•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La présence du club de motards criminels des Red Devils sème l’inquiétude à Shediac

Une enseigne de métal, avec des contours rouges, sur laquelle ont peut lire les mots Red Devils MC.

Cette grande enseigne de métal a été installée sur la façade d'un ancien commerce de la rue Main, à Shediac.

Photo : Capture d'écran

Radio-Canada

Le club de motards criminels Red Devils MC montre ses couleurs à Shediac depuis quelques semaines. Une présence qui suscite des inquiétudes et des questions dans cette communauté.

La transformation récente d’un ancien commerce de la rue Main, près du centre-ville de Shediac, ne passe pas inaperçue.

Une partie de la façade a été peinte en rouge et tout porte à croire qu’un film réfléchissant a été installé sur certaines vitres et sur les portes, ce qui empêche de voir à l’intérieur.

Une grande enseigne de métal a été installée sur la façade. On peut y lire Red Devils MC (MC pour motorcycle club ou club de motards, NDLR) et y voir la silhouette de deux têtes de diables à la chevelure de feu.

Un bâtiment porte les couleurs des Red Devils. Une grande enseigne de métal aux couleurs du club de motards criminels est visible sur la façade.

Cet ancien commerce de Shediac a subi une transformation esthétique afin de porter les couleurs et le logo des Red Devils, un club de motards criminels.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Les Red Devils sont un club de soutien des Hells Angels, et ils agissent donc sous leur direction. Les Hells Angels sont impliqués dans le trafic de drogue dans la province, avait affirmé l’inspecteur de la GRC Ron DeSilva dans un communiqué de presse publié en 2020.

Un rassemblement à Shédiac

En entrevue avec Radio-Canada Acadie, mardi après-midi, le porte-parole de la GRC au Nouveau-Brunswick n’a pas été en mesure d’indiquer si une section en règle des Red Devils a pignon sur rue à Shediac, ni combien de membres de l’organisation sont actifs dans la région.

Le caporal Hans Ouellette a simplement indiqué que ce club de motards criminels a une présence dans le coin de Shediac et du sud-est de la province et que d’autres clubs du genre sont aussi actifs dans cette région et ailleurs au Nouveau-Brunswick.

Un rassemblement de motards criminels a d’ailleurs eu lieu à Shediac et à Moncton le week-end dernier. Plusieurs membres en règle (full patch) des Red Devils basés ailleurs au Canada ont été vus dans des bars.

Dans l’univers des clubs de motards, un full patch est un membre à part entière qui a le droit de porter les couleurs et les logos de son club. Cela le différencie de ses confrères dotés d’un statut inférieur.

Caporal Hans Ouellette.

Le caporal Hans Ouellette est porte-parole de la GRC au Nouveau-Brunswick. (Photo d'archives)

Photo : GRC

Le caporal Hans Ouellette ne donne que très peu de détails à propos de ce rassemblement, à part le fait qu’il a eu lieu dans la région le week-end dernier et que des membres de divers clubs de motards criminels y ont participé.

Il ajoute que la GRC a assuré une présence accrue à Shediac pendant l’événement, par précaution. On avait assez de policiers pour faire en sorte que le public soit protégé. On était présents pendant le rassemblement.

Des employés et propriétaires d'entreprises adjacentes au local des Red Devils ont refusé de nous accorder une entrevue à la caméra. Certains se demandent toutefois comment une telle organisation a pu s'établir et s'afficher publiquement à Shediac.

C’est quoi leur but? Des fois, c’est inquiétant

Certains passants rencontrés au hasard mardi dans le centre-ville de Shediac ont dit être inquiets de la présence des Red Devils dans leur communauté.

Je ne suis pas impressionnée, ça m’inquiète. Je sais qu’il y a quand même des affaires qui se passent dans la communauté dont on n’est pas au courant. Je trouve ça un petit peu énervant pour la population, a affirmé Carole Dugas.

Selon elle, les motards criminels n’ont pas la réputation d’être des anges gardiens. Quant à son mari, Roger Dugas, il s'interroge : C’est quoi leur but? Des fois, c’est inquiétant. Si tu vois du monde de dehors qui vient et que c’est relié à d’autres gangs, et bien ça soulève des questions.

Une autre passante, Gloria Gallant, a elle aussi une opinion à ce sujet : On n’a pas besoin de ça à Shediac, pas du tout.

Son amie Stella Whelan est du même avis. Il y a assez de criminels, pis des choses qui se passent qu’on n’a pas besoin de ça. Nous autres, on marche tous les jours, on est ben, on feel safe, comme on dit à Shediac. Non, on n’a pas besoin de ça.

La mairie inquiète

D’autres résidents de Shediac, comme Sophie Pruneau, ne savent pas grand-chose des Red Devils. La présence de cette organisation dans la région ne l’inquiète pas vraiment.

Je trouve qu’on aura peut-être plus de protection. [...] Je ne sais pas, je ne vois pas qu’il y a du mauvais dans ça, a-t-elle affirmé.

Le Maire de Shediac, Roger Caissie, devant un parc de la Shediac.

Le Maire de Shediac, Roger Caissie.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Shediac, Roger Caissie, soutient pour sa part avoir constaté en même temps que tout le monde l'apparition des logos des Red Devils dans sa ville. Il signale que des citoyens l'ont contacté pour lui faire part de leurs inquiétudes, inquiétudes qu'il dit partager.

Le député de la circonscription provinciale de Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé, le libéral Jacques LeBlanc, n’a pas souhaité commenter ce dossier.

D'après le reportage de Sarah Déry

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Acadie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Acadie.