•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Privatisation des soins : les hôpitaux ontariens ont peur de perdre du personnel

Des médecins qui effectuent une intervention chirurgicale.

Le gouvernement Ford dit avoir recours aux cliniques privées pour réduire les listes d'attentes.

Photo : StockLeb/Shutterstock

Radio-Canada

L’Association des hôpitaux de l’Ontario craint un exode d’employés vers les cliniques privées qui seront progressivement autorisées à effectuer plus d'interventions chirurgicales couvertes par l’assurance maladie.

Le PDG de l'association, Anthony Dale, entrevoit de nombreux risques dans le plan du gouvernement pour réduire l’arriéré de 206 000 interventions chirurgicales dans la province.

La question prioritaire touche les ressources humaines, a-t-il affirmé.

Nous ne voulons vraiment pas perdre des membres du personnel hospitalier qui seront attirés par d’autres employeurs.

Le gouvernement Ford a annoncé cette semaine que des cliniques privées seront autorisées à effectuer des interventions chirurgicales du genou et de la hanche d’ici 2024 pour réduire les listes d’attente.

La province augmente aussi le nombre d’opérations pour les cataractes qui seront faites dans le secteur privé.

Le gouvernement a assuré qu’il y aurait des mécanismes pour éviter que les hôpitaux perdent des employés au profit des centres de chirurgie privés. Pour pouvoir être choisis, ceux-ci devront démontrer qu’ils ont un plan pour les ressources humaines qui n’aura pas de répercussions sur le système public.

La qualité des soins, pour les opérations de remplacement du genou et de la hanche, est un autre sujet de préoccupation. Je crois qu'il serait nécessaire qu’il y ait un lien direct avec entre l'hôpital et les cliniques pour réagir à l’incertitude et aux risques, constate M. Dale.

Que faire, en effet, en cas de complications, même si elles sont rares lors des interventions orthopédiques du genou et de la hanche? Il devra y avoir un plan d’urgence et un accès à l’hôpital, si une intervention est nécessaire pour sauver la vie du patient, croit-il.

Anthony Dale estime que le recours à de nouveaux centres chirurgicaux pour les opérations du genou et de la hanche représente un changement majeur et que beaucoup de travail sera nécessaire pour la mise en oeuvre de ce nouveau modèle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...