•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Aucun contact par courriel » entre le bureau de Danielle Smith et les procureurs

Danielle Smith devant des drapeaux de l'Alberta et du Canada.

Près de 1 million de courriels reçus, envoyés et supprimés auraient été examinés.

Photo : (Jason Franson/The Canadian Press)

Radio-Canada

Après avoir demandé une enquête interne au cours de la fin de semaine, le bureau de la première ministre de l'Alberta affirme qu’aucun contact par courriel n’a été détecté entre ses employés et des procureurs.

La semaine dernière, des sources affirmaient à CBC/Radio-Canada qu’un employé du bureau de Danielle Smith avait envoyé une série de courriels au Service des procureurs de la Couronne de l’Alberta, l’automne dernier. Cet employé aurait tenté de remettre en cause l’évaluation et les décisions du Service des procureurs sur des cas de poursuites en lien avec le barrage frontalier de Coutts.

Selon un communiqué du gouvernement, l'enquête interne a été menée par des fonctionnaires « non partisans », de concert avec le département d'informatique du bureau de la première ministre.

Le gouvernement affirme que l'enquête a épluché près de 1 million de courriels reçus, envoyés et supprimés depuis quatre mois.

La première ministre n’a pas tenu de conférence de presse sur le sujet, mais elle a réagi par voie de communiqué. Elle a réitéré sa confiance envers le personnel de son bureau, tout en ajoutant qu'un Service des procureurs de la Couronne indépendant, libre de toute interférence politique, est indispensable pour préserver la confiance du public dans le système judiciaire.

« J'ai confiance dans l'intégrité et le professionnalisme de mon personnel. »

— Une citation de  Danielle Smith, première ministre de l’Alberta

L’opposition officielle n’a pas non plus tardé à réagir.

La députée néo-démocrate Rakhi Pancholi a réitéré sa demande qu’une enquête indépendante et impartiale soit menée pour éliminer le manque de transparence et le chaos créé par cette situation.

Quand on fait une enquête interne, on doit aller plus loin qu’une simple recherche "CTRL+F" [NDLR : CTRL + F permet de détecter toutes les occurrences d’un terme dans une page web ou un document informatique] pour trouver des documents pertinents et déterminer si l’on doit mener une enquête plus profonde. Des entrevues, l'examen de documents, comprendre l’ampleur de cette recherche, tout ça est plus complet que l’examen informatique mené par ce gouvernement, a-t-elle critiqué.

Par écrit, le responsable des affaires publiques de CBC, Chuck Thompson, défend le travail journalistique derrière le reportage qui a débuté l’affaire : « Puisque toutes les informations qui concernent nos sources sont confidentielles, nous ne pouvons répondre en détail à vos questions. Cela étant dit, nous avons confiance en notre travail journalistique dans cette histoire. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...