•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un neurologue de Calgary plaide coupable à 27 nouvelles accusations d’agression sexuelle

Keith Hoyte marche dans la rue.

Keith Hoyte a déjà purgé une peine de trois ans après avoir plaidé coupable à des accusations semblables en 2020.

Photo : La Presse canadienne / Todd Korol

Radio-Canada

Le neurologue à la retraite de Calgary, Kevin Hoyte, condamné en 2020 pour l'agression sexuelle de 28 anciennes patientes, a plaidé coupable à une deuxième série d'accusations jeudi.

Il a plaidé coupable à 27 chefs d'accusation d'agression sexuelle contre 25 femmes et deux jeunes filles mineures de 16 et 17 ans.

L’homme de 74 ans a admis avoir fait des attouchements à des dizaines de patientes âgées de 16 à 46 ans, entre 1983 et sa retraite en 2013.

Selon l'exposé conjoint des faits présenté en cour, le médecin demandait aux patientes de se déshabiller, même si elles cherchaient à se faire soigner pour des problèmes neurologiques graves comme des migraines, des crises d'épilepsie, des accidents vasculaires cérébraux et la sclérose en plaques.

C’est une fois déshabillé jusqu'aux sous-vêtements que les victimes disent avoir été soumises à des attouchements. L’accusé a admis avoir touché, caresser et serrer les seins de ses victimes.

Le juge de la cour provinciale Allan Fradsham, a accepté jeudi le plaidoyer de culpabilité de Keith Hoyte, négocié par la procureure Rosalind Greenwood et l'avocat de la défense Alain Hepner.

L'audience de détermination de la peine aura lieu à une date ultérieure.

Des décennies de méfaits

Le septuagénaire est tombé en disgrâce après avoir été condamné à une peine de trois ans en janvier 2020. Il a depuis été libéré de prison et est désormais en liberté conditionnelle.

Après sa première condamnation, des dizaines d'autres femmes sont à leur tour venues le dénoncer à la police.

L'identité des victimes est protégée par un interdit de publication.

Lors de sa première audience de détermination de la peine, les victimes de Keith Hoyte ont déclaré s'être senties mortifiées, vulnérables et désemparées lorsque le médecin les touchait de manière inappropriée.

Avec l’information de Meghan Grant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...