•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis fourniront 31 chars Abrams à l’Ukraine, annonce Joe Biden

Joe Biden devant son pupitre de président des États-Unis

Le président américain Joe Biden a déclaré que cela ne constitue pas une menace offensive contre la Russie.

Photo : Getty Images / Kevin Dietsch

Radio-Canada

Quelques heures après l'annonce de l'envoi de 14 chars Leopard par Berlin, le président américain Joe Biden a lui aussi confirmé l'envoi de tanks en Ukraine, dans un point de presse mercredi midi, mettant ainsi fin à des semaines de tergiversation dans le camp des pays occidentaux.

Plus exactement, les États-Unis enverront un bataillon de 31 chars Abrams de fabrication américaine, reconnus comme étant parmi les engins les plus avancés présentement déployés dans les zones de combats.

Avec ce nouveau convoi d'armes, le président américain souhaite aider l'Ukraine à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale, a-t-il dit dans une brève allocution.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait multiplié ces dernières semaines les appels à ses alliés occidentaux pour qu'ils lui fournissent des chars modernes, qu'il juge nécessaires pour repousser les avancées des Russes sur le champ de bataille.

Jusqu'ici, l'Ukraine ne pouvait compter que sur des tanks de fabrication soviétique, vieux de plusieurs décennies.

Un soldat sur un tank qui monte une côte.

Un char Abrams pendant un exercice militaire en Géorgie, en 2016

Photo : Associated Press / Shakh Aivazov

Pas une provocation, assure Biden

Il ne s'agit pas d'une menace offensive contre la Russie. Il n'y a pas de menace offensive contre la Russie, a insisté Joe Biden lors de son annonce, tentant du même coup d'apaiser les craintes d'une nouvelle escalade des tensions entre l'Occident et Vladimir Poutine.

Mais M. Biden a tout de même tenu à envoyer un message à son homologue russe. [Vladimir Poutine] s'attendait à ce que la détermination de l'Europe et des États-Unis faiblisse. Il s'attendait à ce que notre soutien à l'Ukraine s'effrite avec le temps. Il avait tort, a-t-il lancé.

L'Allemagne et les États-Unis, sous pression depuis plusieurs semaines, ont annoncé qu'ils allaient fournir des chars dont l'Ukraine a désespérément besoin pour faire face aux troupes russes. Mais l'envoi et la gestion de ces chars d'assaut représentent un énorme défi logistique. Un reportage de Sébastien Desrosiers.

Le président Biden a indiqué s'être entretenu plus tôt mercredi avec les dirigeants allemand, français, italien et britannique pour poursuivre notre étroite coordination et notre soutien entier à l'Ukraine.

L'Allemagne a quant à elle annoncé mercredi matin qu'elle autorisait l'envoi de chars Leopard 2 en Ukraine et qu'elle allait elle-même en fournir 14.

Depuis, la Norvège a emboîté le pas, annonçant elle aussi l'envoi de ces tanks de fabrication allemande vers le théâtre de guerre ukrainien.

Des chars Leopard 2 lors d'un exercice.

L'Allemagne a autorisé les pays qui possèdent des chars Leopard 2 à les envoyer vers l'Ukraine.

Photo : Reuters / Ints Kalnins

Ce sont les Britanniques qui avaient ouvert le bal le 14 janvier dernier, où Downing Street avait annoncé l'envoi de chars lourds Challenger 2.

De son côté, le président Zelensky n'a pas tardé à réagir à ces annonces, saluant une étape importante pour la victoire finale.

« Aujourd'hui, le monde libre est uni comme jamais auparavant avec un objectif commun : la libération de l'Ukraine. »

— Une citation de  Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine
Notre dossier Guerre en Ukraine

Une question de mois, pas de semaines

Il faudra toutefois un certain temps avant que les chenilles des chars Abrams ne foulent le sol ukrainien.

Ils devraient arriver sur le terrain dans plusieurs mois, et les États-Unis ont déjà prévenu que les troupes ukrainiennes auraient besoin d'une formation élaborée pour apprendre à les piloter.

Le char Abrams est un équipement très compliqué. Il est cher, il requiert une formation difficile, il a un moteur d'avion à réaction. Je crois qu'il consomme 11 litres de kérosène au kilomètre. Ce n'est pas le système le plus facile à entretenir, a affirmé la semaine dernière le numéro trois du Pentagone, Colin Kahl.

C'est donc dire que les impacts de la fourniture de chars occidentaux à l'Ukraine ne seront pas immédiats.

Il y a quelques semaines, le Kremlin disait que les chars Leopard ne changeraient rien, comme si on n’y croyait pas. Aujourd’hui, Moscou et les médias russes se déchaînent contre l'Allemagne. Analyse avec Tamara Altéresco.

De hauts responsables américains ont indiqué mercredi sous couvert de l'anonymat que les États-Unis allaient former les Ukrainiens au maniement du tank en dehors de l'Ukraine.

Le Canada fournirait au moins quatre chars

L'armée canadienne envisage de fournir au moins quatre chars Leopard 2 à l'Ukraine, selon les sources de Radio-Canada. L'annonce pourrait être faite jeudi.

D’après CBC News, la contribution canadienne consistera en la variante A4 du Leopard 2, qui est la plus ancienne dans l'inventaire de l'armée canadienne.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...