•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quinze organismes de Parc-Extension forcés de quitter leurs locaux

Le complexe William-Hingston.

Afrique au féminin est l'un des quinze organismes installés depuis des années au sous-sol du complexe William-Hingston, près du parc Jarry.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Quinze organismes communautaires, installés depuis des années au sous-sol du complexe William-Hingston, près du parc Jarry dans le quartier Parc-Extension de Montréal, doivent plier bagage d'ici juin de l'an prochain. La mairesse de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, elle, promet un centre communautaire pour le quartier.

Le camion, il est déjà parti chercher des meubles pour une famille qui vient du chemin Roxham, dit Rose Ngo Ndjel, directrice de l'organisme Afrique au féminin, qui vient en aide aux nombreuses immigrantes de Parc-Extension et à leurs familles. Elle est encore dans un hôtel, elle a trouvé un appartement, mais il est vide.

Afrique au féminin est l'un des quinze organismes installés depuis des années au sous-sol du complexe William-Hingston, un immense immeuble situé juste derrière le stade du parc Jarry, qui abrite aussi une école primaire, une bibliothèque et un centre de francisation.

Les organismes, qui s'occupent beaucoup des nombreux immigrants du quartier Parc-Extension, devront quitter les lieux d'ici juin prochain pour permettre au Centre de services scolaire de Montréal, qui en est propriétaire, d'entreprendre d'importants travaux consacrés aux systèmes de ventilation et de chauffage ainsi qu'à l'enveloppe extérieure.

Dès l'été prochain ou l'automne prochain, on va entreprendre des travaux de préparation des travaux majeurs, explique Stéphane Chaput, directeur général adjoint du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM). Nous allons déplacer nos 47 classes primaires à l'intérieur du bâtiment selon les phases des travaux.

Les organismes communautaires devront donc céder leur place et le CSSDM ignore s'ils pourront revenir ni dans combien d'années.

On va tout perdre

Henri Robert Durandisse.

Henri Robert Durandisse, directeur de CHAIS

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Dans ce local-là, on fait des ateliers d'alphabétisation et de francisation, on fait de l'aide aux devoirs, on fait des ateliers de compétence parentale... Henri Robert Durandisse fait visiter les locaux de l'organisme CHAIS, qu'il dirige.

Un autre local est occupé par une halte-garderie, où s'amusent les enfants des participants de l'atelier de francisation de la porte voisine. Et voilà que maintenant, on va tout perdre parce qu'on est obligés de déménager d'ici le printemps 2023.

L'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, qui loue les espaces au Centre de services scolaire pour loger les organismes, a tenté de trouver de nouveaux locaux pour chacun d'entre eux, en fonction des locaux disponibles dans le quartier.

On nous offre 500 pieds carrés, alors qu'ici, on a environ 3500 pieds carrés, déplore M. Durandisse.

Rose Ngo Ndjel.

Rose Ngo Ndjel, directrice d'Afrique au féminin et présidente de la Table de quartier de Parc-Extension

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Afrique au féminin, pour sa part, a décidé d'acheter un immeuble pour y installer ses activités après la fin du bail au complexe William-Hingston. Mais il faudra d'abord rénover le bâtiment avant de pouvoir l'occuper, et le petit organisme dit avoir besoin de près de 2 millions de dollars pour ce faire.

Mais le plus grave, selon M. Durandisse et Mme Ngo Ndjel, c'est que les organismes se retrouveront dispersés un peu partout dans le quartier.

On faisait la tournée, pour leur dire tu as besoin de ça, il faut que tu ailles là, explique Mme Ngo Ndjel. Aujourd'hui, on ne peut plus accompagner la famille. En plein hiver ou en plein soleil, c'est impossible. C'est simplement la laisser à elle-même, lui donner l'adresse et lui dire va-t'en!

Si on disperse les organismes sur le territoire, c'est sûr et certain que le citoyen va avoir beaucoup de difficulté à utiliser tous les services, ajoute M. Durandisse.

Quatre bâtiments du quartier vidés de leurs organismes

Le complexe William-Hingston n'est que l'un des quatre immeubles du CSSDM que les organismes communautaires de l'arrondissement Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension auront perdus en l'espace de quelques années.

Après le centre Lajeunesse, le centre Saint-Mathieu a connu le même sort. À la fin de novembre, les organismes logés au centre René-Goupil, dans Saint-Michel, ont aussi appris qu'ils devront céder leur place, puisque le CSSDM doit installer les élèves d'une école du quartier qui sera bientôt inutilisable.

Le centre René-Goupil.

Le centre René-Goupil à Montréal

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

Le Centre de services scolaire reprend des bâtiments et c'est à l'arrondissement de reloger [les organismes], déplore la mairesse Laurence Lavigne-Lalonde.

Le problème est encore plus criant dans Parc-Extension. C'est vraiment un coeur de quartier, un coeur de village important, explique Mme Lavigne-Lalonde. Des espaces aussi grands que ça où on peut reloger tout le monde au même endroit, il n'y en a pas!

La promesse d'un nouveau centre communautaire

Devant ce déménagement forcé, plusieurs organismes réclament la construction d'un centre communautaire en bonne et due forme. Depuis que les organismes communautaires existent dans Parc-Extension, il n'y a jamais, jamais, jamais eu de centre communautaire, affirme Rose Ngo Ndjel, qui préside aussi la Table de quartier.

C'est aussi la solution à long terme qu'envisage la mairesse Lavigne-Lalonde. On veut réfléchir à une solution moins dépendante du Centre de services scolaire, explique la mairesse, qui déplore un manque de transparence de la part du CSSDM.

Il y a trop d'incertitude à savoir si on pourrait y retourner [au complexe William-Hingston], et si on y retourne, à quelles conditions et pour combien de temps? Est-ce qu'on pourrait se faire évincer? Ça ne nous tente pas trop de jouer dans ce film-là encore une fois.

La mairesse de l'arrondissement promet que, d'ici la fin de son mandat actuel, elle aura élaboré un plan précis et un échéancier pour doter le quartier d'un centre communautaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...