•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants albertains seront bientôt obligés de dénoncer leurs collègues violents

Le nouveau code de conduite des enseignants albertains entre en vigueur le 1er janvier. Une commissaire a été nommée pour gérer les plaintes.

Le nouveau code de conduite des enseignants albertains entre en vigueur le 1er janvier. Une commissaire a été nommée pour gérer les plaintes.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Le nouveau code de conduite des enseignants albertains les oblige à dénoncer un collègue s'ils le soupçonnent de maltraiter ou d'avoir un comportement violent envers un élève.

Les plaintes pour violences étaient jusqu'ici gérées par l’Association des enseignants de l'Alberta.

Dès que le nouveau code entrera en vigueur, soit le 1er janvier, ce pouvoir appartiendra à la nouvelle commissaire à l’enseignement, l'avocate Julia Sproule. Il s'appliquera à tous les 53 000 enseignants de la province, incluant ceux des écoles à charte, des écoles privées et celles des communautés autochtones, qui ne sont pas membres de l’ATA.

Les enseignants qui omettent d'informer la commissaire de tout comportement violent, que ce soit sur le plan psychologique, affectif, physique ou sexuel, pourraient être accusés d’inconduite professionnelle.

La population peut constater que notre système éducatif est plus homogène et inclusif et que nous avons des standards élevés en matière de conduite professionnelle pour tous les enseignants, a écrit la ministre de l’Éducation, Adrianna LaGrange, dans une lettre envoyée aux enseignants, mercredi après-midi.

Selon des responsables du ministère de l’Éducation, le nouveau code de conduite précise, de façon plus détaillée que l'ancien, que les enseignants ne doivent pas maltraiter les élèves sur le plan verbal, psychologique, affectif, physique ou sexuel.

Le gouvernement provincial a consulté six organisations du secteur de l’éducation et quatre qui aident les victimes de violences sexuelles et de harcèlement. Il a aussi tenu un sondage en ligne, pour lequel il a reçu 3000 réponses.

Le président de l’ATA, Jason Schilling, est content que le gouvernement ait rédigé le code de conduite en prenant en compte la rétroaction de son organisation.

Il a toutefois des inquiétudes sur la façon dont les enseignants seront traités en cas d'enquête disciplinaire, une tâche que l’ATA a accomplie pendant plus de 80 ans. J’espère qu’ils savent ce qu’ils font, dit Jason Schilling.

Même si la nouvelle commissaire à l'enseignement commencera à accepter les plaintes à partir du 1er janvier, une période de transition de six mois est en vigueur pour permettre à l'ATA de conclure les enquêtes en cours.

Avec des informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...