•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comparution de l’homme qui a ouvert le feu sur des policiers dimanche à Montréal

Gros plan de Julien Giard.

Julien Giard fait face à trois chefs d'accusation.

Photo : Photo obtenue par Radio-Canada

Radio-Canada

L’homme qui a été arrêté dimanche matin lors d’une intervention à haut risque menée par deux policiers du SPVM a comparu lundi devant le tribunal pour faire face à trois chefs d’accusation, dont agression armée contre des agents de la paix.

Julien Giard, 48 ans, a été formellement accusé d’usage négligent d’une arme à feu prohibée, de port d’arme dans un dessein dangereux et d’agression armée ou infliction de lésions corporelles contre un agent de la paix.

D’autres chefs d’accusation pourraient être ajoutés à la lumière du travail des enquêteurs dans cette affaire.

L’homme en crise se trouvait avec sa mère de 75 ans dans une maison de la rue Saint-Zotique, dimanche matin, lorsqu'il aurait ouvert le feu à plusieurs reprises avec un pistolet mitrailleur sur deux patrouilleurs appelés sur les lieux pour venir en aide à la femme, qui était retenue contre son gré.

Selon nos informations, Julien Giard attendait les policiers de pied ferme avec un pistolet mitrailleur MAC-10 (version américaine du pistolet mitrailleur israélien Uzi) équipé d’un chargeur surdimensionné. Cette arme est prohibée au Canada. Il aurait ouvert le feu à l'arrivée des agents sur le pas de la porte.

Malgré les projectiles tirés en leur direction, les deux agents auraient réussi à profiter d’un moment où l’arme s’est enrayée pour maîtriser le tireur et secourir sa mère sans que personne ne soit blessé.

Giard possède un casier judiciaire pour diverses infractions de nature criminelle. Il demeurera détenu en attendant la suite des procédures judiciaires intentées contre lui.

Avec les informations de Pascal Robidas

Isabelle Richer reçoit Stéphane Wall, ex superviseur SPVM

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...