•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

10 mois de prison pour un des braconniers du parc Oméga

Un wapiti.

Les carcasses de trois sangliers et d’un wapiti ont été retrouvées à bord du véhicule dans lequel se trouvaient les deux suspects.

Photo : getty images/istockphoto

Radio-Canada

Un des deux suspects arrêtés en lien avec les actes de braconnage survenus au parc Oméga le mois dernier devra purger 10 mois de prison.

L'homme de 21 ans a plaidé coupable à trois chefs d'accusation qui pesaient contre lui, soit d'avoir tué des animaux en captivité, d'être entré par effraction dans le parc animalier et d'avoir utilisé une arme à feu lors de la perpétration d'une introduction par effraction dans un dessein criminel.

L'autre accusé dans cette affaire, un individu de 42 ans, a également comparu vendredi matin au palais de justice de Gatineau. Sa cause a été reportée au 17 janvier. Il avait été remis en liberté le 14 novembre sous condition.

Le parcours en voiture du parc Oméga.

Des animaux approchent d'une voiture sur le parcours du parc Oméga.

Photo : Parc Oméga

Les deux hommes de l'Outaouais ont été arrêtés le 10 novembre dernier à l’intérieur du parc Oméga, situé près de Montebello. Ils se trouvaient à bord d'un véhicule dans lequel ont été découvertes les carcasses de trois sangliers et d’un wapiti, ainsi que des armes à feu.

Probation et conditions

L’homme de 21 ans sera sous probation pour une durée d’un an. Il doit également respecter des conditions : il lui sera interdit de se rendre au parc Oméga pendant un an, ainsi que de posséder des armes, incluant des armes à feu et des explosifs, pour une période de 10 ans.

Quant à l’aîné du duo, il lui est interdit de se rendre au parc animalier, de communiquer avec son coaccusé, de porter une arme à feu et de consommer de la drogue ou de l'alcool.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

En cours de chargement...