•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les attaques dans les transports en commun de Toronto inquiètent personnel et usagers

Logo de la CTT sur un train du métro de Toronto.

L’attaque s’est produite lundi soir à bord de l’autobus 43 vers la station Kennedy.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis vendredi dernier, des attaques violentes sont survenues dans les véhicules et installations de la Commission de transport de Toronto (CTT). La police de Toronto porte d'ailleurs des accusations contre quatre jeunes de 13 ans après une attaque en grand groupe contre des agents de la CTT.

Mercredi vers 15 h 35, un groupe de plus d’une dizaine de jeunes a attaqué trois employés de la CTT à bord d’un autobus.

La police porte des accusations contre quatre jeunes de 13 ans. Ces derniers ont été arrêtés grâce à des vidéos de surveillance.

Ils faisaient partie d'un groupe plus large d'une dizaine de garçons, indique la police. Un affrontement entre deux groupes a éclaté dans l'autobus et trois agents de la CTT ont été pris à partie.

Garantir un trajet sécuritaire semble de moins en moins possible pour la CTT.

Mardi encore, une personne a été victime d’une attaque au couteau.

Le vendredi d’avant, une conductrice d’autobus était victime d’une attaque au pistolet à air comprimé.

Un sentiment d'anxiété

Je suis dégoûté. Nos membres sont frustrés. Ce n’est pas quelque chose d’isolé, mais quelque chose qui arrive encore et encore. Il a plein d’abus et d’actes de violence. Des crachats, des coups, des abus verbaux. Ces actes doivent cesser, affirme Marvin Alfred, le président du local 113 du Syndicat uni du transport.

Christine Eayrs répond aux questions devant la station Wellesley.

Christine Eayrs dit rester vigilante dans les transports de la CTT.

Photo : Radio-Canada

Les attaques comme celle de lundi soir pèsent sur de nombreux voyageurs, comme Christine Eayrs.

Ces hommes et femmes travaillent pour la CTT et essaient de rendre le réseau sécuritaire pour nous tous. Où sont les parents de ces jeunes? On doit faire quelque chose. Pour assurer la sécurité de ces travailleurs et qu’ils puissent assurer la nôtre, dit-elle.

« Je ne lis pas dans le métro, je ne mets pas mes écouteurs. J’observe mon environnement et je reste alerte. »

— Une citation de  Christine Eayrs

Je prends la CTT tous les jours. Je me sens moins en sécurité qu’avant et je suis à Toronto depuis 1995, indique Kalman Szigvry, un autre usager des transports en commun.

Une inquiétude latente pour les employés

Alexandra Stoeckle est chauffeuse d’autobus. Elle dit être encore choquée de l’attaque au pistolet à air comprimé dont elle a été la victime vendredi.

J’étais adossée à l’abri de bus en regardant sur mon téléphone où se trouvait l’autobus [dont j’allais devoir prendre la conduite], raconte-t-elle.

Un moment d’inattention qui lui a valu d’être la cible d’une arme factice, mais non moins menaçante.

J’ai relevé la tête et j’ai directement été touchée au front. J’ai immédiatement couvert mon visage et je me suis retournée. Ça s’est ensuite arrêté et j’ai regardé. J’ai vu un jeune à la fenêtre d’une voiture avec une arme au bout orange. Ils [les gens à l'intérieur] m’ont insultée, puis ont tourné au coin de la rue et ont disparu, se souvient-elle.

Si elle n’a pas de séquelles physiques de cette attaque, elle réalise ne pas être passée loin de la catastrophe, car un projectile l’a touchée près de l’œil.

Personnellement, j’ai vécu beaucoup d’incidents dans les 16 mois pendant lesquels j’ai travaillé ici. Il y a des moments où vous n’êtes pas certain de la façon dont les choses vont finir. Que ce soit quand quelqu’un vous demande son chemin ou quelqu’un qui est fâché que votre bus soit arrivé cinq minutes en retard. Il y a toujours une partie de vous qui reste sur ses gardes, explique-t-elle.

Elle reconnaît qu’en tant que conductrice, elle a assez peu de moyens de se défendre.

« On n’a pas d’arme sur nous. Tout ce qu’on peut faire, c’est rester tout le temps vigilant. »

— Une citation de  Alexandra Stoeckle, chauffeuse d’autobus

Elle ajoute qu’après son attaque, elle a écrit au maire et au PDG de la CTT afin de se faire la porte-parole des nombreuses doléances de ses collègues et d’elle-même en matière de sécurité à bord.

Plus d’investissements en sécurité

Le porte-parole de la CTT, Stuart Green, précise de son côté que le nouveau budget de la Ville prévoit davantage d’argent pour la sécurité dans les transports.

Cinquante agents spéciaux devraient être ajoutés. Il reconnaît toutefois que le problème est plus large et sociétal. Ils peuvent être déployés à plein d’endroits différents, mais ils ne peuvent pas être partout à la fois, souligne-t-il.

Kalman Szigvry répond aux questions devant la station Wellesley.

Kalman Szigvry souhaite voir plus d'agents de sécurité dans les stations et les transports publics.

Photo : Radio-Canada

Quoi qu’il en soit, davantage de sécurité, c’est ce qu’espère Kalman Szigvry.

Je pense que le maire [John] Tory est sur le bon chemin en amenant plus de policiers et de sécurité. On doit prendre les transports. La congestion est déjà assez importante comme ça sur les routes, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...