.

Le nouveau permis Market est destiné aux résidents de grands immeubles multirésidentiels construits après 1945. Il permet aux résidents de se stationner dans une zone de stationnement résidentiel dans un rayon de 150 mètres autour de leur immeuble.

Nous essayons d'encourager les gens à opter pour le stationnement dans leur immeuble, mais le permis Market leur permet aussi d'avoir accès au stationnement dans la rue pour un coût mensuel, explique Chris Blaschuk, responsable de Calgary Parking.

Il précise que les zones très fréquentées comme le centre-ville où il y a beaucoup de trafic de livraison, d'autres personnes qui visitent la région, les entreprises locales, sont particulièrement visées. Nous optimisons la disponibilité du stationnement sans exiger d'espace physique supplémentaire, souligne-t-il dans un communiqué de la Ville.

Un permis Market pour le centre-ville coûte 150 $ par mois, 100 $ ailleurs dans la ville et 75 $ dans les banlieues. Il existe également une option pour les personnes à faible revenu admissibles au programme Fair Entry, au coût de 6,25 $ par mois.

Les résidents de ces immeubles ne sont plus éligibles pour les permis de stationnement résidentiels standards. Un seul permis par résidence sera autorisé et ne pourra être utilisé par les visiteurs.

Chris Blaschuk affirme que les personnes qui ne désirent pas payer pour le stationnement dans les zones où c’est obligatoire devront examiner leurs différentes options et peut-être même envisager de se débarrasser de leur voiture.

Si les gens utilisaient les permis de stationnement [gratuits] pour compenser une partie de leurs coûts, ils devront maintenant reconsidérer l'ensemble de leurs choix de déplacement en fonction de l'endroit où ils habitent, dit-il.

Dès la mi-2023, les résidents de grands bâtiments multirésidentiels construits avant 1945 et de petits immeubles multirésidentiels devront se procurer un permis Select au coût de 75 $ par mois. Le permis permet aux résidents de la résidence admissible ou à un visiteur de se stationner dans la rue dans sa zone de stationnement.

Les résidents de constructions basses seront admissibles à trois permis de stationnement résidentiel standard et à deux permis pour les visiteurs. Le premier permis sera offert au coût de 100 $ pour deux ans, le deuxième pour 150 $ et le troisième pour 250 $. Les permis de visiteurs coûteront 150 $ chacun.

Des résidentes mécontentes de ce changement

Je ne vendrais pas ma voiture. Ma voiture est mon indépendance [...] je n’imagine pas les gens se débarrasser de leur voiture et prendre le bus, lance Christine Robb, une résidente du quartier Montgomery, interrogée dans la rue. Selon elle, les gens n’auront d’autres choix que de se plier aux nouveaux frais.

Elle ajoute qu’il est injuste, selon elle, pour les résidents de devoir payer un permis de stationnement afin que des visiteurs puissent avoir plus de places de stationnement.

Une autre résidente, qui habite dans le quartier de Parkdale, devra maintenant payer pour un permis de stationnement résidentiel standard. Je vais devoir faire avec, mais je n'aime pas ça. J'aimerais qu'il y ait quelque chose que nous puissions faire [...] pour lutter contre cela et pour trouver une certaine équité.

Je trouve que les frais actuels sont astronomiques, renchérit Christine Robb. Je ne sais pas comment les gens vont pouvoir se permettre de payer pour deux voitures dans la rue par mois, déplore-t-elle, soulignant que dans un contexte inflationniste, de tels montants vont vraiment faire mal au portefeuille des gens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...