•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin bivalent comme dose de rappel autorisé chez les enfants de 5 à 11 ans

Un garçon choisit un certificat après avoir reçu une dose de vaccin contre la COVID-19.

Un garçon choisit un certificat après avoir reçu une dose de vaccin contre la COVID-19. Santé Canada a autorisé l'utilisation du vaccin Comirnaty bivalent adapté aux sous-variants BA.4/BA.5 d'Omicron, de Pfizer-BioNTech, comme dose de rappel chez les enfants de 5 à 11 ans.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Santé Canada a autorisé vendredi une dose de rappel du vaccin contre la COVID-19 pour les enfants de 5 à 11 ans qui cible les variants les plus récents du coronavirus, ainsi que la souche d'origine.

Le vaccin Comirnaty bivalent adapté aux sous-variants BA.4/BA.5 d'Omicron, de Pfizer-BioNTech, est le premier de type bivalent à être autorisé comme dose de rappel pour les enfants.

Dans un communiqué, Santé Canada a expliqué qu'après un examen scientifique indépendant complet des données probantes, ce vaccin comme dose de rappel chez les enfants de 5 à 11 ans est sûr et efficace, et que les bienfaits l'emportent sur tout risque possible.

La dose adaptée à l'enfant correspond à environ un tiers de la dose approuvée pour les personnes de plus de 12 ans.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) recommande fortement que les enfants dont le système immunitaire est affaibli, ou qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents, se voient offrir une dose du nouveau vaccin au moins six mois après avoir reçu leurs deux premières injections.

Toutefois, la décision est davantage discrétionnaire pour les autres enfants de ce groupe d'âge : le CCNI recommande que la dose de rappel puisse être proposée, sans aller plus loin.

Pour l'instant, une seule dose de rappel du vaccin est recommandée pour tous les enfants de ce groupe d'âge, bien que le CCNI indique qu'un rappel supplémentaire pourrait être envisagé à la discrétion des médecins de famille pour les enfants à risque plus élevé.

« Pour le moment, on ne suppose pas que chaque enfant aura besoin d'une dose de rappel contre la COVID-19, mais elles sont particulièrement importantes pour les enfants de cinq ans et plus présentant des conditions sous-jacentes qui les exposent à un risque élevé de maladie grave due à la COVID-19. »

— Une citation de  Dre Shelley Deeks, présidente du CCNI

Elle a indiqué que le nouveau vaccin est préféré comme dose de rappel pour les enfants, car il devrait fonctionner au moins aussi bien que la dose de rappel d'origine et pourrait avoir des avantages supplémentaires, par rapport aux nouveaux variants.

Peu de doses de rappel chez les enfants

Les recommandations du CCNI ont souligné que bien qu'environ 40 % des enfants âgés de 5 à 11 ans aient eu leur première série de vaccinations contre la COVID-19, seuls 5 % des enfants de ce groupe d'âge ont reçu une dose de rappel, et que la disponibilité du vaccin bivalent peut augmenter l'acceptation et l'adoption des vaccins pédiatriques contre la COVID-19.

La Dre Cora Constantinescu, spécialiste des maladies infectieuses pédiatriques à la Vaccine Hesitancy Clinic de l'Hôpital pour enfants de l'Alberta, a déclaré que la dose de rappel du vaccin bivalent fournira une protection plus adaptée et pourrait être particulièrement bénéfique pour les enfants qui n'ont pas été infectés par le variant Omicron.

Pouvoir bénéficier d'un type de protection continue sur mesure est rassurant pour de nombreux parents, a souligné la Dre Constantinescu.

Les parents qui prévoyaient déjà faire vacciner leurs enfants seront probablement ceux qui rechercheront le vaccin bivalent, a-t-elle précisé, notant qu'elle n'est pas convaincue que cela augmentera la prise globale de vaccins dans ce groupe d'âge.

De plus, le CCNI recommande désormais que les rappels du vaccin contre la COVID-19 puissent être administrés aux enfants âgés de six mois et plus en même temps que d'autres vaccins de routine, comme celui contre la grippe, sans période d'attente entre les deux.

La Dre Deeks a déclaré, dans son communiqué, qu'elle espère que la nouvelle recommandation aidera les enfants à se procurer les vaccins qu'ils ont pu manquer pendant la pandémie.

Une maladie bénigne pour la plupart

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a souligné dans un communiqué que la plupart des enfants qui attrapent la COVID-19 ne souffrent que d'une maladie bénigne et que le risque d'être hospitalisé est plus faible pour les enfants vaccinés que pour ceux qui ne le sont pas.

La vague Omicron de la pandémie a vu beaucoup plus d'enfants être infectés par la COVID-19 que les vagues précédentes, compte tenu du niveau élevé d'infection dans l'ensemble de la population, a-t-elle expliqué.

Aucun problème de sécurité inattendu n'a été signalé avec le nouveau vaccin dans le groupe d'âge de 5 à 11 ans.

Pfizer-BioNTech doit continuer à fournir à Santé Canada les données des études en cours et de l'utilisation réelle du vaccin pour s'assurer que les avantages continuent de l'emporter sur les risques et pour alerter l'organisme de réglementation des médicaments de tout nouveau problème de sécurité.

Santé Canada et l'Agence de la santé publique du Canada affirment qu'ils surveilleront de près la sécurité du vaccin au Canada et à l'étranger.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...