•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dufferin-Montmorency : une moyenne de près de 20 km/h au-dessus de la limite

Un véhicule très accidenté et une voiture de la Sûreté du Québec.

La voiture dans laquelle se trouvaient les victimes était immobilisée dans la voie de gauche, alors que tous les autres véhicules pouvaient circuler à pleine vitesse vers l'est.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Vigeant

Les automobilistes circulent en moyenne à près de 20 km/h au-dessus de la limite permise à l'endroit où le ministère des Transports du Québec (MTQ) mettra sous peu en opération un radar photo sur l'autoroute Dufferin-Montmorency, à la hauteur du boulevard François-de-Laval.

Ces données, faisant partie d'une enquête du coroner rendue publique cette semaine, n'avaient pas encore été dévoilées par le gouvernement. Elles témoignent d'un non-respect quasi systématique de la limite de vitesse, selon le Ministère.

Après un accident mortel ayant fait quatre victimes le 2 septembre 2021, le MTQ avait lancé une première analyse. Selon les relevés réalisés à l’automne 2021, la vitesse moyenne des automobilistes était de 87,4 km/h, alors que la limite est de 70 km/h à cette intersection.

Une nouvelle analyse a confirmé le même comportement quelques mois plus tard.

Les relevés de février et mars 2022 mènent au même constat : la limite de vitesse de 70 km/h n’est souvent pas respectée dans la zone de l’intersection. Les vitesses moyennes sont d’ailleurs du même ordre qu’en 2021, indique le MTQ par courriel.

Ces données ont nourri la décision du gouvernement de mettre en place un radar photo en direction est, qui entrera en fonction en 2023 dans le but de modifier les habitudes des usagers de la route et de rendre ce tronçon plus sécuritaire.

Une autoroute.

Le MTQ a installé un radar photo sur l'autoroute Dufferin-Montmorency il y a quelques jours. Il entrera en fonction en 2023.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Voitures immobilisées

À cet endroit, les automobilistes qui souhaitent s'engager sur le boulevard François-de-Laval depuis l'autoroute doivent s'immobiliser à un feu rouge activé par une boucle de détection en direction est. À leur droite, les autres véhicules circulant dans la même direction, mais qui poursuivent leur chemin sur l'autoroute Dufferin-Montmorency peuvent maintenir le cap sans s'arrêter, les feux étant maintenus au vert en permanence.

Lors de l'impact qui a coûté la vie à deux adultes et deux enfants l'an dernier, le conducteur fautif circulait à 130 km/h en plus d'être en état d'ébriété. Les victimes se trouvaient dans une voiture immobilisée dans la voie de gauche et attendaient de quitter Dufferin-Montmorency.

Avant cet accident mortel, le MTQ ne jugeait pas le secteur particulièrement dangereux. L'intersection ne s'était d'ailleurs pas qualifiée pour la mise en place d'un radar photo, et ce, malgré une vingtaine de collisions répertoriées à cet endroit dans les cinq années précédentes.

Une autoroute à six voies de la région de Québec.

L'autoroute Dufferin-Montmorency compte six voies de circulation, et une septième à la hauteur du boulevard François-de-Laval.

Photo : Radio-Canada

Le MTQ avait aussi justifié l'absence d'intervention par le bon bilan routier à cette intersection. Il soutenait que, de 2016 à 2020, la vingtaine d'accidents qui s'étaient produits à cet endroit n'avaient fait que des blessés légers (3) et des dégâts matériels (15).

Les endroits désignés pour l’usage de ces technologies doivent présenter un problème récurrent d’accidents corporels graves liés à la vitesse ou à des passages interdits aux feux rouges, expliquait le Ministère pas plus tard que l'an dernier. La collision ayant fait quatre victimes a visiblement changé la donne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...