•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une gaffe sur TikTok envoie une Yukonnaise en voyage au pays de Galles

Pavlina Livingstone-Sudrich avec un sac à dos de randonnée en pleine nature, près d'une étendue d'eau.

Pavlina Livingstone-Sudrich publie des vidéos sur TikTok qui offrent un regard amusant sur sa vie et ses aventures en plein air dans le Nord.

Photo : Fournie par Pavlina Livingstone-Sudrich

Radio-Canada

Ce n’est pas tous les jours qu’une erreur sur TikTok se termine en voyage au Royaume-Uni. Pavlina Livingstone-Sudrich, originaire de Whitehorse, a reçu une invitation du premier ministre du pays de Galles, après avoir malencontreusement placé son pays… en Angleterre.

La vidéo, publiée sur TikTok en novembre, n’a duré que 28 secondes, mais a réussi à énerver de nombreux Gallois. Cela ne m'arrive pas souvent, mais j'ai été très étonnée de voir la portée de ce réseau social, raconte Pavlina Livingstone-Sudrich. « On devrait faire attention, car lorsqu'on publie quelque chose, on en perd complètement le contrôle. »

Pavlina Livingstone-Sudrich a l’habitude de publier des vidéos amusantes sur son quotidien au Yukon, ainsi que de ses aventures dans la nature, pour ses 193 000 abonnés. Dans la vidéo, qui lui vaut maintenant un voyage pédagogique de 11 jours au pays de Galles, la Yukonnaise montre un nouvel accessoire, une bouillotte en laine à porter sous ses vêtements d'hiver pour rester au chaud à l'extérieur.

Et là, c'est le drame, car elle explique que la bouillotte a été confectionnée à la main par une femme au pays de Galles, en Angleterre. Certes, le pays de Galles fait partie du Royaume-Uni, tout comme l'Angleterre, mais ce sont deux pays distincts.

J'ai su immédiatement que j'avais fait une erreur, raconte la Yukonnaise. Mais j'ai pensé que, parfois, il suffit de garder la première prise. Bien sûr, je voulais dire le Royaume-Uni, c'était un lapsus.

Le lendemain de la publication de la vidéo, des Gallois très en colère donnaient des leçons de géographie à la créatrice de contenus.

Pavlina Livingstone-Sudrich dit qu'elle était mortifiée à l'idée d'avoir insulté la fierté nationale galloise, d'autant plus que, venant du Yukon, elle assure avoir un profond respect pour les concepts d'autonomie gouvernementale, de décentralisation et d'autonomie politique.

De plus, sa mère est une ancienne journaliste. Je me suis trompée sur les faits, et elle était furieuse.

Onze jours pour découvrir la culture galloise

Même l’ancien premier ministre du Yukon, Sandy Silver, lui a fait une remarque en la croisant sur le chemin du travail. Il m’a dit : "Wow, vous avez vraiment touché une corde sensible chez les Gallois."

Pavlina Livingstone-Sudrich a publié, une semaine plus tard, une vidéo d’excuses, en anglais et en gallois, à partir du bureau du premier ministre avec Sandy Silver lui expliquant de manière drôle la différence entre les pays.

La Yukonnaise terminait sa vidéo en suggérant au premier ministre gallois, Mark Drakeford, de l'inviter à visiter son pays. Le lendemain, au réveil, elle a trouvé une vidéo de ce dernier l’invitant à venir au pays de Galles.

Des coups de canon devant un château.

Le voyage ne devrait pas comporter uniquement des visites de châteaux, comme celui de Cardiff sur cette photographie.

Photo : Reuters / MOLLY DARLINGTON

Le mois prochain, Pavlina Livingstone-Sudrich et son compagnon visiteront le pays pendant 11 jours. Le voyage est organisé par le gouvernement gallois, et un itinéraire est en cours d'élaboration pour tout savoir sur la souveraineté galloise, la langue, leur décentralisation, leurs efforts de revitalisation de la langue, leur campagne, leurs paysages.

La Yukonnaise se dit heureuse d'avoir la chance de transformer une erreur embarrassante en échange interculturel significatif. À une époque où une erreur [peut ruiner la réputation de quelqu'un], cela démontre la réelle générosité d'esprit des Gallois.

Avec les informations de Dave White

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...