•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants du cégep Garneau rencontrent Ricardo Trogi

Ricardo Trogi parle devant des étudiants, dans une classe.

Le réalisateur Ricardo Trogi a visité des étudiants en cinéma du cégep Garneau, mardi matin.

Photo : Radio-Canada / Valérie Cloutier

Des étudiants en cinéma du cégep Garneau ont reçu la visite du réalisateur Ricardo Trogi, mardi, afin de discuter de cinéma québécois.

Les étudiantes Anne-Sophie Leroux et Élyse Riverain attendaient ce moment avec impatience. Ricardo Trogi est l’une des raisons pour lesquelles elles se sont inscrites au cours de cinéma du Cégep Garneau.

Si ce n’était pas des films de Ricardo, je ne serais pas étudiante en cinéma. Ricardo, c’est comme mon idole. J’ai toujours écouté ses films, confie Anne-Sophie.

Ses films sont comiques, légers, au goût du jour et plaisent à tout le monde. Il n’y a pas d’âge pour les écouter, ajoute Élyse Riverin.

Une banderole à l'effigie de Ricardo Trogi a été créée par les étudiants.

Les étudiants avaient préparé la visite de Ricardo Trogi dans leur classe, mardi.

Photo : Radio-Canada / Éric Carreau

Selon l’enseignante du groupe, Marianne Gravel, la visite de cinéastes est particulièrement importante pour faire aimer le cinéma québécois aux étudiants.

Pour l’occasion, le groupe d’étudiants a accueilli le scénariste avec des croissants, faisant référence à ceux qu’a dû payer Ricardo dans le film 1991.

Ça m’a surpris quand on m’a contacté pour venir rencontrer les étudiants aujourd’hui. Ça fait toujours plaisir. Je me doutais qu’un jour ça allait arriver, mais que ce soit à Garneau, là où j’ai commencé, c’est encore plus le fun, avoue Ricardo Trogi.

Ricardo Trogi et Anne-Sophie Leroux au cégep Garneau.

Ricardo Trogi et l'étudiante Anne-Sophie Leroux.

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Celui qui a réalisé les films 1981, 1987, 1991, Québec-Montréal, Horloge biologique et les séries télé Les Simone et Les mecs a aussi fait part de ses conseils aux apprentis.

Ils leur suggèrent de ne pas essayer de faire un chef-d'œuvre et de ne pas toujours se fier à leurs parents.

Si tu te lèves un matin et que tu te décides à faire des films, personne ne devrait t’empêcher. Si tu te permets de te tromper, ça enlève une pression, a déclaré Ricardo Trogi.

La rencontre inspire déjà certains étudiants pour des projets. J’aimerais lancer une boîte de productions d’ici 10,20 ans après avoir fait quelques longs-métrages, soutient Anne-Sophie Leroux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...