•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé mentale : l’entrepreneur, ce « héros » ébranlable

Selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, les trois quarts des propriétaires de PME veulent céder leur entreprise dans les 10 prochaines années et 22 % d’entre eux invoquent l’épuisement comme raison principale de leur choix.

Dominic Gagnon.

Dominic Gagnon, cofondateur et PDG de Connect&GO.

Photo : Radio-Canada / Karim Ouadia

« Ça fait peur de dire : "hey, la gang, ici, on est une entreprise en croissance avec des investissements de plus de dix millions de dollars et je consulte un psychologue" […] Je pense que cela ne devrait plus être délicat de parler de la santé mentale chez les entrepreneurs. » C’est en ces termes que Dominic Gagnon a répondu presque instantanément lorsqu’il a été sollicité pour participer à la réalisation de ce reportage.

Le cofondateur et PDG de Connect&GO, qui a mis au point le bracelet électronique pour les grands événements publics comme le festival Osheaga, sait de quoi il parle. Il a touché le fond avant de rebondir et de devenir une sorte de porte-parole de ces femmes et ces hommes d'affaires, ces super héros que l’on peine à imaginer fatigués, épuisés et au bout du rouleau.

Avec sa voix qui résonne dans les locaux de son entreprise dans le Mile-Ex à Montréal, en plein déménagement vers de nouveaux bureaux, M. Gagnon se confie sur son trouble d’attention et d’hyperactivité diagnostiqué assez tard dans sa vie. Il se dit également dyslexique.

Ce cocktail a de quoi rendre la vie d’un entrepreneur bien compliquée, reconnaît-il.

Le choc de la pandémie

Connect&GO, perçue comme un chef de file dans son domaine, a été sérieusement ébranlée par la crise sanitaire. Le tsunami de la COVID-19 a brouillé toutes les cartes en faisant vaciller les entreprises les plus solides et en aggravant la situation des plus fragiles.

« J’ai touché plusieurs creux, mais celui de la pandémie a été l’un des plus bas. »

— Une citation de  Dominic Gagnon, cofondateur et PDG de Connect&GO

En plus des épisodes d’anxiété et de stress intenses, il a versé dans la consommation d’alcool d’une façon excessive.

Je n’allais pas bien, c’était difficile. Le matin, je pleurais dans l’auto. Je pleurais aussi avant de débarrer la porte de mon bureau.

M. Gagnon est passé par une phase de déni et il a cru que cela était passager.

Au début, je me disais que c’était temporaire, que c’était juste une mauvaise journée, raconte-t-il, évoquant un soir où il avait pris plusieurs verres d’alcool en un laps de temps très court, suscitant l’étonnement puis l’inquiétude de sa conjointe.

Cela a eu lieu au moment où je devais annoncer 15 mises à pied le lendemain. L’alcool, c’était une façon d’endormir le mal, explique-t-il.

La pandémie lui a fait perdre 98 % des revenus de l'entreprise et il n’avait que l’incertitude pour horizon.

Comment en arrive-t-on là et comment vit-on ces situations?

Les entrepreneurs sont souvent en dernière ligne et les niveaux de stress sont assez élevés, indique Nicolas Chevrier, psychologue à Services psychologiques Séquoia.

Nicolas Chevrier.

Nicolas Chevrier, psychologue.

Photo : Radio-Canada / Karim Ouadia

On sait depuis longtemps que plus on est haut dans la hiérarchie d’une organisation, plus les niveaux de stress sont élevés.

Nous évoluons aussi dans une culture basée sur la performance et d’une certaine définition de ce que doit être le leadership. L'entrepreneur doit être une personne forte, autonome, qui n’a pas besoin d’aide, rappelle M. Chevrier.

Les pressions sont multiples et plus intenses sur les entrepreneurs à la tête d’une petite ou moyenne entreprise. La situation est encore plus complexe lorsqu’on est une femme, lance de son côté Ruth Vachon, présidente-directrice générale du Réseau des Femmes d'affaires du Québec (RFAQ).

C’est souvent un "One woman show". Tu commences par la pression de la famille, la pression du conjoint et celle du financement […] Avec moins de cinq employés, la femme dans son entreprise est souvent la comptable et la directrice des ventes. Elle s’en met beaucoup trop sur les épaules, soutient Mme Vachon.

La pandémie est venue aggraver les choses dans un écosystème déjà fragile, souligne la PDG du Réseau des Femmes d'affaires du Québec. Il y a moins d’argent et moins de développement d’affaires. La charge mentale s’est beaucoup alourdie avec la pression financière et personnelle.

