•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fed « déterminée à tenir le cap » malgré une « croissance modérée »

Le bâtiment de la Réserve fédérale américaine, à Washington.

Les dirigeants de la Fed jugent que d'autres hausses de taux sont à prévoir. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / Leah Millis

Agence France-Presse

La Réserve fédérale américaine (Fed) est « déterminée à maintenir le cap » d'une politique monétaire stricte tant que l'inflation n'a pas retrouvé son niveau attendu de 2 % même si cela entraîne une « croissance faible en 2023 », a estimé jeudi dans un discours Lael Brainard, vice-présidente de la Fed.

L'inflation a ralenti ces derniers mois, ce qui est important pour les entreprises et les foyers américains. Mais l'inflation reste élevée et il faudra du temps pour la ramener à 2 %. Nous sommes déterminés à garder le cap, a déclaré Mme Brainard lors d'un discours prononcé à l'école d'économie de l'Université de Chicago.

L'inflation a ralenti à 6,5 % sur un an en décembre, atteignant son plus bas niveau en 2022 après avoir atteint un pic de 9,1 % sur un an au mois de juin.

Le président de l'antenne de la Fed de New York, John Williams, a aussi estimé, lors d'un événement séparé, que l'inflation restait encore trop élevée et qu'abaisser les prix allait demander une période de croissance ralentie et un affaiblissement des conditions sur le marché du travail.

Si la Fed a déjà agi vigoureusement, il est évident que la politique monétaire doit encore aller plus loin, a-t-il remarqué en anticipant pour 2023 une croissance du PIB d'environ 1 % et un taux de chômage aux alentours de 4,5 %.

Lors de sa dernière réunion, mi-décembre, la Fed a réduit le montant de ses hausses, augmentant son principal taux directeur d'un demi-point de pourcentage, celui-ci se situant désormais dans une fourchette de 4,25 % à 4,50 %.

Si les responsables de la banque centrale prévoient de le faire grimper au-delà de 5 % et de le maintenir un moment à un niveau élevé, la volonté est désormais de resserrer plus lentement la vis que pendant la première phase.

Croissance plus faible en 2023

Certes, les effets de la hausse des taux ne se font toujours pas pleinement sentir sur l'activité économique, mais Mme Brainard a relevé l'affaiblissement significatif du secteur industriel et une modération supplémentaire des dépenses de consommation.

Le revenu net disponible a diminué de 4,1 % sur les neuf premiers mois, suggérant que la consommation actuelle repose avant tout sur les économies et le crédit, a-t-elle souligné.

Or, les économies des foyers, en particulier les plus modestes, ont largement diminué et le resserrement tant de la politique monétaire que budgétaire dans un environnement mondial devrait entraîner une croissance plus faible en 2023, a souligné Mme Brainard.

Pour autant, le marché du travail continue de résister, malgré un niveau d'emploi légèrement inférieur à celui d'avant la pandémie, que Mme Brainard explique notamment par une baisse de l'immigration et une augmentation des départs en retraite.

Enfin, les salaires ont connu une progression certes importante, mais diversement répartie. Les hausses obtenues par les bas salaires ont été compensées par une baisse du salaire réel parmi les revenus intermédiaires supérieurs, ce qui a permis d'éviter de nourrir la spirale prix-salaires redoutée par les économistes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...