•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les libéraux et le NPD du Yukon signent une entente valable jusqu’aux élections en 2025

Ranj Pillai et Kate White signent un document devant un drapeau du Yukon.

Le premier ministre du Yukon, Ranj Pillai (gauche), et la cheffe néo-démocrate, Kate White, prolongent leur entente de 2021 selon laquelle le NPD soutiendra le Parti libéral, minoritaire à la Chambre.

Photo : Nouveau Parti démocratique du Yukon

Le Parti libéral du Yukon est parvenu à conclure une seconde entente avec le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Kate White qui leur permettra de maintenir les rênes du gouvernement jusqu’aux prochaines élections législatives, prévues en novembre 2025.

L'entente permet de prolonger celle signée au lendemain des élections de 2021 et qui arrivait à échéance le 31 janvier 2023. Elle prévoit une série de mesures sur six questions clefs, soit la santé, l’éducation, le coût de la vie, le logement, la réconciliation et l’environnement.

Il y a deux semaines, lorsque je suis entré en fonction, je parlais de trois choses : la santé, l’éducation et le logement. Je pense que nous savions tous que nous avions du travail à faire sur ces questions. Il ne restait qu’à détailler nos priorités, explique le premier ministre, Ranj Pillai.

Parmi les mesures comprises dans ce nouvel accord de confiance et de soutien figurent la création d’une clinique médicale sans rendez-vous à Whitehorse en 2024 ainsi que le maintien d’un plafond des augmentations de loyer, qui est indexé sur l’inflation.

L’accord prévoit aussi une révision de la Loi sur les rapports entre locateurs et locataires en matière résidentielle d’ici juin 2023.

Tout le monde connaît mes valeurs et c’est avec [celles-ci] qu’on a commencé les négociations. Il y a plein de choses dans cet accord qui sont importantes pour les gens [...] et nous sommes très fiers de ce document , souligne la cheffe du Parti néo-démocrate, Kate White.

Le gouvernement souhaite également entamer des discussions avec les leaders autochtones du territoire en ce qui concerne a Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones tout en continuant de mettre en oeuvre les recommandations de la Commission de vérité et réconciliation.

« Je ne pense pas qu’il y ait un point sur lequel j’ai dû plier. Je dirais plutôt que je suis très heureux du terrain d’entente que nous avons trouvé. »

— Une citation de  Ranj Pillai, premier ministre du Yukon

L’opposition déçue de cette alliance

Depuis l’annonce de la démission de Sandy Silver du poste de premier ministre et l’élection sans opposition de Ranj Pillai, le chef du Parti du Yukon, Currie Dixon, ne cachait pas son désir de retourner en élection.

Cette entente vient toutefois assurer que les Yukonnais n’auront pas à se présenter aux urnes avant la date prévue du scrutin, soit le 3 novembre 2025.

Bien sûr que nous sommes déçus, nous voulions avoir une chance de présenter une nouvelle solution de rechange aux Yukonnais et d'offrir du changement. Malheureusement, les gens qui souhaitent ce changement devront attendre encore deux ans, indique Currie Dixon.

Il craint que les mesures présentées dans l’accord n'ajoutent un poids financier sur les épaules, notamment, du secteur privé et des petites entreprises locales.

« Ce n’est pas ce pour quoi les Yukonnais ont voté. Personne n’a voté pour ce programme politique ni pour ce premier ministre. »

— Une citation de  Currie Dixon, chef du Parti du Yukon

Un accord comparable à celui du fédéral

Selon le directeur de l'Institut d’études canadiennes de l’Université McGill, Daniel Béland, un tel accord n’est pas propre au Yukon. Il existe également à Ottawa entre le Parti libéral de Justin Trudeau et le Parti néo-démocrate de Jagmeet Singh.

Mais ça, c’est une situation différente de ce qu’on voit à Ottawa, où il n’y a pas d’égalité entre les libéraux et les conservateurs. Les libéraux ont quand même plus de sièges, explique Daniel Béland.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, regarde dans la direction du premier ministre Justin Trudeau. Les deux hommes sont assis sur une chaise lors d'une rencontre dans un bureau situé sur la colline du Parlement à Ottawa, le jeudi 14 novembre 2019.

Une entente similaire a été signée en mars 2022 entre le Parti libéral du Canada et le Nouveau Parti démocratique de Jagmeet Singh afin de maintenir les libéraux au pouvoir jusqu'en 2025.

Photo : The Canadian Press / Sean Kilpatrick

À l’inverse, au Yukon, le gouvernement se compose d’un nombre égal de députés du Parti libéral et du Parti du Yukon, l’opposition officielle, ainsi que de trois députés du Nouveau Parti démocratique. Une alliance avec le NPD est donc la seule option pour que les libéraux puissent assurer leur maintien au pouvoir.

Daniel Béland rappelle toutefois que, puisqu’il s’agit d’une alliance législative et non d’une alliance de coalition qui permettrait aux deux partis de gouverner conjointement, le NPD demeure un parti d’opposition. Et cette situation s’applique autant à Ottawa qu’au Yukon.

Le NPD au Yukon pourrait aussi adopter une telle approche, c’est-à-dire que, oui, on soutient le parti au pouvoir lors de votes importants, par exemple sur le budget qui sont des votes de confiance. [Cependant] on va continuer à faire partie de l’opposition et, donc, à les critiquer si on n’est pas satisfait, dit-il en ajoutant que cela peut créer une situation un peu ambiguë où on maintient un parti au pouvoir tout en continuant à le critiquer.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...