•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation d’étudiants en psychologie de l’UQTR contre un critère d’accès au doctorat

Un homme barbu sourit à la caméra.

Alex O'Donoughue est président de l'Association étudiante de psychologie de l'UQTR.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

Des étudiants en psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont lancé une pétition pour demander au Département de psychologie de reculer au sujet d'un nouveau critère d’accès au doctorat qui génère une compétition malsaine, selon certains.

Le critère remis en cause est un système de pointage : les professeurs disposent de 10 points qu'ils peuvent répartir en tout ou en partie aux étudiants de leur choix. La direction départementale souhaite ainsi assurer un meilleur maillage entre les professeurs et les étudiants, selon leurs intérêts et la qualité des projets de recherche présentés.

La situation suscite de la grogne et de l'anxiété, selon le président de l'Association étudiante de psychologie de l’UQTR, Alec O'Donoughue. Il affirme qu'un mécontentement assez général a gagné les étudiants. Lundi soir, la pétition avait réussi à récolter 1260 signatures en trois semaines.

Pour sa part, la direction du Département de psychologie indique avoir entendu les étudiants et travailler à une solution pour permettre aux professeurs d’avoir une voix dans le choix des étudiants admis au doctorat, sans défavoriser certains d’entre eux. Une décision à cet égard sera rendue le 11 janvier prochain.

La directrice du département, Annie Stipanicic, affirme que l'objectif ultime est de faciliter le processus pour l'étudiant et pour le professeur qui a, par ailleurs, la responsabilité d'aider l'étudiant à mener à terme ses études.

Rappelons que le doctorat est obligatoire pour décrocher le titre de psychologue.

Cette année, à l'UQTR, 35 étudiants seront admis au doctorat sur 184 étudiants. Ce sont donc environ 20 % des étudiants qui accèdent à cette formation.

Formation des psychologues : un groupe de travail provincial

Questionnée au sujet de la situation à l'UQTR, la ministre de l'Enseignement supérieur du Québec, Pascale Déry, a répondu, dans une déclaration écrite, être très consciente du problème d’accessibilité autour de la formation en psychologie. À l’heure actuelle, les bacheliers ne souhaitant pas poursuivre au doctorat se retrouvent dans un cul-de-sac.

La ministre a mis en place un groupe de travail, qui aura le mandat de trouver des solutions pour optimiser et accélérer la formation des futurs psychologues, dans un contexte où les besoins sont criants.

Elle ajoute avoir décidé de nommer Mme Hélène David comme présidente d'un groupe de travail sur l’optimisation de la formation en psychologie.

Un rapport préliminaire [de ce groupe de travail] sera transmis dès la fin février 2023 afin que nous puissions travailler sur des solutions à court, moyen et long terme, peut-on lire dans un courriel signé par la ministre.

Jointe aujourd'hui, Hélène David a dit préférer ne pas se prononcer pour l'instant sur ce genre d’enjeu de processus de sélection qui est du ressort du programme d’études, dit-elle. Elle amorcera les consultations liées à son mandat au cours de l'hiver.

Avec les informations de Marie-Ève Trudel

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Mauricie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Mauricie.