•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Leopard 2, le char allemand sur lequel mise Kiev

Des chars Leopard 2 lors d'un exercice.

Le char Leopard 2, de renommée mondiale, pourrait faire pencher la balance en faveur de Kiev sur le front de l'est de l'Ukraine.

Photo : Reuters / Ints Kalnins

Agence France-Presse

Le char lourd Leopard 2, dont l'Ukraine réclame la livraison depuis des mois à l'Allemagne et aux Occidentaux, est une arme de renommée mondiale, susceptible d'avoir un impact « significatif » sur le champ de bataille, selon les experts.

Mais aucune unanimité ne s'est encore dégagée, vendredi, parmi les pays soutiens de Kiev réunis sur la base américaine de Ramstein, pour commencer à envoyer ces puissants engins sur le front ukrainien.

Conçu par le fabricant allemand Krauss-Maffei et construit en série à partir de la fin des années 1970 pour remplacer les chars américains M48 Patton puis le char Leopard 1, le Leopard 2 combine puissance de feu, mobilité et protection.

Ce char de combat d'une soixantaine de tonnes, dont environ 3500 exemplaires sont sortis des chaînes de production, est doté d'un canon lisse de calibre 120 mm permettant de combattre l'ennemi tout en se déplaçant, grâce à ses 1500 chevaux, jusqu'à 70 km/h, avec une autonomie de 450 km.

Il est en outre doté, selon le fabricant, d'une protection passive intégrale efficace contre les mines et les lance-roquettes. Son équipage de quatre membres bénéficie en outre d'outils technologiques permettant de localiser et cibler l'ennemi à longue distance.

Des centaines d'exemplaires en Europe

Autre atout majeur : le Leopard est répandu sur le continent, ce qui facilite l'accès aux munitions et aux pièces de rechange et simplifie la maintenance, exigeante pour ce type de matériel.

Les quatre derniers modèles en date sont toujours utilisés, du 2A4, dont la Pologne propose de livrer à Kiev 14 exemplaires, au 2A7, dont Berlin n'est pas disposé à se séparer, car il préfère le conserver – comme la France avec son char Leclerc – pour assurer sa propre défense.

La Finlande, équipée de plus de 200 exemplaires, selon l'Institut international pour les études stratégiques (IISS), est également prête à en doter l'armée ukrainienne.

Selon la presse allemande, une poignée d'autres pays européens et de l'OTAN, non cités, seraient eux aussi disposés à participer à cet effort au sein d'une coalition d'opérateurs.

La Grèce, avec 350 chars, et la Turquie, qui en a utilisé face aux forces kurdes dans le nord de la Syrie, sont les pays qui en possèdent le plus d'exemplaires du modèle 2A4.

La meilleure solution serait que les pays disposés à contribuer envoient tous des chars 2A4. Le même modèle est très important pour des raisons de formation et de logistique, ce qui facilite par exemple l'envoi de pièces détachées, explique au micro de la radio allemande RND l'ancien inspecteur de l'armée de terre, le général Bruno Kasdorf.

En Allemagne, le groupe d'armement Rheinemetall, qui fournit le canon du char et ses systèmes électroniques et en possède plusieurs dizaines d'anciens modèles, a d'ores et déjà prévenu qu'une remise à niveau de ses exemplaires prendrait des mois, pour une mise à disposition en 2024, selon son dirigeant, Armin Papperger.

D'autres modèles disponibles

L'Allemagne pourrait cependant livrer, selon le général Kasdorf, des Leopard 1, plus en service depuis le début des années 2000, mais livrables à relativement court terme.

Si Kiev pouvait au total en recevoir une centaine, l'effet serait significatif sur le champ de bataille face aux Russes, estime l'IISS.

Dotée de Leopard 2, une armée peut percer les lignes ennemies et mettre fin à une longue guerre de tranchées, confirme M. Papperger dans le quotidien Bild. Avec le Leopard, les soldats peuvent avancer de plusieurs dizaines de kilomètres d'un coup.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...