•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre Chevaliers à Falher toujours dans un « flou financier », selon des gestionnaires

Un studio de CKRP vide.

La radio communautaire Nord-Ouest FM se trouve dans les locaux du Centre communautaire Chevaliers.

Photo : Radio-Canada / Virginie Bouchard

Sofiane Assous

Le Centre Chevaliers, à Falher, ne trouve toujours pas de solutions pour maintenir ses activités et celles des organismes qui louent ses locaux, dont la radio communautaire francophone Nord-Ouest FM.

Secoués par une crise financière, les gestionnaires du centre et les responsables des organismes communautaires ont tenu une assemblée générale, lundi, pour passer en revue la situation actuelle de l’établissement et essayer de trouver des solutions.

Cependant, la directrice générale de la station de radio Nord-Ouest FM, Gisèle Bouchard, déplore l'absence d'intérêt des municipalités locales dans la sauvegarde et la pérennité du centre. Aucun représentant municipal n'était présent à l’assemblée générale.

Gisèle Bouchard parle à la radio en octobre 2022 à Fahler.

Gisèle Bouchard est la directrice générale de Nord-Ouest FM, la radio communautaire de Rivière-la-Paix.

Photo : Radio-Canada / India Lafond

Il n’y avait pas tant de monde que ça à l'assemblée, dit-elle. La première responsable de Nord-Ouest FM affirme que les responsables municipaux accordent peu d’intérêt à la sauvegarde du Centre. Les responsables municipaux qui ont été rencontrés par certaines personnes du Comité du Centre Chevalier étaient complètement désintéressés, déplore-t-elle.

Même si le centre sert de lieu d'intervention d'urgence dans la région, les responsables municipaux semblent se laisser entraîner par la fatalité de la crise financière qui secoue les organismes communautaires.

La fermeture est juste inévitable pour les centres communautaires dans la région. Vous êtes juste le premier [centre] d'une lignée de plusieurs centres, ont répondu les responsables municipaux, selon Gisèle Bouchard.

On est encore dans l’inconnu, se désole-t-elle.

Gisèle Bouchard indique que les gestionnaires du centre continuent tout de même de faire des demandes de subvention et des collectes de fonds pour payer les frais de gestion du centre, continuer la diffusion d'émissions radio de Nord-Ouest FM et éviter un déménagement.

Je ne sais pas si la radio a les reins assez solides pour s'embarquer dans un projet de déménagement et trouver des locaux qui pourraient nous accueillir, dit-elle.

Le déménagement de tous nos équipements nous coûterait 50 000 $, indique-t-elle.

« Le déménagement d’une seule tour de diffusion coûterait 15 000 $. »

— Une citation de  Gisèle Bouchard, directrice générale de la station de radio Nord-Ouest FM
Janie Simard.

La directrice de Comité de la Société du Centre Chevaliers, Janie Simard, espère éviter la fermeture du centre, qui est un symbole important pour la population de Falher.

Photo : Gracieuseté Janie Picard.

Sauver un lieu symbolique

Les fermetures imposées par les restrictions sanitaires liées à la pandémie de COVID-19, l'augmentation des coûts d'exploitation et la vétusté de l’infrastructure ont considérablement épuisé les actifs financiers de l'établissement, comme l'explique la directrice du comité de la Société du Centre Chevaliers, Janie Simard.

Le centre nécessite beaucoup de réparations. Nous étions capables de survivre avec des subventions gouvernementales et des levées de fonds, [...] mais la pandémie de COVID-19 nous a beaucoup nui, puisque nous ne pouvions plus fonctionner comme d’habitude, indique-t-elle.

De plus, l'inflation a augmenté les coûts de gestion de la salle à hauteur de 8000 $ par mois, ajoute-t-elle.

« Nous ne voulons rien de plus que de garder les portes ouvertes. »

— Une citation de  Janie Simard, directrice du Comité de la Société du Centre Chevaliers

Janie Simard espère éviter la rupture de services du centre, qui reste un symbole pour population de Fahler. Nous sommes maintenant sur le bord de fermer nos portes, déplore-t-elle.

Cette salle communautaire est très importante pour beaucoup de gens de la région. Ce fut un lieu de rencontre pour toutes sortes d’événements de la vie, comme les mariages, les funérailles, les fêtes de graduations et plus encore.

Chaque membre de notre communauté s’en est servi à un moment ou un autre de sa vie, dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...