•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sénatrice Kyrsten Sinema quitte les rangs démocrates

Kyrsten Sinema se tient derrière un  podium installé sur le terrain de la Maison-Blanche.

La sénatrice de l'Arizona, Kyrsten Sinema, siégera désormais à titre d'indépendante.

Photo : Reuters / JONATHAN ERNST

Radio-Canada

L’élue démocrate qui représente l’État de l’Arizona au Sénat américain a annoncé vendredi qu’elle siégerait désormais à titre d’indépendante et qu’elle n’avait pas l’intention pour autant de se ranger du côté républicain de la Chambre.

Dans une entrevue accordée à la chaîne d’information CNN, la sénatrice estime qu’elle servira mieux les intérêts de ses concitoyens de l’Arizona en s’affranchissant du joug d’un parti.

Je ne suis jamais rentrée dans la case d'un parti. Je n'ai jamais vraiment essayé. Je ne le veux pas, a expliqué Mme Sinema au journaliste Jake Tapper.

« Je sais que certaines personnes peuvent être un peu surprises par cela, mais en fait, je pense que cela a beaucoup de sens. »

— Une citation de  Kyrsten Sinema, sénatrice de l’Arizona

Me retirer de la structure partisane, non seulement c'est fidèle à qui je suis et à la façon dont je fonctionne, mais je pense aussi que cela fournira un lieu d'appartenance à de nombreuses personnes à travers l'État et le pays, qui sont également fatiguées de la partisanerie, a précisé la sénatrice.

Ce départ d’une sénatrice du Parti démocrate n’est pas anecdotique en ce moment aux États-Unis, dans la mesure où les démocrates disposent d’une très mince majorité à la Chambre haute du pays.

Les démocrates devaient en effet détenir une avance de 51 contre 49 sièges au Sénat en janvier après la victoire, mardi, du sénateur démocrate Raphael Warnock lors du second tour des élections en Géorgie.

Mais avec le départ de Kyrsten Sinema des rangs démocrates, le Sénat est désormais divisé à 50 contre 50, la vice-présidente Kamala Harris étant le vote décisif pour les démocrates. Ce sont donc les trois sénateurs indépendants, en comptant désormais Mme Sinema, qui détiendront la balance du pouvoir au Sénat.

La situation n’est cependant pas si critique pour les démocrates, dans la mesure où les deux autres sénateurs indépendants – Bernie Sanders (Vermont) et Angus King (Maine) – votent traditionnellement avec les démocrates.

Mme Sinema, elle, a refusé de dire publiquement si elle compte voter comme ses deux collègues indépendants.

« Lorsque les politiciens se concentrent davantage sur le refus de la victoire du parti d'opposition que sur l'amélioration de la vie des Américains, les personnes qui perdent sont les Américains. »

— Une citation de  Kyrsten Sinema, sénatrice de l’Arizona

C'est pourquoi j'ai rejoint le nombre croissant d'Arizoniens qui rejettent la politique des partis en déclarant mon indépendance vis-à-vis du système partisan brisé de Washington, a-t-elle ajouté.

Elle a toutefois fait remarquer qu'elle comptait conserver son affectation aux commissions – un signe qu'elle n'a pas l'intention de bouleverser la composition du Sénat.

Rien ne changera dans mes valeurs ni dans mon comportement, a-t-elle assuré.

Quand je viendrai travailler chaque jour, ce sera la même chose, a déclaré Mme Sinema. Je vais continuer à venir travailler et, je l'espère, servir dans les mêmes comités que ceux auxquels j'ai participé et continuer à bien travailler avec mes collègues des deux partis politiques.

À l’origine membre du Parti vert, Kyrsten Sinema a été élue en 2012 sous la bannière démocrate à la Chambre des représentants. Elle a ensuite accédé au Sénat en 2018, toujours sous la bannière démocrate, où elle représente depuis l’État de l’Arizona.

Mme Sinema devra toutefois affronter les machines électorales bien huilées et bien financées des républicains et des démocrates lors des élections de 2024. Il n’est donc pas assuré que Mme Sinema sera réélue dans la mesure où elle s’est mis à dos de nombreux partisans démocrates en bloquant ou en édulcorant les politiques progressistes du parti, dont l'augmentation du salaire minimum notamment.

Kyrsten Sinema n'a pas précisé si elle comptait se représenter aux prochaines élections.

Avec les informations de Associated Press, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...