•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise albertaine reçoit 41 000 $ pour son projet de contenants réutilisables

John McInness, fondateur de l'entreprise calgarienne Earthware.

Selon John McInness, le fondateur de Earthware, plus de 60 000 repas à emporter sont commandés chaque jour à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Earthware, une entreprise de Calgary, a reçu 41 000 $ pour développer de nouveaux contenants réutilisables pour la restauration et les épiceries.

L’aide a été octroyée par le Réseau canadien d’innovation en alimentation (RCIA), un organisme national sans but lucratif qui encourage l’industrie alimentaire à innover pour réduire son empreinte écologique.

L’argent servira à financer le développement d’un nouveau type de contenant hybride fait de plastique et de fibre naturelle de chanvre, explique John McInnes, le fondateur d’Earthware.

Le nouveau contenant pourrait être utilisable des dizaines de milliers de fois sans se détériorer.

Il serait plus léger, plus résistant, notamment aux fuites et aux rayons ultraviolets, et il serait davantage ventilé pour mieux conserver la fraîcheur des repas.

Ce qui, selon John McInnes, en ferait le produit le mieux adapté aux besoins des restaurateurs et des épiciers.

Le nouveau contenant en préparation serait aussi plus abordable que les contenants à usage unique offerts sur le marché, dont la plupart font d’ailleurs partie de la liste de produits qu’Ottawa a décidé de bannir à compter de cette année.

Le premier contenant lancé en novembre 2021 par Earthware peut être réutilisé une centaine de fois. Selon l'entreprise, 50 000 d’entre eux sont actuellement en circulation à Calgary.

Un contenant alimentaire fabriqué par l'entreprise calgarienne Earthware.

Earthware est la seule entreprise au pays à avoir mis en place un système de récupération et de réutilisation de contenants alimentaires. Un message invitant les usagers à lui renvoyer les contenants pour être lavés est inscrit sur ses contenants.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Une initiative unique en son genre

Outre le caractère innovant des contenants de l’entreprise calgarienne, le fait qu’elle propose de récupérer les contenants de ses clients pour les laver fait partie des aspects qui ont convaincu le Réseau canadien d’innovation en alimentation de lui octroyer un financement.

C'est une initiative unique au Canada, souligne Julie Daigle, directrice régionale de l’innovation au Réseau canadien d'innovation en alimentation.

Earthware a d’ailleurs signé une entente avec les centres de collectes de bouteilles consignées de l'Alberta. Grâce à cet accord, les soixante clients de l’entreprise peuvent ramener leurs contenants dans un centre de dépôt en échange de la consigne, et ce, à compter du 1er février.

L'intéreiur du restaurant grec Plaka à Calgary.

Earthware compte actuellement 60 restaurants clients à Calgary, dont le restaurant grec Plaka. L'entreprise compte renforcer sa présence dans la province et prévoit s'installer à Edmonton d'ici juin.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Critères d'admissibilité

Cette année, 8 entreprises ont reçu une aide financière du Réseau canadien d'innovation en alimentation totalisant 2,5 millions de dollars.

Depuis sa création en 2021, l'organisme a distribué 6,7 millions de dollars à 26 entreprises à travers le Canada.

Mme Daigle précise que toute entreprise canadienne voulant être admissible à l’aide de l’organisme doit s’inscrire dans ses objectifs, notamment la lutte contre le gaspillage alimentaire et la mise au point de solutions innovantes permettant de minimiser l’impact environnemental.

Julie Daigle dans un bureau. Des cadres sont installés sur le mur derrière elle.

Julie Daigle est directrice régionale de l’innovation au Réseau canadien d'innovation en alimentation.

Photo : Radio-Canada / Jocelyn Boissonneault

Le projet porté par l’entreprise doit être canadien pour que la propriété intellectuelle demeure ici, ajoute-t-elle.

De plus, le projet doit s’inscrire dans une logique collaborative. Elle explique à ce propos que le projet de nouveaux contenants d’Earthware, par exemple, est développé en collaboration avec l'Institut de technologies du sud de l'Alberta (SAIT). Le chanvre qui va être utilisé pour leur fabrication sera fourni par des agriculteurs albertains, cela crée donc une collaboration entre trois parties, souligne-t-elle.

Avec les informations d'Evelyn Asselin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...