•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Panama exige 375 M$ à une société canadienne pour l’exploitation d’une mine

Une mine de cuivre.

La mine de Cobre est la plus grande mine d'Amérique centrale et produit 300 000 tonnes de cuivre par an.

Photo : Reuters / STRINGER

Agence France-Presse

Le Panama a indiqué vendredi que les négociations avec la société canadienne First Quantum Minerals pour prolonger la concession d'une mine géante de cuivre étaient « au point mort », à cinq jours de l'expiration du délai de signature.

La plus grande mine d'Amérique centrale produit 300 000 tonnes de cuivre par an. Le site à ciel ouvert a commencé à produire en février 2019 et représente 4 % du Produit intérieur brut (PIB) du Panama.

Les discussions sur la conclusion d'un nouveau contrat n'ont pas suffisamment progressé et sont au point mort, a déclaré le ministère du Commerce et de l'Industrie dans un communiqué.

Minera Panama doit signer un accord concernant la mine Cobre Panama au plus tard le 14 décembre, sinon le gouvernement panaméen prendra des mesures alternatives pour l'exploitation de la mine, a ajouté le ministère, sans préciser de quelles mesures il pourrait s'agir.

En janvier, le président panaméen, Laurentino Cortizo, avait annoncé son intention de durcir les conditions d'exploitation du site.

Avec le nouveau contrat, la société canadienne devrait payer quelque 375 millions de dollars par an à l'État panaméen, soit 10 fois plus que jusqu'à présent.

« Accord équitable pour le peuple », dit le président

Nous n'accepterons qu'un accord équitable pour le peuple panaméen et conforme aux normes internationales, a précisé vendredi le ministère panaméen.

Si la société d'exploitation refuse les termes du nouveau contrat, elle devra cesser ses activités dans le pays après avoir investi plus de 10 milliards de dollars entre travaux de terrassement, construction d'une centrale électrique, d'un port, de logements pour ses 7200 employés ou encore l'achat d'équipements lourds.

Le patron de la société minière panaméenne, l'Écossais Keith Green, a déclaré mardi à l'AFP que la société avait l'intention de parvenir à un accord.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...