•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois médecins quittent la clinique d’Orléans et placent leurs patients dans l’embarras

Une clinique vue de l'extérieur.

Trois médecins de famille de la Clinique de santé familiale d'Orléans ont annoncé qu'ils cesseront leur pratique le 6 avril prochain.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Radio-Canada

Des milliers de patients de l'est d'Ottawa sont en voie de se retrouver sans médecin de famille puisque trois médecins ont récemment annoncé qu'ils allaient quitter leur clinique.

Renée Ladouceur-Beauchamp compte parmi ces patients. Elle a reçu un courriel de la Clinique de santé familiale d'Orléans le 29 décembre lui annonçant que son médecin de famille, Catherine Montpetit, mettait fin à sa pratique à cet endroit, tout comme ses collègues Mariem Malak et Nasim Bahramifarid.

Je me suis sentie abandonnée. J'étais paniquée parce que j'ai des problèmes de santé qui nécessitent des médicaments mensuels, des ordonnances et des examens, indique Mme Ladouceur-Beauchamp.

« Ça n'a aucun sens pour moi que trois jeunes médecins partent tous en même temps et démissionnent. »

— Une citation de  Renée Ladouceur-Beauchamp

Dans leur lettre aux patients, les médecins n'expliquent pas pourquoi ils mettent fin à leur pratique, mais ils précisent qu'aucun autre médecin de la Clinique n'accepte de nouveaux patients.

Les médecins leur conseillent de s'adresser à Accès Soins, un programme provincial qui met les Ontariens en contact avec des médecins acceptant de nouveaux patients.

CBC News a tenté de joindre les médecins en question, mais n'a reçu aucune réponse. Un directeur de la Clinique a refusé de commenter ou de fournir une estimation du nombre de patients touchés, invoquant la protection de la vie privée.

Mme Ladouceur-Beauchamp raconte qu'on lui a dit qu'elle devait se retirer de la liste de son médecin avant de pouvoir s'inscrire sur la liste d'attente pour en obtenir un nouveau.

Elle a commencé ce processus et, heureusement, dispose d’assez d'ordonnances pour tenir jusqu'en juillet.

J'ai l'impression de vivre dans un pays sans système de santé et de devoir me débrouiller seule pour savoir ce que je vais faire, confie cette dernière.

Pénurie de médecins de famille

Les équipes de santé de la région d'Ottawa travaillent ensemble pour remédier à la pénurie de médecins de famille, assure pour sa part le médecin-chef de l'Archipel Ontario Health Team, le Dr Elie Skaff.

L’organisme Archipel Ontario Health Team est soutenu par la province et regroupe les services de santé et les services communautaires pour l'est d'Ottawa et certaines parties de l'est de l'Ontario.

Selon leurs statistiques les plus récentes, 134 000 patients sont à l’heure actuelle sans attaches dans la ville. Avec les récents départs et les retraites, ce nombre pourrait en réalité se rapprocher davantage de 150 000, estime M. Skaff.

C'est presque plus que la taille de la population de Kingston, ou même de Guelph, s’exclame-t-il.

Selon lui, les médecins font face à plusieurs stress, notamment l'augmentation des coûts de fonctionnement de leur cabinet, les patients qui demandent des soins plus complexes et la réalité de devoir sacrifier du temps personnel.

Les médecins de famille qui démissionnent exercent une pression accrue sur ceux qui continuent à travailler, fait également remarquer M. Skaff. D’autant plus que les patients finissent parfois par se tourner vers des services d'urgence déjà très achalandés pour obtenir des soins.

Arrêter de pratiquer la médecine familiale est une chose très difficile à décider, poursuit-il. Ce n'est pas nouveau. C'est quelque chose qui se produit au fil du temps, pas seulement [pendant] la pandémie.

Selon M. Skaff, les décideurs politiques et les travailleurs de la santé de première ligne devront coordonner leurs efforts pour résoudre le problème.

Toute stratégie visant à remédier à la pénurie devra également tenir compte du fait que de moins en moins de diplômés des facultés de médecine choisissent la médecine familiale, renchérit-il.

Quant à Mme Ladouceur-Beauchamp, qui cumule d’ailleurs une expérience considérable en défense des services communautaires et de santé, le récent événement a fait naître une motivation nouvelle.

Le courriel qu’elle a reçu le 29 décembre lui a inspiré une résolution pour 2023 : plaider pour un meilleur accès aux médecins de famille.

Avec les informations de Matthew Kupfer, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...