•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de traitement contre les dépendances déploré dans les régions rurales

Brooke Jasper.

Brooke Jasper s'estime chanceuse d'avoir reçu des soins à temps pour traiter ses problèmes de dépendance.

Photo : Fournie par Brooke Jasper

Radio-Canada

Une femme de Yorkton, en Saskatchewan, Brooke Jasper, déplore le manque de traitements contre les dépendances existant dans les régions rurales de la province. Ayant elle-même souffert de problèmes pendant des années, elle est sobre depuis trois mois.

Brooke Jasper affirme que, au plus fort de ses problèmes de toxicomanie, elle consommait des opioïdes presque toutes les heures de la journée. Cette situation a contribué à la perte de la garde de ses enfants et l'a entraînée dans l’itinérance.

Brooke Jasper estime avoir reçu entre 50 et 100 traitements de naloxone, un produit qui permet de contrer les effets de surdoses d'opioïde. Elle ajoute aussi qu’une fois 21 doses de naloxone lui ont été administrées pour pouvoir contrer les effets d’une drogue qui contenait du carfentanil, une substance plus dangereuse que le fentanyl.

La femme de 31 ans affirme qu’elle a tenté de se faire soigner, mais qu’il n’y avait pas de centre de traitement à Yorkton. Elle a dû attendre un an avant de pouvoir accéder à un lit au sein du centre de traitement Saint-Joseph, à Estevan. Brooke Jasper affirme que son chemin vers la guérison a été possible grâce au fait que quelqu’un l’a conduite dans un centre de traitement.

Maintenant qu’elle est sur la voie de la guérison, elle ne peut s’empêcher de penser à ses amis qui sont encore aux prises avec la drogue à Yorkton.

« Ils n’ont nulle part où aller. Il n’y a pas de centre de traitement là-bas. »

— Une citation de  Brooke Jasper, originaire de Yorkton

421 décès dus à des surdoses en Saskatchewan

Colleen Larocque, une mère de famille habitant Langenburg, qui se trouve à environ 260 kilomètres au nord-est de Regina, affirme que son fils, Mitchell Sveinbjornson ,est décédé en 2020 après avoir pris une drogue qui contenait du carfentanil et du fentanyl.

Selon elle, toutes les personnes qui avaient consommé cette drogue ce jour-là se sont endormies, et son fils est le seul qui ne s’est pas réveillé.

On perd non seulement des personnes qui consomment de la drogue tous les jours, mais aussi des personnes qui consomment pour la première fois. On perd nos enfants qui achètent de la drogue pour la première fois et ne savent pas quoi acheter. Il faut que nos enfants soient sensibilisés aux drogues dans les écoles, affirme-t-elle.

En 2022, la Saskatchewan a enregistré un nombre record de décès liés aux surdoses, soit 421, selon le bureau du coroner.

Le coroner en chef de la province, Clive Weighill, a récemment soumis des recommandations à l’Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) afin que des traitements de dépendance soient immédiatement dispensés aux personnes qui souhaitent s'en sortir.

CBC/Radio-Canada a tenté de joindre le gouvernement provincial pour en savoir davantage sur son plan pour contrer la crise des opioïdes, ainsi que le temps d’attente pour pouvoir accéder à des lits dans les centres de traitement, mais il n’a pas donné suite à ces demandes.

Avec les informations de Colleen Silverthorn

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...