Si tu ne vas pas bien, il n’y a pas grand monde qui va aller bien dans ton organisation, poursuit Mme Vachon.

« La femme d’affaires sait s’occuper des autres, mais elle finit parfois par s’oublier. »

— Une citation de  Ruth Vachon, présidente-directrice générale du Réseau des Femmes d'affaires du Québec
Ruth Vachon.

Ruth Vachon, présidente-directrice générale du Réseau des Femmes d'affaires du Québec.

Photo : Radio-Canada / Karim Ouadia

Une population à risque

Selon Nicolas Chevrier, il ne serait pas faux de dire que les entrepreneurs sont plus exposés que d’autres à l'épuisement professionnel, connu sous l'appellation anglaise burnout.

Parfois, il y a des événements qui nous font perdre le bon niveau de contrôle. Lorsque le cerveau perçoit ce manque de contrôle, le mode stress se déclenche pour tenter de reprendre les choses en main. Mais ce n’est pas toujours facile, admet M. Chevrier.

Lorsqu’on est exposé aux situations de stress chronique pendant un certain temps, précise le psychologue, cela finira par atteindre les réserves d’énergie psychologique et physique.

Mais les signaux sont nombreux, selon M. Chevrier. Ils se manifestent entre autres par l’épuisement émotionnel. On peut le remarquer par l’irritabilité, la colère, le manque de concentration, de l’anxiété ou de la tristesse.

Le corps n’y échappe pas. Il est aussi question de symptômes physiques comme des maux de dos, des maux d’estomac et autres qui agissent comme des alarmes.

On peut aussi remarquer une certaine indifférence, qui se traduit par du cynisme, en critiquant l’organisation ou en se détachant de son rôle au sein de l’entreprise. Il y a également cette impression de ne plus s’accomplir professionnellement et d’être dans un "brouillard mental" en se sentant beaucoup moins intelligent.

M. Chevrier fait aussi état de symptômes comportementaux. L’on est souvent porté à vouloir faire face à ce stress en se réfugiant dans l’alcool, dans les réseaux sociaux, dans les jeux vidéo, ou en s’isolant durant de longues périodes.

L’importance du réseau et du soutien des proches

Dominic Gagnon aurait pu sombrer dans les abîmes de la dépression, mais il en a parlé et il a été écouté. Il se dit aujourd’hui chanceux d’avoir su profiter du soutien de ses proches.

J’ai aussi eu le privilège d’avoir déjà accès à une psychologue qui me suivait, répète-t-il.

Aujourd’hui, il parle ouvertement de son expérience et anime des conférences pour apporter sa pierre à l'édifice. Si cela m’a été bénéfique, d'autres entrepreneurs pourraient en profiter, dit-il.

M. Gagnon a su faire de son expérience un récit positif. Prendre la parole en faisant des sorties publiques en évoquant ses difficultés de santé mentale ne lui a pas nui, mais cela lui a demandé beaucoup de courage. Les préjugés ont la peau dure.

Vous savez, dit-il, ça n’a pas été facile d’en parler la première fois. Moi, mes parents font partie des gens qui pensaient qu’on partait voir un psychologue parce qu’on voulait se suicider.

Après quelques hésitations, il a fini par se décider.

J’en ai parlé à mes employés et cela a été extrêmement bien reçu, confie-t-il, l’air apaisé.

 Nathaly Riverin.

Nathaly Riverin, initiatrice de Persévérance entrepreneuriale.

Photo : Radio-Canada / Karim Ouadia

Nathaly Riverin, qui œuvre dans le domaine de l’entrepreneuriat depuis une trentaine d’années, est l’initiatrice de Persévérance entrepreneuriale, un programme qui vise à offrir du soutien sous plusieurs formes aux entrepreneurs qui vivent de la détresse, mais qui tiennent tout de même à poursuivre leur cheminement.

Rencontrée chez elle à l’île d’Orléans, Mme Riverin insiste sur l’importance d’un programme qui se veut structurant dans le temps.

« Ce n’est pas parce que ton entreprise a vécu un échec que tu es un échec comme entrepreneur. »

— Une citation de  Nathaly Riverin, initiatrice de Persévérance entrepreneuriale

L’aide proposée dans le cadre de ce programme va de plusieurs heures de formation personnalisée à des services gratuits d’une firme comptable, spécialisée en redressement-insolvabilité.

