•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COP15 sur la biodiversité : 5 choses à retenir du cadre mondial Kunming-Montréal

Les pays membres de la Convention sur la diversité biologique ont approuvé un texte de 23 objectifs pour arrêter et inverser le déclin de la biodiversité.

Logo de la COP15 sous la neige.

La COP15 prend fin le 19 décembre à Montréal.

Photo : Gracieuseté : Convention des Nations unies sur la diversité biologique

Le cadre mondial Kunming-Montréal, adopté tôt lundi matin, énonce les actions que les pays doivent entreprendre d'ici 2030 pour modifier nos relations avec la nature et mettre un terme le plus rapidement possible au déclin de la biodiversité. Voici ce qu'il faut retenir de cette entente historique.

1. Une cible de protection de 30 % des terres et des océans d'ici 2030

Mesure phare du texte, la cible d'aires protégées a fait l'objet de débats au cours des deux dernières semaines. Les parties membres de la Convention sur la diversité biologique (CBD) se sont finalement entendues pour protéger 30 % des aires terrestres, des eaux intérieures et des zones côtières et marines.

L'objectif se veut l'équivalent pour la biodiversité de la cible de l'Accord de Paris sur les changements climatiques qui appelle à limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C.

Le texte demande de protéger davantage les zones les plus sensibles pour la biodiversité et qui sont écologiquement représentatives, en fonction des services écosystémiques qu'elles rendent. On y reconnaît en outre l'importance de la connectivité écologique.

Pour l'heure, 17 % des terres et 8 % des mers sont protégées dans le monde.

Le cadre comprend aussi une autre cible, qui vise à restaurer 30 % des écosystèmes terrestres et maritimes.

Pourquoi il s'agit du cadre mondial Kunming-Montréal?

Au départ, la 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique des Nations unies devait se tenir à Kunming, en Chine. Toutefois, la politique zéro COVID du gouvernement chinois – à l'époque – rendait la tenue de cette conférence en personne impossible. C'est à ce moment que l'ONU a choisi de tenir la COP15 à Montréal, avec une présidence chinoise de la conférence et le titre d'un cadre mondial qui réfère à la fois à la ville hôte d'origine et à la ville hôte actuelle.

2. Un compromis pour fournir de l'argent aux pays les moins nantis

La question du financement que les pays du Nord devraient fournir aux pays du Sud pour les aider à protéger la biodiversité – et les mécanismes à mettre en œuvre pour faciliter l'acheminement des flux financiers le plus rapidement possible – s'est imposée comme la pomme de discorde entre les parties.

Dès la première semaine de la COP15, des dizaines de nations, dont le Brésil, l'Inde, l'Indonésie et plusieurs pays d'Afrique, ont réclamé aux pays riches une aide financière d'au moins 100 milliards de dollars par an pour les soutenir.

Le cadre mondial doit garantir l'accès aux ressources financières, en particulier pour les pays en développement, les 46 nations reconnues par l'ONU sous l'appellation de pays les moins développés ainsi que les petits États insulaires et les économies en transition. L'effort commun de mobilisation doit tendre à combler progressivement le déficit de financement de la biodiversité de 700 milliards de dollars par an, indique-t-on.

La création d'un nouveau fonds pour la biodiversité destiné aux pays les moins nantis était loin de faire l'unanimité, certains pays de l'Union européenne et le Canada, notamment, préférant favoriser des mécanismes existants pour augmenter et accélérer le financement.

Dans la version finale du texte, la présidence chinoise a fait le compromis d'appeler à l'instauration d'un fonds fiduciaire dédié à la biodiversité alimenté non seulement par les États, mais aussi par des acteurs du secteur privé et par des initiatives de philanthropie. En vertu de la cible 19, les parties devront ainsi mobiliser 200 milliards de dollars américains d'ici 2030.

Cet argent serait réaffecté grâce à un organe déjà établi, à savoir le Fonds pour l'environnement mondial (GEF).

