•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Chaque année, l’UNESCO se met à table pour reconnaître le patrimoine de l’humanité

Une baguette de pain.

En 2022, l'UNESCO a inscrit la baguette de pain, l'harissa et les thés turcs et chinois sur sa liste du patrimoine immatériel.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Le 30 novembre 2022, l’UNESCO a inscrit, entre autres, sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité la fabrication de la baguette de pain, de l’harissa et du thé turc et chinois. Nos archives nous parlent de ces trésors alimentaires.

Protéger le savoir-faire et les traditions alimentaires

En 2003, l’UNESCO adoptait la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Cette convention vise à protéger les pratiques, les connaissances et les savoir-faire que les communautés reconnaissent comme faisant partie de leur héritage culturel.

En 2022, l’UNESCO a inscrit plusieurs composantes alimentaires à sa liste d'éléments culturels à préserver. Voici trois exemples.

La baguette de pain

La baguette est la forme de pain la plus appréciée et la plus consommée en France.

Il se produirait, dans ce pays seulement, 6 milliards de baguettes chaque année.

Reportage du correspondant Michel Morin sur la réglementation de la fabrication de la baguette de pain en France

Le correspondant Michel Morin, dans un reportage qu’il présente au Téléjournal le 9 octobre 1993, et qu'anime Michèle Viroly, souligne que le savoir-faire artisanal de cet aliment phare est de plus en plus menacé par l’industrialisation de sa fabrication.

Cela explique que le gouvernement du premier ministre Édouard Balladur est intervenu pour venir au secours des artisans-boulangers français.

Le décret sur le pain, promulgué en septembre 1993, encadre la production de la baguette.

Une baguette ne pourra être qualifiée de traditionnelle ou d’authentique que si elle est élaborée selon certains procédés bien précis.

Le reportage du correspondant Michel Morin montre par ailleurs que l’opinion publique française est divisée sur la question de la méthode de fabrication de la baguette.

Entre le coût et le goût, le cœur des consommateurs français hésite, en 1993 comme en 2023.

Harissa

En 2020, la préparation du couscous dans les pays du Maghreb intégrait la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

En 2022, c’est au tour du condiment qui très souvent l’accompagne, l’harissa, d’être ajouté à la liste.

Reportage du coanimateur Denis Gagné sur la fabrication de l'harissa

Le 22 février 2012, l’émission L’épicerie s’intéresse à la confection de ce produit alimentaire emblématique des pays du Maghreb.

Johane Despins et Denis Gagné coaniment L'épicerie.

Le reportage de Denis Gagné nous apprend que la poudre, la pâte et la sauce harissa trouvent leur origine en Tunisie.

Dans la région tunisienne du Cap Bon, on récolte les piments rouges nécessaires à son élaboration depuis au moins quatre siècles.

On utilise aussi beaucoup l’harissa en Algérie, au Maroc, de même qu’en Mauritanie.

Il y a autant de façons de la préparer l’harissa qu’il y a de familles dans les pays du Maghreb.

Les piments rouges moyennement forts, l’ail et une fermentation en sont cependant les ingrédients et le procédé de base.

Il y a même une recette marocaine qui, pour fabriquer l’harissa, marie les piments broyés avec les pétales de rose.

Cette variante accompagnerait particulièrement bien le poisson.

Le thé turc et chinois

Après l’eau, le thé est le liquide le plus consommé au monde.

Les Turcs seraient les plus grands consommateurs de thé sur la planète. Boire ce breuvage est en Turquie un véritable art de vivre.

C’est cependant de la Chine impériale que nous est parvenue la culture du thé.

De nos jours, presque 40 % de tout le thé récolté dans le monde est bu dans ce pays.

Ces faits ont milité en faveur de l’intégration du thé turc et chinois dans la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2022.

Reportage de la journaliste Fernande sur la vente de thés de haut de gamme dans une boutique chinoise de Richmond en Colombie-Britannique

Le 21 février 1995, la journaliste Fernande Devost présente à l’émission Ce soir un reportage sur la tradition chinoise du thé.

Dans une boutique de Richmond, en banlieue de Vancouver, Fernande Devost découvre notamment des thés haut de gamme au jasmin, très prisés par les membres de la communauté chinoise.

Attention cependant au prix.

En 1995, ces feuilles de thé parfumées atteignaient jusqu’à 160 $ pour une livre (soit 454 grammes).

On peut cependant réutiliser ces feuilles de grande qualité plusieurs fois pour faire une infusion.

On comprend que ces thés de luxe sont souvent donnés en cadeaux à des amis ou à des êtres chers comme marque d’appréciation par les gens d’origine chinoise.

En 2022, l’UNESCO a aussi retenu le savoir-faire ukrainien du bortsch, parce que menacé par l’invasion russe de l’Ukraine.

C’est le patrimoine humain et vivant qui est associé au bortsch, la capacité des populations de le cuisiner et de transmettre leur expertise, que menace ce conflit armé, souligne l’organisation internationale.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...