•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeux d’hiver de l’Arctique, un retour à la compétition très attendu

La flamme des Jeux de South Slave

Les derniers Jeux d’hiver de l’Arctique ont eu lieu du 18 au 24 mars 2018 dans les municipalités de Hay River et de Fort Smith, dans le sud des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Cinq ans ont passé depuis les derniers Jeux d’hiver de l’Arctique. Les athlètes venant de huit contingents circumpolaires sont fébriles de se retrouver et de reprendre les compétitions dans la région de Wood Buffalo, en Alberta, du 29 janvier au 4 février.

L’annulation des Jeux d’hiver de l’Arctique à Whitehorse en 2020, en raison de la pandémie, a été un coup dur à encaisser pour les athlètes et les entraîneurs.

Puis, les Jeux de 2022 ont été reportés à 2023, ce qui a prolongé davantage l’attente après les derniers jeux de 2018 dans la région du Slave Sud, aux Territoires du Nord-Ouest.

Un athlète porte un manteau aux  couleurs du Yukon lors d'une parade à Whitehorse en mars 2020.

Les Jeux d'hiver de l'Arctique avaient été annulés le 7 mars 2020, soit huit jours avant le début des premières épreuves dans la capitale du Yukon, Whitehorse.

Photo : Matisse Harvey

La cheffe de mission du Nunavut, Mariele Depeuter, se dit heureuse de revoir enfin cet événement sportif et culturel, qui se tiendra dans les communautés de Fort McMurray, de Fort McKay et d'Anzac.

« Le point culminant sera juste d’être de retour aux Jeux parce que ça fait tellement longtemps. On est content de voir que l’intérêt est toujours présent et que ces jeux sont toujours importants pour nos athlètes. »

— Une citation de  Mariele Depeuter, cheffe de mission, Équipe Nunavut
Les athlètes devant l'avion.

La dernière participation des athlètes du Nunavut aux Jeux d'hiver de l'Arctique remonte à 2018, aux Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Malheureusement, pour beaucoup de sportifs, le rendez-vous manqué à Whitehorse leur a fait perdre leur dernière chance de participer, car ils sont maintenant trop âgés. J’ai de la peine pour ces athlètes, car c’est une expérience incroyable comparativement aux autres occasions qu’ils peuvent avoir, raconte Megan Cromarty, cheffe de mission d'Équipe Yukon.

Défis logistiques

Les équipes formées pour la plupart il y a quelques mois à peine sont dans leurs derniers préparatifs avant de prendre le chemin de l’Alberta.

Au Yukon, une délégation de 354 personnes, incluant les entraîneurs et la délégation culturelle, se rendra dans la région de Wood Buffalo. Plus à l’est, 340 athlètes et entraîneurs venant de 19 communautés porteront les couleurs des Territoires du Nord-Ouest, et 260 participants venant de 21 communautés représenteront le Nunavut.

Toutefois, l’organisation des équipes et les camps de sélection ont été un peu précipités, car les Jeux surviennent plus tôt cette année.

Certaines équipes du nord de l'Alberta ont fait la sélection de leurs athlètes l’hiver dernier, explique la cheffe de mission Michelle Deering, pour être certaines d’avoir assez de neige .

Un jeune homme saute sur les jointures.

Le saut sur les jointures est l'une des épreuves les plus populaires aux Jeux de l'Arctique

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Au Yukon, les conditions de la neige ou la météo ne sont pas toujours optimales en décembre. Ça a été, somme toute, un défi pour certains de nos sports parce qu’il nous faut de la neige, alors faire [la sélection] en décembre ne nous donne pas assez de temps, ou la météo ne coopère pas, dit Megan Cromarty.

Au Nunavut, la météo ou la neige n’ont pas posé de problème pour la formation des équipes, puisqu’aucun athlète ne participera aux compétitions de ski, de raquette ou de biathlon. Mais on a quand même dû jongler avec un horaire serré pour l’organisation de tous les événements de sélection avant Noël, selon Mariele Depeuter.

Exceptionnellement, cette année, les Jeux d’hiver de l’Arctique seront presque immédiatement suivis des Jeux d’hiver du Canada, ce qui représente un autre défi, selon Bill Othmer, chef de mission d'Équipe T.N.-O.

« Nous avons des athlètes et des entraîneurs qui participent aux deux [événements]. Alors dès que les jeux sont terminés à Fort McMurray, on revient à la maison faire du lavage et on reprend l’avion. »

— Une citation de  Bill Othmer, Chef de mission, Équipe T.N.-O.

Un contingent absent des Jeux

Les chefs de mission des trois territoires et du nord de l’Alberta sont tous d’avis que la région de Wood Buffalo recevra les équipes en grand. Des membres d’Équipe Nunavut y sont allés il y a quelques mois. Les installations sont incroyables, dit Mariele Depeuter.

Mais l’absence de la délégation du Yamal, en Russie, se fera sentir. Le pays a été suspendu des Jeux par le Comité international des Jeux d’hiver de l’Arctique en mars 2022. On va s'ennuyer d’eux, dit Meagan Depeuter. Ils apportent de la variété culturelle, et c’est une partie importante des Jeux d’hiver de l’Arctique.

Bill Othmer est du même avis. On espère vraiment qu’ils pourront revenir et participer [aux Jeux].

Malgré cette déception, les chefs de mission sont convaincus que les participants vivront une expérience unique.

Les Jeux d’hiver de l’Arctique représentent l’apogée de la carrière sportive [de beaucoup d’athlètes], dit Megan Cromarty. Je pense qu’ils sont excités juste à l’idée de compétitionner et de rencontrer les autres délégations.

Mariele Depeuter renchérit : On espère seulement que tout le monde donnera son meilleur, aura du plaisir et gardera un bon souvenir de ces Jeux.

Bannière des jeux d'hiver de l'Arctique de Wood Buffalo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...