•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 50 ans de bataille, Fogerty regagne ses droits sur ses chansons de CCR

Un musicien jouant de la guitare tout en chantant sur une scène illuminée par des projecteurs bleus.

John Fogerty a fait ses débuts au sein du groupe Creedence Clearwater Revival, très populaire aux États-Unis dans les années 1970.

Photo : Getty Images / Scott Legato

Agence France-Presse

Après un demi-siècle de bataille juridique, le musicien américain John Fogerty a annoncé jeudi avoir regagné ses droits d'auteur sur les chansons qu'il avait composées pour son groupe phare des années 1970, Creedence Clearwater Revival, plus souvent connu sous son acronyme CCR.

À l'heure où certains de ses collègues du rock et du folk, comme Bruce Springsteen, Bob Dylan ou Neil Young, vendent pour des centaines de millions de dollars les droits liés à leurs œuvres, John Fogerty, 77 ans, fait le contraire.

À compter de janvier, je serai de nouveau propriétaire de mes propres chansons. Je pensais que cela n'arriverait jamais. J'ai hâte de faire des tournées et de fêter cela cette année!, s'est réjoui l'artiste sur son site, en parlant d'une résurrection.

De fait se tourne l'une des pages les plus douloureuses de l'histoire des droits d'auteur et de propriété intellectuelle sur la scène musicale aux États-Unis : John Fogerty, compositeur de fameux titres de CCR comme Proud Mary, Have You Ever Seen the Rain et Bad Moon Rising, s'est battu pendant 50 ans devant la justice pour en reprendre le contrôle, après ce qu'il a qualifié de mauvais contrat avec une maison de disques.

Saga musicale

Au cœur des années 1960, le pape de l'époque pour la musique et le cinéma, Saul Zaentz, mort en 2014, fait signer Fogerty et son groupe CCR avec son étiquette Fantasy Records.

Très vite, les droits de la célébrissime chanson contre la guerre du Vietnam Fortunate Son se trouvent au cœur de plaintes, de procédures et de campagnes de presse conduites par John Fogerty.

Lorsque son groupe CCR périclite au début des années 1970, la lutte s'intensifie avec Fantasy Records pour tenter de casser le contrat. En vain.

Résultat, une longue période de silence pour l'artiste, qui refuse même de chanter les titres de son ancien groupe.

Ce n'est qu'en 2004 que la maison de disque Concord rachète Fantasy, mais John Fogerty ne recouvre pas ses droits pour autant.

Nouvelle entente

Récemment, le rockeur a fait une offre aux détails financiers restés confidentiels, à laquelle Concord a souscrit. D'après le média Billboard, premier à révéler l'accord jeudi de la bouche de John Fogerty, la maison Concord devrait conserver les droits de CCR déjà en sa possession, tandis que le musicien devrait regagner tous ses droits d'auteur.

Ces droits permettent de toucher des dividendes sur la diffusion d'un titre à la radio ou sur une plateforme d'écoute, sur des ventes d'albums ou sur leur utilisation dans une publicité ou dans un film, et les détenteurs de droits d'enregistrement peuvent décider de futures rééditions.

Dans un communiqué, le président de Concord, Bob Valentine, a estimé que l'œuvre de Fogerty était une des plus grandes compositions du 20e siècle et s'est dit plus qu'heureux d'avoir scellé un accord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...