•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thunder Bay exhorte le gouvernement Ford à décriminaliser les drogues

Holly Gauvin.

La directrice générale de Elevate NWO Holly Gauvin est aux premières lignes de la crise. Elle et son équipe traitent les gens derrière les chiffres. (Photo d'archives)

Photo : CBC / Logan Turner

Radio-Canada

C’est lors d’une réunion du conseil municipal de Thunder Bay tenue le 16 janvier que les conseillers ont adopté à l'unanimité une résolution visant à approuver quatre recommandations provenant du Réseau de la stratégie antidrogue de l’Ontario (RSAO), dont la décriminalisation des drogues.

Le RSAO comprend 41 membres, dont la Stratégie antidrogue de Thunder Bay.

Les recommandations qui seront présentées à la province :

  • déclarer un état d'urgence en lien avec la crise de l'empoisonnement des drogues et créer un groupe de travail provincial pour y faire face;
  • élargir les pratiques de réduction des risques et de traitement fondées sur des données probantes;
  • décriminaliser la simple possession de drogue;
  • investir dans la prévention et l'intervention précoce.

Le district de Thunder Bay a enregistré 78,8 décès par surdose pour 100 000 individus en 2021.

Ce qui équivaut à 4 fois plus que le taux provincial, soit 19,2 décès par 100 000 individus et du taux le plus élevé par habitant en Ontario, selon le bureau de santé publique de Thunder Bay.

De 2017 à 2021, les appels reçus par les services médicaux d’urgence Superior North en lien avec les opioïdes ont explosé ; ils sont passés de 96 par année à 729.

Les travailleurs de première ligne constatent une forte augmentation de drogues toxiques au sein de la communauté. Les surdoses attribuables à ces dernières, notamment au fentanyl et aux benzodiazépines, requièrent souvent l’utilisation de multiples doses de naloxone.

Une trousse de naloxone.

Plusieurs doses de naloxone doivent parfois être utilisées afin de traiter les individus qui subissent des surdoses. (Photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Holly Gauvin, directrice générale de l’organisme Elevate NWO, un organisme de réduction des risques à Thunder Bay, raconte que ses employées ont sauvé deux vies la semaine dernière en renversant les effets de surdoses.

Avant, une surdose ce n’était pas une grosse affaire pour nous, mais maintenant, ça l’est, se désole Mme Gauvin en expliquant à quel point ces incidents sont presque devenus ordinaires.

Elle se dit agréablement surprise de constater l’adoption unanime de la motion par le conseil.

« Notre ville est en crise maintenant. Il s’agit d’une urgence et nous avons besoin de soutien, et la province doit en être tenue responsable. »

— Une citation de  Holly Gauvin, directrice générale de l’organisme Elevate NWO

Elle espère que la Ville continuera de soutenir les organisations qui viennent en aide aux populations les plus vulnérables et que les conseillers écouteront ceux et celles dont le vécu peut guider la voie vers des solutions.

J’espère que ce conseil est prêt à relever ce défi, car ce n’est pas une mince tâche, affirme Mme Gauvin.

Le RSAO recommande d’éliminer la stigmatisation structurelle contre les consommateurs de drogues. D'où l’importance de la décriminalisation.

Nous savons que la stigmatisation tue… Plus nous luttons contre celle-ci, grâce à des actions comme la décriminalisation, plus les gens peuvent faire appel à de l’aide, soutient Mme Gauvin.

Dépendre de la Ville : une solution insoutenable

Kristen Oliver, conseillère du quartier Westfort, préside le comité des affaires intergouvernementales de la Ville. C’est elle qui a élaboré la motion du conseil demandant plus d'aide de la part de la province.

Mme Oliver souhaite que toutes les municipalités de l'Ontario exercent une pression similaire sur la province.

Kristen Oliver dans la salle du conseil municipal de Thunder Bay.

La conseillère Kristen Oliver confirme que la motion sera envoyée à l'Association municipale du Nord-Ouest, à l'Association des municipalités de l'Ontario, à la Fédération des municipalités du Canada, à la ministre provinciale de la Santé et au premier ministre Doug Ford.

Photo : CBC Sarah Law

Je parle aux mères et aux pères qui ont perdu leurs enfants. [...] Il est impossible de trouver les mots justes pour les soutenir à travers ces épreuves, a déclaré Mme Oliver.

« Je pense que la meilleure voie à suivre pour nous en tant que conseil municipal est d'essayer de mener la charge afin d’obtenir le soutien nécessaire à cette communauté. »

— Une citation de  Kristen Oliver, conseillère du quartier Westfort

La Ville ne peut pas faire face à la crise seule. Alors que le budget proposé pour 2023 prévoit un prélèvement fiscal de 5,6 %, différents départements demandent plus de ressources, et il est difficile de répondre à tous les besoins.

Nous ne pouvons pas continuer à appliquer cette pression sur l'assiette fiscale municipale, car ce n'est tout simplement pas durable, a-t-elle déclaré.

Avec plus d'argent de la province, la Ville pourrait soutenir des organismes comme Elevate NWO. Elle pourrait également ouvrir un centre de désintoxication, rattaché à l'hôpital, pour réduire la pression sur le service des urgences, suggère Mme Oliver.

Avec les informations de Sarah Law, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...