•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de travailleurs de construction reste un défi dans le Nord-Est

Des travaux pour un projet de construction résidentiel.

Des entrepreneurs en construction du Nord de l'Ontario ont vécu plusieurs retards dans les dernières années pour diverses raisons. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Radio-Canada

L’industrie de la construction du Nord-est de l’Ontario est toujours aux prises avec une pénurie de travailleurs et des troubles dans la chaîne d’approvisionnement, malgré une demande de services en hausse.

Le nouveau directeur général de l’Association de construction du Nord-est de l’Ontario, Mark Kivinen, croit qu’il sera important pour l’industrie et tous les paliers gouvernementaux de travailler ensemble pour trouver des solutions.

L’infrastructure doit être construite et il nous faut des ressources pour y arriver. En plus, ça prend des logements pour ces travailleurs qui vont le construire, souligne-t-il.

Selon lui, les défis auxquels l’industrie fait face se sont empirés depuis le début de la pandémie.

Portrait de Mark Kivinen.

Le nouveau directeur général de l’Association de construction du Nord-est de l’Ontario, Mark Kivinen.

Photo : Avec l'autorisation de l’Association de construction du Nord-est de l’Ontario

Dans le Grand Sudbury, le nouveau maire Paul Lefebvre a pour objectif de faire croître la population de 160 000 à 200 000 personnes dans les 20 prochaines années. 

Ceci lui permettrait d’avoir suffisamment de contribuables pour répondre aux besoins en matière de services et d’infrastructures.

Pour y arriver, il souhaite s’appuyer sur la diversification des activités dans l’industrie minière locale, notamment dans le secteur des minéraux critiques, qui sont utilisés dans la fabrication de batteries pour voitures électriques.

Ces édifices doivent se bâtir. Ces bureaux doivent se bâtir, insiste M. Kivinen.

Place à l’amélioration

Le gestionnaire de l’association estime que les services et les produits de construction sont plus accessibles que jamais aujourd’hui, comparativement à il y a un ou deux ans.

Cependant, il croit qu’il y a encore beaucoup de place à l’amélioration. Il indique qu’il y a déjà eu des développements positifs en ce qui concerne la pénurie de main-d'œuvre.

Dans son dernier budget, le gouvernement fédéral s’est engagé à allouer 470 millions $ sur une période de trois ans pour aider les apprentis de première année dans des secteurs éligibles, à se trouver des emplois dans des petites ou moyennes entreprises.

L’Ontario a pour sa part annoncé en septembre qu’elle réservera 90 millions $ pour appuyer l’apprentissage de ces travailleurs.

Le ministre ontarien du Travail, Monte McNaughton, avait alors écrit dans un communiqué de presse qu’il y a des dizaines de milliers de personnes qui ont besoin d’un coup de main, dont certains qui se sont trouvés entremêlés avec la justice qui veulent simplement redonner.

Le Fonds pour le développement des compétences priorisera notamment les programmes pour individus ayant des antécédents criminels, les jeunes à risque, les gens avec un handicap, les autochtones, les nouveaux arrivants ukrainiens et plusieurs autres groupes qui font face à des obstacles en se cherchant un emploi.

Avec les informations de Jonathan Migneault de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...