•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Acadie pleure la mort de la comédienne Viola Léger

La comédienne Viola Léger

Viola Léger a commencé à interpréter la Sagouine en 1972.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après l'annonce du décès de Viola Léger samedi, la communauté acadienne réagit à la mort de la comédienne qui a incarné la Sagouine pendant 50 ans.

L'Acadie est en deuil dimanche. Depuis l'annonce du décès de Viola Léger à 92 ans, les réactions affluent. Tous louent une grande dame.

À Bouctouche, dimanche, le nom de Viola Léger était sur toutes les lèvres.

Quand tu parles Acadie, tout de suite c'est Antonine Maillet, c'est Viola Léger, c'est la Sagouine. C'est une grosse partie de l'Acadie. Elle est partie et c'est sûr que ça fait drôle à tout le monde, a confié une citoyenne, Monic Gautreau.

Je trouve qu'elle a valorisé le parler des Acadiens. Sans que ce soit un français standard, elle parlait comme notre parler de tous les jours. Aussi, il y avait un message important dans ses monologues, nous a mentionné Laurida Brun. Elle a fait connaître davantage les Acadiens par ses monologues, elle n’a pas juste joué au Pays de la Sagouine, mais un petit peu partout.

Eva-Mae Bourque, à qui Antonine Maillet a enseigné au Collège Notre-Dame d’Acadie, à Moncton, se rappelle comment la Sagouine avait fait une fureur à l’époque. On est allés la voir plusieurs fois, dit-elle.

Elle a mis Bouchtouche sur la map, déclare quant à lui Omer Gaudet.

Un « engagement indéfectible »

C'est toute l'Acadie qui pleure le départ de Viola Léger, a écrit Monique Poirier, codirectrice générale du Pays de la Sagouine, sur Facebook. Elle célèbre une femme extraordinaire qui laisse un grand vide.

« Évidemment, son immense talent comme comédienne est ce que plusieurs retiennent, avec raison, mais moi, c’est l’exemple d’une artiste qui n’a jamais placé de date limite à un rêve. C’est l’exemple du travail, de la discipline et de la rigueur. C’est l’exemple d’une artiste qui s’est dévouée corps et âme à son métier. »

— Une citation de  Monique Poirier, codirectrice générale du Pays de la Sagouine

Le rôle de la Sagouine a permis à Viola Léger de donner une voix, un souffle, une portée à l'Acadie, souligne la députée de Caraquet, Isabelle Thériault. L'élue a rendu hommage à une comédienne exceptionnelle, ambassadrice extraordinaire.

Robert Gauvin, comédien aujourd'hui député de Baie-de-Shediac—Dieppe, s'est souvenu de la grande générosité de Viola Léger qui, dit-elle, était toujours en contact avec les acteurs des jeunes générations. Elle appelait, elle prenait de nos nouvelles... même si c'était elle, la numéro un!

« Viola Léger nous a montré que c'était possible de faire carrière dans ce métier-là. »

— Une citation de  Robert Gauvin, comédien et politicien

Le sénateur du Nouveau-Brunswick René Cormier célèbre sa brillante carrière. Elle nous lègue son engagement indéfectible et son amitié, poursuit-il.

Cette grande dame a été une excellente ambassadrice de l'Acadie au niveau culturel, académique et politique de notre province et pays, a salué Daniel Allain, le ministre des Gouvernements locaux au Nouveau-Brunswick.

Le député fédéral de Beauséjour, Dominic LeBlanc, a fait son entrée aux Communes pour la première fois en 2000, quelques mois avant que Viola Léger ne devienne sénatrice. La côtoyer dans la sphère politique fut un privilège, a écrit l'homme politique acadien sur Twitter dimanche.

Mme Léger lègue aux Acadiens et aux francophones de tout le pays un héritage culturel immense, a-t-il écrit.

« Il n'y a pas de doutes de l'impact qu'elle a eu en termes de définir la culture acadienne, de donner une voix au peuple acadien, pas seulement au Canada, mais à travers le monde. »

— Une citation de  Dominic LeBlanc, en entrevue dimanche

L’ancien premier ministre Jean Chrétien avait nommé Viola Léger sénatrice en juin 2001. La dame de théâtre a siégé au Sénat jusqu’à l’âge permis de 75 ans, qu’elle a atteint en juin 2005.

C’était une personnalité extraordinaire et une professionnelle hors pair, s’est souvenu le 20e premier ministre canadien sur les ondes de RDI dimanche.