Il s’agit de mettre l’entrepreneur qui en a besoin en contact avec un réseau qui lui permettra de rebondir.

Pour ne pas s’oublier

Payer ses employés et être à jour avec ses fournisseurs, c’est un tourbillon qui ne permet pas que l’on s’occupe de sa santé, rappelle Mme Riverin. Quand on est aux prises avec une fatigue ou un épuisement mental, on n’a pas le temps d’aller se faire diagnostiquer. On est dans le déni, poursuit-elle.

« La solution pour les entrepreneurs pour qui ça va mal, maintenant, c’est de demander de l’aide. »

— Une citation de  Nathaly Riverin, initiatrice de Persévérance entrepreneuriale

Quand on a peur, explique encore Mme Riverin, le champ de vision rétrécit. Et lorsque les ennuis de santé s’ajoutent aux problèmes financiers, on voit rarement les solutions qui peuvent s’offrir. D’où l’importance d’une aide qui ne devrait pas se limiter à du soutien psychologique.

Chercher l’équilibre

Malgré les difficultés, il y a un facteur salutogène en entrepreneuriat, notamment en raison de l’indépendance et du pouvoir décisionnel qui assure à l'entrepreneur une forme d’équilibre, affirme Maripier Tremblay de la Chaire de leadership en enseignement sur le développement de l’esprit d’entreprendre et de l’entrepreneuriat à l’Université Laval.

Maripier Tremblay.

Maripier Tremblay, professeure titulaire de la Chaire de leadership en enseignement sur le développement de l’esprit d’entreprendre et de l’entrepreneuriat à l'Université Laval.

Photo : Radio-Canada / Karim Ouadia

Toutefois, la vie de l’entrepreneur n’est pas linéaire, fait remarquer Mme Tremblay. Il y a des moments où l'entrepreneur va vivre des situations particulièrement difficiles […] Il vit beaucoup d’isolement. Il est souvent seul dans son bateau.

« Il [l’entrepreneur] ne va pas parler de son stress à sa conjointe ou à ses enfants afin de les protéger. Il n’en parlera certainement pas à son banquier. »

— Une citation de  Maripier Tremblay, de la Chaire de leadership en enseignement sur le développement de l’esprit d’entreprendre et de l’entrepreneuriat à l’Université Laval

Voilà pourquoi il faut briser cet isolement par des ressources externes que l’on peut trouver dans des regroupements d’entrepreneurs. L’accès aux ressources, notamment au soutien émotionnel, demeure un point important, selon Mme Tremblay. Parfois, le simple fait d’en parler est bénéfique.

Un rapport intitulé Les défis des entrepreneur•es émergent•es du Québec, de l’Institut de recherche sur les PME, Trois-Rivières (Québec), démontre que lorsque les ressources et les aides gouvernementales sont suffisantes et adaptées aux besoins, elles peuvent avoir un impact positif, rapporte Mme Tremblay.

Aider les entrepreneurs, sauver le tissu entrepreneurial

Selon les dernières études de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), les trois quarts des propriétaires de PME sondés veulent céder leur entreprise dans les 10 prochaines années. Il s’agit de plus de 2000 milliards de dollars en actifs commerciaux qui pourraient changer de main, indique le rapport de la FCEI publié le 10 janvier dernier.

Sur les 76 % de propriétaires voulant se départir de leur entreprise, la retraite est la principale raison invoquée. Mais pour 22 % d’entre eux, c’est l’épuisement qui les amène à faire ce choix.

À peine 1 propriétaire d’entreprise sur 10 (9 %) a prévu un plan de relève formel écrit, précise la FCEI.

Pour Mme Riverin, nous allons vers des eaux troubles. Et nous devrons faire face à plus de cas de faillite et à plus d’entrepreneurs présentant des problèmes de santé mentale. Si l’on se projette sur dix ans, le tissu entrepreneurial sera de plus en plus affaibli, s’inquiète Nathaly Riverin.

Les prochaines années vont être importantes pour prendre soin des entrepreneurs, affirme l’initiatrice du programme Persévérance entrepreneuriale.

Dominic Gagnon, qui revient de loin, demeure un homme d’affaires dynamique, toujours à la barre de son entreprise Connect&GO, qui offre une plateforme technologique facilitant les transactions dans l’industrie du divertissement.

Il affronte comme avant l'adversité vent debout, mais avec un peu plus de sagesse, maintenant qu'il connaît ses faiblesses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...