Ce dernier a essuyé de nombreuses critiques des pays du Sud, qui lui reprochaient une gestion déficiente. Mais dans un document distinct du cadre qui se concentre sur la mise en œuvre de la mobilisation des ressources, la présidence de la COP15 a énoncé une série de mesures pour améliorer l'efficacité du GEF.

Les subventions qui sont dommageables pour l'environnement devraient aussi être progressivement éliminées à hauteur d'au moins 500 milliards de dollars américains par an d'ici 2030. Ces sommes, précise-t-on, devraient plutôt être réorientées afin de financer des projets qui favorisent la protection de la biodiversité.

De nombreuses personnes rassemblées dans une salle applaudissent.

Des délégués célèbrent un accord historique à la COP15 de Montréal.

Photo : Getty Images / ANDREJ IVANOV

3. La réduction des risques associés aux pesticides

L'une des 23 cibles du texte appelle à la réduction de moitié du risque lié aux pesticides et aux produits chimiques dangereux, en tenant compte de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance.

Le choix de s'attaquer aux risques posés par l'utilisation de ces substances plutôt qu'à la quantité répandue, qui en a d'abord fait sourciller plus d'un, peut s'expliquer par le fait que la réduction des risques implique nécessairement une diminution du recours aux pesticides. L'inverse n'est toutefois pas nécessairement vrai. Une petite quantité de pesticide peut malgré tout se révéler très dangereuse.

Le texte s'attaque ainsi à la pollution, qui est l'un des cinq plus grands facteurs de la perte de la biodiversité sur le globe. D'ici 2030, les risques de pollution et l'impact que celle-ci peut provoquer devraient être diminués à des niveaux qui ne sont pas nuisibles à la biodiversité. Les mesures mises en œuvre par les parties devraient aussi permettre l'élimination de la pollution causée par le plastique.

4. La reconnaissance des droits des peuples autochtones

À travers les objectifs énoncés dans le cadre mondial sur la biodiversité, le rôle et la contribution des peuples autochtones et des communautés locales, gardiens de la biodiversité, sont reconnus.

En plus de garantir leurs droits, la mise en œuvre du cadre doit se faire avec leur consentement libre, préalable et éclairé et dans le respect de leurs connaissances traditionnelles, de leurs valeurs et de leur vision du monde.

Le texte appelle à une utilisation durable des espèces, de façon à prévenir la surexploitation et à minimiser les impacts sur les populations, en respectant et en protégeant les pratiques traditionnelles des nations autochtones et des communautés locales.

Si des participants autochtones ont salué l'attention et la reconnaissance qui leur était accordée à COP15, ils ont toutefois déploré de ne pas peser plus lourd dans la balance.

5. Un accord conclu malgré la dissension de pays africains

La République démocratique du Congo, qui a gardé les ministres réunis à huis clos occupés après avoir réclamé une augmentation du financement proposé, a exprimé d'emblée son désaccord en début de plénière. Une opposition que le président de la COP15, le ministre chinois de l'Environnement Huang Runqiu, a eu tôt fait de balayer en réitérant sa volonté d'officialiser le texte.

Dans un geste de solidarité, le Cameroun a dénoncé un passage en force trahissant à son avis une entorse au protocole, voire une fraude. Une accusation aussitôt démentie par le conseiller juridique de la CBD.

L'Ouganda a pour sa part désapprouvé la procédure adoptée par la présidence chinoise, la qualifiant de coup d'État. Selon le représentant de la délégation ougandaise, les parties n'ont pas eu suffisamment de temps pour analyser les textes soumis dimanche.

Bien que la Namibie se soit dite favorable au cadre mondial, son négociateur Pierre Du Plessis a dénoncé l'influence du colonialisme et rappelé que les traumatismes systémiques subis par les pays du continent africain avaient mis à mal la relation entre humains et nature. Le chemin qu'entreprendront les pays à la suite de l'adoption du cadre mondial, a-t-il rappelé, sera rempli d'embûches.

Avec la collaboration d'Elisa Serret

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.