•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès aux urgences : des hôpitaux francophones ont les taux les plus élevés

L'hôpital de Tracadie.

L’hôpital de Tracadie compte le plus haut taux de décès aux urgences au Nouveau-Brunswick, de janvier à août 2022. (Archives)

Photo : Radio-Canada / René Landry

Radio-Canada

Les taux de décès de patients dans les services des urgences des hôpitaux au Nouveau-Brunswick sont plus élevés dans certaines régions francophones que dans les grands centres urbains, selon les données du ministère provincial de la Santé.

Il s’agit du taux de décès par 1000 patients admis ou en observation à l’urgence. Les données excluent les gens qui sont déjà morts à leur arrivée à l’hôpital et ne révèlent pas la cause des décès. Elles portent sur presque quatre ans, de janvier 2019 à août 2022.

Réseau de santé Vitalité

À l’hôpital de Tracadie, le taux de décès est de 2,09 en 2022. C’est le plus élevé de l'ensemble du Nouveau-Brunswick durant toute cette période. Il est deux fois plus haut que le taux de 1,04 noté en 2019 avant l’arrivée de la COVID-19.

Taux de décès par 1000 patients aux services des urgences des hôpitaux de Vitalité excluant les gens déjà morts à leur arrivée

Hôpitaux

2019

2020

2021

Janvier à août 2022

Tracadie

1,04

1,14

2,07

2,09

Sainte-Marie-de-Kent

0,84

1,21

2,13

1,93

Bathurst

0,71

0,83

1,15

1,83

Moncton - CHU Dumont

0,73

0,93

1,04

1,79

Caraquet

0,41

1,23

0,85

1,74

Campbellton

1,72

1,40

1,81

1,35

Edmundston

0,53

0,38

0,94

1,13

Grand-Sault

0,23

0,34

0,58

0,41

Saint-Quentin

0,43

0,30

0,49

0,12

Les hôpitaux francophones à Sainte-Anne-de-Kent, Bathurst et Caraquet affichent respectivement un taux de décès d’au moins 1,74 pour 2022, ce qui surpasse dans chaque cas leur moyenne des trois dernières années.

Du côté des grands hôpitaux, le Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton, affiche un taux de 1,79 pour les huit premiers mois de 2022. Ce taux est deux fois plus élevé que la moyenne des trois années précédentes pour cet établissement.

Réseau de santé Horizon

La région de Moncton compte aussi le taux de décès le plus élevé parmi les hôpitaux du Réseau de santé Horizon en 2022 jusqu’au mois d’août. Le taux de 1,34 par 1000 patients est supérieur à celui des autres groupes d’hôpitaux dans les régions de Saint-Jean, de Fredericton et de Miramichi.

Taux de décès par 1000 patients aux services des urgences des hôpitaux d’Horizon excluant les gens déjà morts à leur arrivée

Région

2019

2020

2021

Janvier à août 2022

Moncton

0,91

1,03

1,37

1,34

Fredericton

0,53

0,87

1,10

0,88

Saint-Jean

0,77

0,87

0,83

0,77

Miramichi

0,71

0,61

0,88

0,59

Dans le tableau ci-dessus, la région de Moncton englobe l'hôpital du même nom et celui de Sackville. Horizon compte dans la région de Saint-Jean deux hôpitaux dans cette ville, un à Sussex, un à Grand Manan et un dans le comté de Charlotte. La région de Fredericton comprend un hôpital dans cette ville, un à Waterville et un à Perth-Andover. Horizon ne gère qu’un hôpital dans la région de Miramichi.

En tout, Horizon signale le décès de 174 patients dans l'ensemble de ses 12 services des urgences de janvier à août 2022. Il y en avait eu 249 en 2019, 243 en 2020 et 287 en 2021.

Les données du Réseau de santé Vitalité ne comprennent pas le nombre total de décès dans ses services des urgences.

Les explications de Vitalité

Vitalité a signalé cette semaine le décès d’un patient au service des urgences de l’Hôpital régional d’Edmundston.

La façade du bâtiment.

L'Hôpital régional d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick, le 8 décembre 2022

Photo : Radio-Canada / Mathilde Pineault

Le patient, un septuagénaire, avait été évalué au triage et avait été pris en charge selon les procédures établies, d'après la direction de Vitalité. Il est mort alors qu’il attendait d'obtenir des soins.

Un décès dans une salle [d'attente] d'urgence, c'est inhabituel. Quand on attend dans une salle, en théorie, on est stable, affirme la PDG de Vitalité, la Dre France Desrosiers, durant une entrevue accordée vendredi à l’émission La matinale, d’ICI Acadie.

« C'est extrêmement rare. D'ailleurs, c'est le premier décès dans une salle d'attente depuis des années dans le Réseau de santé Vitalité. »

— Une citation de  France Desrosiers, PDG du Réseau de santé Vitalité

L’achalandage et le temps d’attente étaient élevés ce soir-là.

C'est certain que plus il y a de volume, plus la situation est complexe. Il faut adapter les ressources aux demandes et c'est ce qu'on fait au jour le jour, indique la Dre Desrosiers.

Plus on va avoir de défis d'accès en communauté, plus nos salles d'urgence vont être achalandées et plus on va augmenter la charge de travail des gens, souligne-t-elle.

France Desrosiers dans une salle de conférence.

La PDG du Réseau de santé Vitalité, la Dre France Desrosiers (archives)

Photo : Radio-Canada

Certains services des urgences reçoivent aussi des cas de plus en plus graves.

Dans certains hôpitaux plus que d'autres, on remarque vraiment que l'acuité, la gravité de l'état des patients qui consultent à l'urgence augmente avec le temps. C'est le cas dans tout le réseau, mais je dirais de façon plus intense dans la région de Moncton [...]. On remarque que les patients [au triage] 3 et 2 sont plus nombreux qu'avant et on a plus souvent besoin d'admettre des patients à l'étage pour les stabiliser, explique France Desrosiers.

Vitalité fait le point sur les décès dans les salles d'urgence

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • La matinale

La matinale, ICI Première.

Avec des renseignements de Bobbi-Jean MacKinnon, de CBC, et de l'émission La matinale d'ICI Acadie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...