•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Licenciements : le secteur de la technologie débranche près de 30 000 postes

Le géant Microsoft annonce l'abolition de 10 000 emplois en raison de la conjoncture économique. Le même jour, Amazon supprime 18 000 postes dans le monde entier.

Le logo de Microsoft sur un édifice à Los Angeles en Californie.

Le groupe informatique américain Microsoft annonce mercredi une série de mesures d'économies, dont le licenciement d'environ 10 000 employés d'ici fin mars, soit un peu moins de 5 % de ses effectifs.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Radio-Canada

Les temps sont durs pour les géants de la technologie. Mercredi, deux joueurs des GAFAM, Amazon et Microsoft, ont annoncé la suppression de près de 30 000 emplois dans leurs rangs. Microsoft abolira 10 000 postes d’ici la fin mars dans le cadre d’une série de mesures d’économies, tandis qu'Amazon prévoit de mettre à pied 18 000 employés.

Dans un communiqué, Microsoft explique avoir pris cette décision en réponse aux conditions macroéconomiques et aux changements de priorités des clients. L’entreprise de Redmond, dans l’État de Washington, supprimera un peu moins de 5 % de ses effectifs.

Elle prévoit modifier son portefeuille d'équipements informatiques et réduire le nombre d'espaces de travail.

Ces mesures d'économies représenteront une charge de 1,2 milliard de dollars américains dans les comptes du deuxième trimestre décalé que le groupe doit dévoiler le 24 janvier. Son chiffre d'affaires est attendu en progression de seulement 2,7 % sur un an, un rythme très faible pour le géant informatique habitué à une croissance à deux chiffres.

Dans une lettre aux employés rendue publique, le patron de Microsoft, Satya Nadella, explique que si les clients ont accéléré leurs dépenses informatiques pendant la pandémie, ils sont maintenant en train de chercher à les optimiser pour faire plus avec moins.

De son côté, Amazon annonce une vague de licenciements aux États-Unis, au Canada et au Costa Rica d'ici la fin de la journée de mercredi, dans le cadre d'un plan visant 18 000 employés, a déclaré le géant du commerce électronique à Reuters.

Le directeur général d'Amazon.com, Andy Jassy, a indiqué au début du mois que ces suppressions de postes, qui concernent environ 6 % des quelque 300 000 employés de l'entreprise, toucheront principalement les secteurs du commerce électronique et des ressources humaines.

Les entreprises du monde entier font par ailleurs preuve de prudence face aux risques de récession tandis que les progrès de l'intelligence artificielle secouent le secteur, a résumé le patron de Microsoft, Satya Nadella.

Un secteur qui abolit des postes par milliers

Au début de janvier, le géant du commerce électronique Amazon avait déjà annoncé qu’il allait supprimer un peu plus de 18 000 emplois dans le monde. L'examen de notre planification annuelle [....] a été plus difficile cette année compte tenu de l'incertitude économique et du fait que nous avons embauché massivement au cours des dernières années, expliquait à ce moment le directeur général Andy Jassy.

À la fin de septembre 2021, le groupe comptait 1,54 million d’employés dans le monde.

En novembre dernier, Meta, maison mère de Facebook et d'Instagram, annonçait la suppression de plus de 11 000 emplois, ce qui représentait 13 % de son personnel. Le géant californien, qui comptait plus de 87 000 employés dans le monde à la fin de septembre 2021, lutte contre la flambée des coûts et la faiblesse du marché de la publicité.

Twitter a aboli en novembre dernier environ 50 % des 7500 emplois que comptait l’entreprise de San Francisco dans le sillage du rachat par l’entrepreneur Elon Musk.

Au Canada, Shopify, une entreprise spécialisée dans le commerce électronique, a éliminé 10 % de son effectif en juillet dernier. L’entreprise d’Ottawa comptait 10 000 employés et sous-traitants à la fin de 2021.

L’agrégateur Layoffs.fyi a recensé 154 336 employés de plus de 1000 entreprises technos dont les postes ont été abolis en 2022. Et 2023 n’augure pas mieux : l’agrégateur recense déjà plus de 25 000 postes abolis au sein d’une centaine d’entreprises.

Avec les informations de Agence France-Presse et Reuters

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.