•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les investissements en construction chutent de 36 % à Amos

Un immeuble à logements de trois étages en construction.

Trois nouveaux blocs de trois logements sur la 3e Avenue Est et cet immeuble en construction de six logements sur la rue du Centenaire font partie des investissements majeurs dans le secteur résidentiel à Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Les investissements en construction ont chuté de 35,8 % en 2022, comparativement à 2021, sur le territoire de la Ville d’Amos.

Ces investissements avaient bondi de 32 % en 2020, puis de 20 % en 2021, pour atteindre un sommet depuis la construction du centre de détention, en 2014.

Toutefois, seulement 537 permis de construction ont été délivrés en 2022 par le Service de l’urbanisme de la Ville d’Amos, pour des investissements évalués à 28 millions de dollars, comparativement à 629 permis pour plus de 43,6 M$ l’année précédente.

Selon le Service de l'urbanisme de la Ville d’Amos, le prix élevé des matériaux et les difficultés d’approvisionnement ont entraîné le report de certains projets.

50 unités de logement

Le secteur résidentiel a connu une certaine stabilité et s’est avéré le plus actif, revendiquant près de la moitié des investissements, à 13,8 M$. Les travaux ont notamment permis la création de 50 unités de logement, ce qui est dans la moyenne supérieure des cinq dernières années.

On s’attendait à ce que ce soit une année plus difficile, reconnaît le maire d'Amos, Sébastien D’Astous.

« On s’attendait à ce qu’il y ait moins d’émissions de permis et ça s’est concrétisé. On parle de 6 % de baisse au niveau de la construction résidentielle, en valeur de permis. Ce qui nous a fait le plus mal, c’est vraiment tout ce qui est institutionnel et industriel, qui a connu une forte baisse en 2022. »

— Une citation de  Sébastien D'Astous

Le secteur institutionnel a essuyé un recul de près de 50 %, avec des investissements de 6,3 M$, sa pire année depuis 2019. Le secteur le plus durement touché est l’industriel, dans lequel les investissements atteignent tout juste 675 000 $, une baisse radicale de 92 % comparativement aux 8,1 M$ de 2021.

Préparer la relance

Le maire D’Astous assure toutefois que la Ville prépare le terrain pour une relance économique.

Tout le temps, en 2022, on a prévu la relance économique en mettant à la disposition des promoteurs des terrains résidentiels, des terrains commerciaux et des terrains industriels. C’était notre grande orientation et ça continue de l’être en 2023. L’objectif, c’est d’avoir du choix pour nos entrepreneurs. Je suis très enthousiaste face à l’avenir au niveau de l’effervescence économique qu’on va vivre, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...