•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pearl Morissette : bâtir un vignoble de renommée mondiale à partir de zéro

La philosophie de François Morissette, c’est de prendre le temps d’expliquer aux consommateurs ce qu’ils boivent.

François Morissette devant une cuve qui sourit.

Le vigneron François Morissette s'est installé dans la région du Niagara en 2007, après que son associé financier lui ait donné carte blanche pour bâtir un nouveau vignoble: Pearl Morissette.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Le vignoble Pearl Morissette dans la région du Niagara produit des vins naturels depuis maintenant plus de 15 ans. Le vigneron, François Morissette, qui a commencé son projet de viticulture de zéro, voit aujourd'hui ses vins être vendus à travers le monde.

Je ne voulais rien savoir quant à venir ici, lance le vigneron François Morissette.

Ce vigneron d'origine québécoise ne croyait jamais s'installer en Ontario, mais en 2007, son partenaire financier, Mel Pearl, a réussi à le convaincre.

Des boîtes de vins Pearl Morissette.

Le vignoble Pearl Morissette produit des vins naturels dans la région du Niagara.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Cette entente crée alors un vignoble au nom tout trouvé : Pearl Morissette.

Il m’a convaincu parce qu’il m’a dit que je pourrais partir un projet à partir de rien avec une carte blanche. Je faisais ce que je voulais, pas de compromis. Et on a bâti une marque, explique-t-il.

« À l’époque, j’étais assez fendant, ou visionnaire, en disant que j’allais rencontrer un millionnaire et puis j’allais lancer ma propre entreprise, et c’est ce qui est arrivé. »

— Une citation de  François Morissette, vigneron chez Pearl Morissette

Le vigneron a donc déménagé dans la région du Niagara avec sa conjointe Monique et leurs trois fils au début de l’été 2007, après avoir été en Bourgogne, en France.

L’autonomie que lui a donnée son associé Mel Pearl a permis à M. Morissette de bâtir le vignoble de ses rêves, et de suivre chaque envie d’exploration.

Des contenants pour faire vieillir des vins.

Voici un des endroits du vignoble où le vigneron François Morissette fait vieillir ses vins naturels.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

C’est comme si j’avais monté un domaine viticole qui prendrait en Europe une génération et demie, voire deux générations, en 16 millésimes parce que je n’ai pas eu d’interférence et j’avais les moyens financiers, partage le vigneron.

Mais il précise que Pearl Morissette demeure avant tout une entreprise qui doit tout de même faire du profit. Pour ce faire, M. Morissette a pourtant choisi de bâtir sa marque d’une manière qui se démarque de plusieurs des autres vignobles de la région.

Une marque différente des autres dans le Niagara

En arrivant chez Pearl Morissette, ce n’est qu’un cardinal qui marque l’entrée au vignoble. Aucune pancarte n’en fait l’annonce, aucun panneau ne peut être aperçu de la route.

« J’ai toujours été plus intéressé de bâtir une marque de façon collaborative avec le client ou le consommateur. Ça crée une interaction importante. »

— Une citation de  François Morissette, vigneron chez Pearl Morissette

Voilà une grande différence comparativement aux autres vignobles de la région, qui font beaucoup de publicité, surtout pour des dégustations de vin.

La sculpture du cardinal devant les vignes.

L'entrée du vignoble Pearl Morissette est marquée par une sculpture d'un cardinal, mais n'a pas de panneau d'affichage.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Je n’ai jamais voulu avoir des salles de dégustation, dit-il. J’ai jamais voulu avoir des gens qui viennent, qu’on serve des verres rapidement, et ensuite on leur dit de s’en aller.

La priorité, pour François Morissette, c’est de prendre le temps d’expliquer aux consommateurs ce qu’ils boivent, surtout que les vins naturels n’étaient pas très connus en 2007, quand il a lancé le vignoble.

Il y a beaucoup plus d’engouement aujourd’hui pour ce type de vin naturel, selon M. Morissette. Bien qu’il indique que c’est une bonne nouvelle, il croit que c’est toujours aussi important de prendre le temps de bien expliquer ses produits.

Les clients ont donc la possibilité de prendre un rendez-vous pour une dégustation d’une plus longue durée.

