•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bébé dans un état critique à la suite d’agressions présumées de la part de son père

Une voiture de la police de Lethbridge, en Alberta.

La police poursuit son enquête et dit ne pas vouloir identifier les accusés dans le but de protéger l'identité de la victime, un bébé de 6 semaines.

Photo : Radio-Canada / Sarah Lawrynuik

Radio-Canada

Une enfant de Lethbridge, en Alberta, âgée de seulement 6 semaines, se trouve dans un état critique après avoir subi de graves blessures. Selon la police, elle aurait fait l’objet d’agressions sexuelles répétées de la part de son père.

Les deux parents ont été accusés et mis en détention. Ils ont comparu pour la première fois vendredi devant le tribunal de Lethbridge.

La police dit avoir répondu mercredi à un appel faisant état d'un nourrisson de 6 semaines maltraité. À son arrivée au domicile indiqué, la police dit avoir trouvé l'enfant en détresse médicale, en présence de ses parents. Une ambulance a dû le transporter à l'hôpital, où il se trouve dans un état critique.

Les enquêteurs disent avoir déterminé que l'enfant a subi de graves blessures tout en étant victime de violences physiques et sexuelles répétées depuis sa naissance.

Le père, âgé de 52 ans, est accusé de voies de fait graves, d'agression sexuelle et de défaut de fournir les choses nécessaires à l'existence de l'enfant. La mère, âgée de 31 ans, est visée par un seul chef d'accusation, celui de ne pas fournir les choses nécessaires à l'existence de l'enfant. Aucune des allégations n'a été prouvée en cour.

Il ne fait aucun doute que cela aura un impact sur la communauté, a déclaré en conférence de presse le sergent-chef Pete Christos. Nous avons affaire à une victime extrêmement vulnérable.

Pete Christos souligne qu'il est important que les membres de la communauté s'expriment lorsqu'ils constatent des violences, comme cela a été le cas dans cette affaire : Sinon, nous ne le saurons peut-être pas.

La police affirme qu'elle ne croit pas qu'il y ait d'autres victimes, mais l’enquête se poursuit. Le nom des accusés ne sera pas divulgué afin de protéger l'identité de la victime.

Avec les informations de Jonathon Sharp

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...