•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fraction des voyageurs utilisent encore l’application ArriveCAN

Gros plan de l'icône de l'application sur l'écran d'un téléphone intelligent.

L'application ArriveCAN permet de présenter à l'avance sa déclaration de douane et d'immigration et donc de « gagner du temps », selon le fédéral.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

À peine 13 % en moyenne des passagers arrivant aux aéroports de Toronto (Pearson), Montréal et Vancouver ont utilisé l'application ArriveCAN en octobre, lorsqu'elle a été rendue optionnelle.

Aux aéroports Pearson et de Vancouver, le taux d'utilisation était de 16 % et de 17 % respectivement, mais ce taux chutait à 8 % à l'aéroport Trudeau, selon des données compilées par CBC.

Ottawa avait lancé l'application durant la pandémie de COVID-19 pour que les voyageurs puissent prouver leur statut de vaccination.

Les passagers peuvent toujours s'en servir pour présenter leur déclaration de douane et d'immigration à l'avance.

Le bureau du ministre canadien de la Sécurité publique, Marco Mendicino, défend l'application et invite tous les voyageurs à l'utiliser quand ils reviennent au Canada.

« Il s'agit d'une façon simple et efficace de gagner du temps à la frontière en soumettant une déclaration douanière à l'avance. »

— Une citation de  Déclaration du bureau du ministre de la Sécurité publique

Selon Transports Canada, en remplissant le formulaire à l'avance, chaque interaction aux douanes peut prendre 40 secondes de moins.

La présidente du Conseil des aéroports du Canada, Monette Pasher, pense qu'ArriveCAN est peu utilisée parce que beaucoup de voyageurs « ne savent pas » que ça « accélère vraiment » leur passage aux douanes.

« Si les gens réalisent qu'il y a un bénéfice, plus d'entre eux vont l'utiliser. »

— Une citation de  Monette Pasher, présidente du Conseil des aéroports du Canada

L'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) indique que 54 millions de dollars ont été budgétés pour la conception et le fonctionnement d'ArriveCAN jusqu'en mars prochain.

Mauvaise réputation

Mark Weber, président du Syndicat des douanes et de l'immigration, souligne que nombre de personnes avaient de la difficulté à utiliser l'application lorsqu'elle était obligatoire et n'y ont donc pas recours maintenant qu'elle est optionnelle.

« Les gens ne voient pas en quoi l'application leur serait utile. »

— Une citation de  Mark Weber, président du Syndicat des douanes et de l'immigration

Selon lui, beaucoup de voyageurs pensent qu'elle n'existe plus ou qu'il n'est plus possible de s'en servir pour fournir sa déclaration douanière à l'avance.

D'octobre dernier au début décembre, Ottawa a élargi la disponibilité de cette option dans l'application aux passagers arrivant aux aéroports de Winnipeg, d'Halifax et de Québec (elle était déjà offerte pour les aéroports de Toronto, de Vancouver et de Montréal).

Les aéroports d'Edmonton, de Calgary et d'Ottawa doivent être ajoutés à la liste au cours des prochains mois, selon l'ASFC.

D'après les renseignements fournis par Darren Major, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...