Svetlana Atcheva qui sourit.

Svetlana Atcheva est ambassadrice du vignoble Pearl Morissette et une associée de François Morissette depuis 2012.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

C’est d’ailleurs son associée Svetlana Atcheva qui était responsable de présenter les vins depuis qu’elle est arrivée chez Pearl Morissette en 2012. Elle travaille de près avec le vigneron, en tant qu'ambassadrice de la marque Pearl Morissette, ainsi que pour faire déguster les vins.

« J’espère pouvoir améliorer notre vin chaque année et surprendre les gens grâce à nos vins. »

— Une citation de  Svetlana Atcheva, sommelière et ambassadrice de Pearl Morissette

Un vigneron pas comme les autres

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Le goût des autres

Le goût des autres, ICI Première.

Nous sommes tous les deux forts de caractère, mais nous avons une belle dynamique. La plupart du temps nous pouvons même communiquer sans nous parler, s’exclame-t-elle.

Un restaurant au même nom

Après dix ans d’opération, un restaurant du même nom s’est ajouté au terrain du vignoble.

Je n’ai aucun crédit pour l’histoire du restaurant. J’ai surtout assisté au niveau logistique, puisque je suis un peu concierge de cette propriété, dit-il. Mais comme pour mon projet, le restaurant a eu la liberté de se mettre en place selon les bases qu'ils jugeaient pertinentes selon la vision qu’ils voulaient mettre en place.

Le chef Daniel Hadida est d’ailleurs un des visionnaires pour le restaurant.

Pancarte du restaurant Pearl Morissette qui pointe à la bâtisse.

Le restaurant au vignoble Pearl Morissette opère depuis maintenant 5 ans.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Nous venons tout juste de célébrer notre cinquième anniversaire, donc une bonne partie de nos années d’opération était pendant la pandémie, explique M. Hadida.

Il dit que le restaurant a la chance d’être au même endroit que le vignoble. Les deux établissements, bien qu’ils soient distincts, partagent selon lui les mêmes valeurs, comme la poursuite de l’authenticité des produits.

Et Daniel Hadida explique que le restaurant partage également la même vision de la marque de Pearl Morissette.

Daniel Hadida qui sourit dans le restaurant.

Daniel Hadida est un des deux chefs responsables du restaurant Pearl Morrisette dans la région du Niagara.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Pendant la saison touristique en été, c’est à notre avantage d’être un peu plus difficile à trouver. Les clients doivent être motivés pour venir manger au restaurant, constate-t-il.

Un modèle durable avant tout

Selon François Morissette, le climat dans la région du Niagara est extrême pour la vigne et c’est très difficile de faire de la viticulture durable.

Il indique cependant que le terrain de Pearl Morissette permet de garder un certain équilibre avec l’environnement.

« Il faut faire attention de ne pas démolir le vivant pour produire ou exprimer une autre forme de vivant, comme nos vins naturels. »

— Une citation de  François Morissette, vigneron chez Pearl Morissette

Il y a vraiment un petit écosystème ici sur nos terres. C’est un modèle intéressant parce que ça préserve des terres agricoles. Si on ne fait pas attention, il y aura des rangées de maisons tout autour de nous, dit-il.

Le vigneron veut donc privilégier la durabilité, même en ce qui concerne ses ventes. Depuis la pandémie, il a d’ailleurs décidé de réduire l’ampleur de son marché international, malgré l’impact que ce rayonnement peut avoir sur le prestige de ses vins.

Des vignes.

François Morissette utilise des vignes de type vinifera pour produire son vin naturel.

Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Trickey

Ce n’est pas très durable de prendre l’avion pour présenter mes vins, ensuite d’exporter des vins à des distances immenses, dit-il.

D’un point de vue personnel, François Morissette considère la possibilité d’être consultant dans des projets de vignobles.

Et après 15 ans en Ontario, le vigneron ne se dit ni heureux ni malheureux : Je n’ai pas cette réponse facile face au bonheur. J’ai pu faire ici ce pour quoi je m’étais engagé à faire, dit-il. J’ai pu créer quelque chose à partir de zéro.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...