•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UMQ veut faire le bilan du transport aérien régional

Un agent de piste fait circuler un avion sur la piste de l'aéroport de Gaspé.

Pour la mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, le principal problème est le manque de fiabilité du service. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) demande au ministère des Transports de réunir rapidement le Groupe d’intervention sur la relance des services aériens régionaux (GIDAR). L'UMQ souhaite faire le bilan des retombées des programmes, notamment celui qui permet l'achat de billets d'avion à 500 $. Un programme salué par les élus à l'époque, mais de plus en plus critiqué.

Cette demande survient quelques semaines après la fin des vols directs entre Mont-Joli et Montréal.

Les membres du GIDAR ne se sont pas rencontrés depuis le printemps dernier, soit depuis l’annonce du programme des billets allers-retours pour 500 dollars.

Une carte du Québec indique les destinations comprises dans le plan de transport aérien régional du gouvernement Legault.

Le programme offre un nombre limité d'allers-retours à 500 $ ou moins. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

D'après la présidente du comité sur le transport aérien de l’UMQ et mairesse de Chibougamau, Manon Cyr, le principal problème est le manque de fiabilité des services aériens en région. Les programmes d’aide qui ont été mis en place ne conviennent pas, selon elle.

Un des problèmes qu’on constate et qui est en train de se développer comme inquiétude, c’est le manque de fiabilité par rapport au transporteur. On pense qu’il y a un problème structurel, explique la mairesse.

« C’est rendu que les gens disent : offre-moi un billet à 50 $ je ne le prendrai pas plus. Pas que je ne veux pas prendre l’avion, c’est que je ne peux pas être sûr du vol et de la fiabilité de la desserte. »

— Une citation de  Manon Cyr, présidente du comité sur le transport aérien de l'Union des municipalités du Québec

Relativement au programme des billets à 500 $, Manon Cyr soutient qu’il est inégal selon les régions du Québec. Par exemple, selon les données du ministère des Transports du Québec, pour les Îles-de-la-Madeleine, environ 6700 billets à 500 $ ont été vendus dans les six premiers mois du programme. Dans la même période, il y en a eu tout juste 320 à Mont-Joli.

Quand on regarde les données concernant la fréquentation ou l’utilisation du billet à 500 $, oui, ça a peut-être performé aux Îles-de-la-Madeleine ou dans certaines régions, mais c’est inégal partout et ça n’a pas été performant, raconte Manon Cyr.

La mairesse de Chibougamau, Manon Cyr.

La mairesse de Chibougamau, Manon Cyr (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

La demande sera étudiée, promet la CAQ

Le député de René-Lévesque et adjoint gouvernemental de la ministre des Transports, Yves Montigny, promet de soumettre cette demande de rencontre à la ministre des Transports, Geneviève Guilbault.

Celui qui est aussi responsable du volet du transport aérien régional pour la CAQ assure qu'il va aussi de son côté étudier la situation problématique des aéroports régionaux.

On va regarder ça ensemble pour trouver des solutions adaptées à chacun des milieux parce qu’il n’y a pas de solutions mur à mur qui peuvent s’appliquer, parce que les problématiques ne sont pas vécues pareil de la même façon dans les différentes régions du Québec, indique Yves Montigny.

Yves Montigny à l'extérieur en hiver sourit à la caméra.

Le député de René-Lévesque, Yves Montigny, soutient qu'il est en « mode solution » pour le transport aérien régional. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Camille Lacroix

Le Groupe d’intervention sur la relance des services aériens régionaux avait été formé à l’été 2020 par le gouvernement du Québec. Il avait pour mission de trouver des solutions aux problèmes du transport aérien à l’extérieur des grands centres.

Le GIDAR était présidé par le ministre des Transports de l’époque, François Bonnardel. Il était composé d’une vingtaine d’organismes et de ministères québécois.

D'après les informations de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...