Ginette Petitpas Taylor, la ministre fédérale des Langues officielles, a loué Viola Léger. Jamais l’Acadie n’aura eu une aussi fidèle ambassadrice que Mme Léger pour qui le personnage de la Sagouine fut non seulement le rôle d’une carrière et d’une vie, mais représenta aussi un symbole de grande fierté et de ténacité pour tous les Acadiens et Acadiennes, a écrit sur Facebook la députée de Moncton-Riverview-Dieppe.

Les drapeaux du Nouveau-Brunswick, du Canada et de l'Acadie sont en berne devant la mairie de Bouctouche.

À Bouctouche, les drapeaux sont en berne depuis dimanche matin, après le décès de Viola Léger, interprète de la Sagouine pendant 50 ans.

Photo : Radio-Canada / Félix Arseneault

Sans manquer de souligner l'impact culturel et économique du Pays de la Sagouine dans la région, le maire du Grand-Bouctouche, Aldéo Saulnier, se souvient surtout de Viola Léger comme d'une femme que tout le monde voulait rencontrer et côtoyer.

Il se rappelle les foules qu'a attirées le Pays de la Sagouine dès son ouverture, il y a une trentaine d'années.

C'était une personne que tout le monde voulait avoir la chance d'y parler, dit-il. Ça venait de partout.

Elle a amené le peuple acadien à un autre niveau, a déclaré le maire, évoquant les conversations sur l'identité acadienne que l'on entend toujours aujourd'hui. Elle nous a laissé beaucoup de beaux souvenirs. Elle nous a laissé quelque chose qu'on va y penser pour longtemps, longtemps.

Viola Léger.

Viola Léger, interprète du rôle de la Sagouine, en 1975.

Photo : Radio-Canada / André Le Coz

« Une icône de notre peuple »

Pour Alexandre Cédric Doucet, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), c'est une grande perte pour l'Acadie et pour nous tous aussi.

Sur Facebook, la Société nationale de l'Acadie (SNA) rend un long hommage à celle qui incarnait, à elle seule, le parcours de l’Acadie moderne. Elle qui était née au Massachusetts dans une famille acadienne avant de s'installer à Moncton.

Viola Léger.

Viola Léger a interprété le rôle de la Sagouine jusqu'en 2017.

Photo : Radio-Canada

« En acceptant, en 1971, le rôle de la Sagouine que lui offrait sa créatrice, madame Antonine Maillet, Viola Léger ne pouvait pas se douter qu’elle allait endosser non seulement un personnage unique – qu’elle allait jouer plus de 2500 fois en français et en anglais - mais aussi qu’elle deviendrait une icône de notre peuple et sa fière porte-parole »

— Une citation de  Martin Théberge, président de la Société nationale de l'Acadie

Soutien aux jeunes artistes

Gilles Beaulieu, président de la Fondation Viola Léger, a célébré une grande dame du théâtre qui est entrée dans toutes les cuisines, dans tous les villages, dans les villes, pas seulement en Acadie.

Il a rendu hommage à une actrice exigeante dans sa vie professionnelle, une femme loyale à ses amis, à son public, à ses proches et une personne profondément aimante.

« C'était une dame qui était très simple dans la vie. Tous les succès qu'elle a connus, ce qu'il en ressortait c'était une humilité. »

— Une citation de  Gilles Beaulieu, président de la Fondation Viola Léger

Il a souligné son engagement vis-à-vis des jeunes professionnels du théâtre. Par le biais de sa fondation, créée dans les années 1990, elle a soutenu financièrement des jeunes pour aider ces artistes dans leur carrière.

Gros plan sur le visage expressif de la Sagouine.

Viola Léger dans son rôle de la Sagouine en 1975.

Photo : Radio-Canada / Guy Dubois

Le comédien et humoriste Luc LeBlanc a tenu à remercier celle qui lui a donné le courage et la confiance de faire une carrière artistique.

Au-delà de l'Acadie, les réactions affluent également. Sur Twitter, le ministre québécois de la Culture, Mathieu Lacombe, a écrit dimanche qu'il s'agit d'une grande perte pour l'Acadie et pour nous tous aussi.

Elle fut une inspiration et un modèle de persistance, selon Sylvain Lavoie, président-directeur général du Centre de la francophonie des Amériques.

Avec des informations de Sarah Déry, Félix Arseneault, Océane Doucet et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...